John Kiriakou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
John Kiriakou
John kiriakou 6889.JPG
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (56 ans)
SharonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
Formation
Activités
Écrivain, consultant, analyste militaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Condamné pour
Distinction

John Kiriakou, né le à Sharon en Pennsylvanie, étudie les affaires du Moyen-Orient et le droit à l'université George Washington et est recruté par un de ses professeurs pour intégrer la CIA, comme analyste et enquêteur du Comité sénatorial chargé des affaires étrangères. Il est un ancien consultant sur le sujet du contre-terrorisme d'ABC News et du Huffington Post[1],[2].

Il est spécialement connu pour avoir révélé le nom d'un ancien agent des services de renseignement américains et pour avoir révélé des informations classifiées concernant l'usage de la torture par l'administration Bush durant la guerre d'Irak et la guerre d'Afghanistan.

Sur le fondement de l'Espionage Act de 1917, utilisé de manière rarissime, Kiriakou a été condamné le pour avoir divulgué au New York Times le nom d'un agent secret de la CIA[3],[4] à la peine de 30 mois d'emprisonnement à l'issue d'un procès hyper médiatisé[5]. Il se considère comme un lanceur d'alerte.

Le 16 janvier 2021, le "New-York Times" rapporte qu’un associé de l’avocat Rudy Giuliani aurait réclamé 2 millions de dollars à John Kiriakou afin de lui obtenir une grâce présidentielle de Donald Trump destinée à lui permettre d’accéder à sa pension annuelle et d’obtenir le droit de porter une arme. Il n’aurait pas accepté cette proposition, jugée exorbitante.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « John Kiriakou », Huffingtonpost.com (consulté le 29 janvier 2012)
  2. (en) John Kiriakou et Michael Ruby, The Reluctant Spy : My Secret Life in the CIA's War on Terror, Random House, , 192 p. (ISBN 978-0-553-80737-0, lire en ligne)
  3. Corine Lesnes, « États-Unis : six poursuites au nom de l'Espionage Act de 1917 », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 23 avril 2016)
  4. Michael S. Schmidt, « Ex-Officer for C.I.A. Is Sentenced in Leak Case », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 23 avril 2016)
  5. « Le whistleblower John Kiriakou, ancien agent de la CIA, condamné à trente mois de prison », sur www.telerama.fr (consulté le 23 avril 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]