John Gould Fletcher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
John Gould Fletcher
John Gould Fletcher in Tendencies in Modern American Poetry, 1917.jpg
Biographie
Naissance
Décès
(à 64 ans)
Little RockVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Mount Holly Cemetery (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Fratrie
Adolphine Fletcher Terry (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Distinction
Archives conservées par

John Gould Fletcher né le 3 janvier 1886 et mort le 10 mai 1950 est un poète imagiste (le premier poète du sud des États-Unis ayant gagné un Prix Pulitzer), auteur et autorité sur la peinture moderne[1]. Il est né à Little Rock en Arkansas dans une famille socialement importante. Après être allé au lycée Phillips Academy à Andover , Fletcher continue ses études à l’Université d’Harvard de 1903 à 1907, avant d’abandonner rapidement après la mort de son père.

Biographie[modifier | modifier le code]

John Gould Fletcher, demeura en Angleterre une grande partie de sa vie. Quand il était en Europe on l’a notamment associé à Amy Lowell, Ezra Pound et d’autres poètes du mouvement imagiste. Il est l’un des six poètes imagistes à s’être qualifié ainsi jusqu’à l’accomplissement de leur œuvre[2]. Fletcher a notamment entamé une liaison avec Florence Emily « Daisy » Arbuthnot (née Goold) dans sa maison du Kent. Elle a été marié à Malcolm Arbuthnot et sa liaison avec Fletcher a entrainé son divorce. Le couple s’est marié le 5 juillet 1916, un mariage qui resta sans enfants bien que les enfants de Florence issus de sa précédente union demeurèrent avec le couple, qui finit par divorcer.

Le 18 janvier 1936, Fletcher s’est marié à Charlie May Simon, une célèbre auteure de livres pour enfant. Ils ont tous les deux construits « Johnswood », une maison entre les montagnes de la rivière Arkansas non loin de Little Rock (Arkansas). Ils voyagèrent beaucoup à New York, pour tout ce qui concernait la stimulation intellectuelle et dans l’Ouest et le Sud des États-Unis, pour le climat, après que Fletcher ai développé une arthrite chronique.

Fletcher souffrait de dépression et le 10 mai 1950, il se suicida[3] en se noyant dans un étang près de chez lui. Il est enterré au cimetière historique Mount Holly a Little Rock et une aile du Central Arkansas Library System (en) a été nommée à son nom.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1913, Ezra Pound dans sa revue New Freewoman fait l’éloge de Fletcher pour l’individualité du rythme de son premier recueil de poème[4]. Ces travaux incluent Irradiations : Sand and Spray (1915) et Goblin and Pagodas (1916). "Personne ne maîtrise le rythme des vers libres[5] mieux que lui" a dit Amy Lowell en parlant de lui. Fletcher a notamment inventé le terme « prose polyphonique » pour décrire certains poèmes expérimentaux d’Amy Lowell[6], des proses qu’il a lui-même expérimenté dans Goblins and Pagodas[4]. Il a tout même finit par retourner vers des formes poétiques plus traditionnels dans ses derniers travaux qui incluent notamment, The Black Rock (1928), Selected Poems (1938) pour lequel il a d’ailleurs gagner le Prix Pulitzer de la poésie en 1939, South Stars publié par Macmillan (1941) et The Burning Mountain (1946). Fletcher a ensuite déménagé en Arkansas pour reconnecter avec ses racines. Le sujet de ses travaux s’est petit à petit tourné vers les problèmes que rencontraient le sud des États-Unis à l’époque et le traditionalisme.

Entre la fin des années 1920 et 1930, il est actif avec un groupe d’écrivains et poètes des États-Unis du sud connus sous le nom de Southern Agrarians. Ce groupe publia le manifeste agraire classique I'll Take My Stand, un recueil d'essais rejetant la modernité et l'industrialisme. En 1937 il écrit son autobiographie nommée Life is My Song, et en 1947 il publie Arkansas, une histoire sur son État d'origine.

Johnswood (en) sa maison à Little Rock, est inscrite au Registre national des lieux historiques.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Irradiations Sand and Spray, Boston, Houghton Mifflin Co., 1915
  • Goblins and Pagodas, Boston, Houghton Mifflin Co., 1916
  • Japanese Prints, Four Seas, 1918, LC 18017484
  • The Tree of Life, London, Chattus Windus, 1918
  • Breakers and Granite, New York, MacMillan Co., 1921
  • Paul Gauguin, His Life and Art, N. L. Brown, 1921, LC 20114210
  • Preludes and Symphonies, Macmillan, 1930 (ISBN 978-1-4255-0347-5)
  • Life Is My Song: The Autobiography Of John Gould Fletcher, Farrar & Rinehart, 1937 (ISBN 978-0-404-17098-1)
  • South Star, New York, MacMillan Co., 1941

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Glenn Hughes, Imagism and the Imagists, New York, Stanford University Press,
  2. (en) Glenn Hughes, Imagism and the Imagists, New York, Stanford University Press, .
  3. (en) Jamison, Kay R., This Net Throwne Upon the Heavens : Touched with fire: manic-depressive illness and the artistic temperament, Simon and Schuster (ISBN 978-0-684-83183-1), p.249.
  4. a et b (en) Imagist Poetry, Londres, Peter Jones, (ISBN 0-14-042147-5).
  5. (en) Lowell Amy, Tendencies of Modern American Poetry, New York, Macmillan, .
  6. (en) Miss Lowell's Discovery: Polyphonic Prose Poetry, Chicago, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]