Joachim Govin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Joachim Govin
Joachim Govin à La Boutique du Val (18 novembre 2018).jpg
Joachim Govin en 2018
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Instrument

Joachim Govin est un contrebassiste et compositeur de jazz français né le à Saint-Germain-en-Laye[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Saint-Germain-en-Laye, d'un père saxophoniste (Pierre-Olivier Govin[2]) et d'une mère mélomane, Joachim Govin s'intéresse tout d'abord à la musique via l'apprentissage de la basse électrique, avant de succomber au jazz en découvrant l'œuvre de John Coltrane, à l’âge de 16 ans. Suite à une master class avec le guitariste Éric Löhrer, il découvre alors la contrebasse, qu'il ne quittera plus.

Formation[modifier | modifier le code]

Joachim Govin s'est formé à l’American School of Modern Music pendant trois ans, de 2005 à 2008, tout en étudiant en parallèle la musique classique avec Christian Gentet au conservatoire du 14e arrondissement de Paris[3]. Il entre ensuite au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, en 2008, dans le département « jazz et musiques improvisées ».

Il a notamment étudié avec Ricardo del Fra, Alphonse Masselier, Ben Street, Diego Imbert, Hubert Dupont, Olivier Sens, Jérôme Regard, Simon Teboul ou encore Hein van Degeyn.

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Après avoir fait partie du big band de la Sorbonne dirigé par Laurent Cugny. Celui-ci demandera d'ailleurs à Joachim Govin de lui lister les noms de ses joueurs de jazz favoris pour constituer un big band, le Gil Evans Paris Workshop[4], à propos le pianiste et arrangeur français a déclaré « Où il est question de faire revivre l’esprit de Gil Evans plutôt que la lettre de sa musique, impossible à recréer. S’appuyer donc sur ses arrangements (des années 60 et 70 plus que 50), les utiliser comme base pour faire vivre un orchestre d’aujourd’hui. Mais aussi proposer des arrangements inédits sur des compositions inédites. D’où le terme d’atelier : atelier d’orchestre, atelier d’écriture. Dans ce but, j’ai choisi de m’entourer de cette magnifique génération de musiciens nés autour des années 1980, qui entendent et font le jazz d’aujourd’hui. »[5] Joachim Govin commence à jouer régulièrement ensuite en concert dans le groupe du violoniste Didier Lockwood, les "Jazz Angels", constitué des deux beaux-fils du violoniste : le pianiste Thomas Enhco et le trompettiste David Enhco, accompagné du batteur avec qui il jouera de longues années durant : Nicolas Charlier[6]. C'est surtout la maturité et l'aisance de Joachim Govin qui est à souligner pour Pascal Perrot, qui dit de lui qu'il "ne se contente pas de jouer les utilités et tisse une toile musicale d'une maturité impressionnante"[7]. Puis il joue en tant que sideman dans le deuxième album de Thomas Enhco Someday My Prince Will Come (toujours avec Nicolas Charlier à la batterie), un disque qui obtiendra le Django d'or dans la catégorie « Nouveaux Talents » et pour lequel le trio partira en tournée internationale (notamment au Japon, en Suisse ou encore en Algérie).

Collaborations[modifier | modifier le code]

Par la suite, on a également pu le voir jouer aux côtés de musiciens de jazz américains et étrangers tels que le batteur américain Ari Hoenig et le guitariste israélien Gilad Hekselman, le pianiste franco-américain Tony Tixier, le pianiste américain Joel Holmes; les batteurs américains Ryan J.Lee, Brian Melvin, ou encore Kendrick Scott[8]; et les saxophonistes Ben van Gelder (hollandais) et Logan Richardson (américain)[9].

Il a également joué avec les pianistes Laurent Coq, Tony Tixier, Laurent Cugny[10], Pierre De Bethmann, Ahmet Gulbay, Cédric Hanriot, Olivier Hutman, Fred Nardin, Enrico Pieranunzi, Cédric Piromalli, Manuel Rocheman ou Baptiste Trotignon; les guitaristes Frédéric Favarel, Manu Codjia, Jon Boutellier[11], Pierre Perchaud ou Romain Pilon; mais aussi avec les saxophonistes Pierre-Olivier Govin, Gaël Horellou, Xavier Cobo, Ricardo Izquierdo, David Sauzay, Stéphane Guillaume ou Sylvain Beuf; les trompettistes Nicolas Folmer et Nicolas Genest; le vibraphoniste Michel Hausser[11]; et les batteurs Antoine Banville, Mourad Benhamou, André Ceccarelli, Matthieu Chazarenc, Stéphane Huchard, Anne Paceo, Georges Paczynski ou Aldo Romano.

Parmi les chanteurs et chanteuses qu'il a accompagné, on peut citer notamment David Linx, Stephy Haïk, Sanseverino, Laïka Fatien ou encore Tine Bruhn.

Il enregistre son premier album en leader en 2014 (Elements[12], chez Fresh Sound New Talent, sorti en 2015) avec son quartette, composé de ses frères de jeu et amis de longue date, Tony Tixier[13] au piano, Ben van Gelder au saxophone alto et Gautier Garrigue à la batterie.

