Joseph Emmanuel Durrieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Joseph Emmanuel Durrieu
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
BarceloneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Joseph Emmanuel Durrieu est un homme politique français né le à Castillon-en-Couserans (Ariège) et décédé le à Barcelone (Espagne).

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir étudié à Saint-Girons puis à Pamiers, bachelier à 17 ans, le député Jean-Pierre Pagès dit "Pagès de l'Ariège" le guidera dans les sphères intellectuelles de Paris. Journaliste, il est rédacteur au Siècle en 1839, puis rédacteur en chef au journal "Le Temps" en 1841, tout en collaborant à la Revue de Paris et à la Revue des deux Mondes. Il est député de l'Ariège lors de l'assemblée nationale constituante (Deuxième République) de 1848 à 1849, siégeant à l'extrême gauche.

Il crée en 1851 « La Révolution », un journal résolument anti-bonapartiste. Le lendemain du coup d'État du 2 décembre 1851, il fait paraître trois proclamations virulentes, dont une de Victor Hugo, qui déclencheront son arrestation avec sept rédacteurs de son journal. Condamné à la déportation à Cayenne, il sera seulement expulsé du territoire. Il collaborera au « Times » à Londres, puis s’installera en Espagne en 1854 où il deviendra riche après s’être lancé dans la finance. Il ne reviendra pas en France[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Un député couserannais sur les barricades : Député de l'Ariège, issu du Couserans, Xavier Durrieu n'hésite pas à défendre la liberté et la République lors du coup d'Etat de Louis Bonaparte. », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)

Sources[modifier | modifier le code]