Josephine English

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir English.
Josephine English
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
Formation
Activités

Josephine English est une gynécologue américaine née en 1920 et décédée en 2011. Elle a été la première femme noire à ouvrir un cabinet privé à New York[1]. Elle était également connue pour son travail dans l'immobilier et les soins de santé, en plus de sa philanthropie envers les arts. Sa pratique a été compromise en 1995 en raison de problèmes financiers avec le centre médical d'Adelphi. Plusieurs des établissements de santé qu'elle a créé ont risqué la saisie et manqué de financement[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

English est née le 17 décembre 1920 de Jennie English et Whittie Sr. en Ontario (Virginie). Elle a déménagé à Englewood, dans le New Jersey en 1939. Sa famille était l'une des premières familles noires à Englewood[4]. Elle a étudié au Hunter College jusqu'en 1949 et a obtenu sa maîtrise en psychologie à l'Université de New York. Elle voulait devenir psychiatre, mais a finalement choisi la gynécologie après avoir découvert son intérêt durant ces études au Meharry Medical College, où elle a obtenu son doctorat de médecine spécialiste en gynécologie[1],[5].

English est décédé le à l'âge de 91 ans au centre de réadaptation pour femmes Susan Smith McKinney, où elle se remettait d'une opération chirurgicale[4].

Carrière médicale[modifier | modifier le code]

English a ouvert son premier cabinet à l'hôpital de Harlem. Une fois à Brooklyn, elle ouvre une clinique de santé pour femmes à Bushwick en 1956, ainsi qu’une autre à Fort Greene deux décennies plus tard. Au cours de sa carrière, English a contribué à l'accouchement de plus de 6 000 bébés, dont les enfants de Malcolm X, Betty Shabazz et Lynn Nottage[5]. En 1986, English a reçu sa licence du Département de la santé de l’État de New-York pour établir son propre centre chirurgical. Elle a été la première femme appartenant à une minorité à recevoir cette licence[2].

Philanthropie[modifier | modifier le code]

L'intérêt de English pour les soins de santé l'a amenée à créer le centre médical Adelphi et des programmes de garde d'enfants, tels que le programme Up the Ladder Day Care et After School. Sa passion pour le théâtre l'a amenée à fonder le théâtre Paul Robeson dans d'une église délabrée. Elle a aidé des acteurs à créer des spectacles pour éduquer la population sur la santé et la nutrition[1].

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

English a remporté le prix de la communauté africaine ainsi que le prix du militant communautaire Lucille Mason Rose. En 1996, la Josephine English Foundation a été créée pour financer ces activités[2]. En hommage à Josephine English , l'artiste Simone Leigh a créé en 2014 la Free People's Medical Clinic, un centre de santé sans rendez-vous proposant des séances de yoga, de nutrition et de massage, animé par des bénévoles en uniforme d'infirmière du XIXe siècle. L'installation était située dans le quartier Bedford-Stuyvesant au cœur de Brooklyn à New York dans un bâtiment datant de 1914, propriété de Josephine English[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Dr. Josephine English, medical trailblazer, dies at 91 », sur amsterdamnews.com (consulté le 16 décembre 2018)
  2. a b et c « Dr. Josephine English | The HistoryMakers », sur www.thehistorymakers.org (consulté le 16 décembre 2018)
  3. (en-US) Michael Cooper, « NEIGHBORHOOD REPORT: BEDFORD-STUYVESANT;After 14 Years' Service, Health Clinic Faces Auction Gavel », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 16 décembre 2018)
  4. a et b (en) Monique Brizz-Walker, « Saluting Women’s History Month & Dr. Josephine English », sur Brooklyn Legends, (consulté le 16 décembre 2018)
  5. a et b « Josephine English, one of first black, female OB/GYNs, not stopping at 89 - NY Daily News », sur nydailynews.com (consulté le 16 décembre 2018)
  6. (en-US) Holland Cotter, « Time-Traveling to a Corner of Brooklyn’s Past », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 16 décembre 2018)