Gigs & festivals[modifier | modifier le code]

Joachim a enregistré des albums principalement en tant que sideman (cf. Discographie infra) et joue régulièrement dans des clubs de jazz parisiens tels que la Fontaine de Belleville (avec les américains Hermon Mehari (trompette), Matt Chalk (saxophone) [14] ou Peter Schlamb (vibraphone) et les français Philippe Maniez (batterie), Guilhem Flouzat (batterie) et dans des festivals réputés au niveau national : le "Saint-Omer Jaaz Festival"[15] (2015, 2016[16]), le festival "Jazz en Tête"[17] à Clermont-Ferrand (2012, 2014), le "Saint Nom Jazz Festival" à Saint-Nom-La-Bretèche (Yvelines), le festival de Marciac, le "Millau Jazz Festival[18]" (2010); le "Jazz à Vienne" et au niveau international : le "Transition Festival" à Utrecht.

Actualités[modifier | modifier le code]

Joachim Govin & Tony Tixier à La Boutique du Val (Meudon) lors de l'enregistrement live du 2e album à paraître avec le Joachim Govin 4tet

Basé actuellement à Paris, Joachim Govin joue principalement dans des clubs de jazz parisiens tels que le Sunset-Sunside [19], le Baiser Salé, le Bab-Ilo [20], le New-Morning [21], le Duc des Lombards, le 38'Riv [22], le Nubia...

Récemment, il a enregistré son deuxième album en leader, en live, à la Boutique du Val de Meudon[23] (Archimusic[24]). Le premier soir, il a invité Enzo Carniel au piano et Ellinoa au chant, à le rejoindre avec Ben van Gelder et Gautier Garrigue, tandis que le deuxième soir, il a enregistré avec son quartette de base (Tony Tixier, Ben van Gelder et Gautier Garrigue)[25].

Discographie[modifier | modifier le code]

Album Leader[modifier | modifier le code]

Albums Sideman[modifier | modifier le code]

  • 2018 : Onze Heures Onze Orchestra Volume 2[27],[28] (Onze Heures Onze Orchestra)
  • 2017 : Onze Heures Onze Orchestra Volume 1[29],[30],[31],[32] (Onze Heures Onze Orchestra)
  • 2017 : Tonbé Lévé[33],[34] (Arnaud Dolmen)
  • 2017 : Spoonful[35] (Gil Evans Paris Workshop[36],[37])
  • 2015 : Silent Form (Slugged & Olivier Laisney)[38]
  • 2015 : Bad Safari (Metismatic)
  • 2015 : Youth (Nicolas Pfeiffer)
  • 2013 : Tribute to Radiohead Vol.2 [39] (Amnesiac Quartet, avec Sébastien Paindestre (clavier), Fabrice Theuillon (saxophone soprano) & Antoine Paganotti (batterie))
  • 2013 : Phonotype (Slugged & Olivier Laisney)
  • 2013 : Life's changes (Stephen Binet)
  • 2013 : Living Everywhere (Archibald)
  • 2013 : Poetry in Time (Nicolas Pfeiffer Granada Trio)
  • 2012 : The Minor Fall EP[40] (CLERKS., avec Gautier Garrigue, Thibault Chevaillier, Julien Pontvianne, Pierre Bernier (Recorded by Nicolas Charlier on 2012/03/26 at Studio des Egreffins[41]. Mixed & mastered by Florent Bobetat at Studio Etlanuit, Montreuil)
  • 2011 : Complètement H.S., hommage à Horace Silver[42] (Stephen Binet Quintet)
  • 2010 : D'ici et d'ailleurs (Nicolas Barreau Trio)
  • 2010 : Smile (Nicolas Pfeiffer Trio)
  • 2010 : Présences (Georges Paczynski & Armel Dupas)
  • 2009 : Parallel Worlds (Tony Tixier septet)
  • 2009 : Someday My Prince Will Come (Thomas Enhco)
  • 2009 : West Factory (Camille Poupat)
  • 2008 : As a Monkey (Donald Devienne)
  • 2007 : Roll the Dice (Yvonnick Prené)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Govin Joachim (contrebasse) », sur Jazz en Provence, (consulté le 1er février 2019)
  2. « Jazz au Chesnay Parly 2 (JACP): Pierre-Olivier Govin », sur http://www.jacp.fr/ (consulté le 16 décembre 2018)
  3. « Jazz en Provence - Joachim Govin », sur Jazz en Provence
  4. Marion Paoli, « LAURENT CUGNY, GIL EVANS ET LA RELÈVE », Djam La Revue,‎ (lire en ligne)
  5. « L'actualité du jazz : Laurent Cugny, Gil Evans Paris Workshop », sur France Musique (consulté le 20 février 2019)
  6. Pascal Perrot, « Didier Lockwood : état de grâce », Brouillons de Culture,‎ (lire en ligne)
  7. brouillons-de-culture.fr, « • Didier Lockwood : état de grâce », sur brouillons-de-culture.fr (consulté le 20 février 2019)
  8. http://www.arnauddolmen.com/tonbe-leve/
  9. https://www.youtube.com/watch?v=zzbnfGfvPGE
  10. « Jazz Dunkerque - Laurent Cugny Trio », sur http://www.associations-dunkerque.org/, (consulté le 1er janvier 2019)
  11. a et b « Le Monde Culture - Michel Hausser et l'art du vibraphone », sur lemonde.fr, (consulté le 1er janvier 2019)
  12. Martin Cazals, « JOACHIM GOVIN - ELEMENTS », http://www.djamlarevue.com/,‎ (lire en ligne)
  13. « Tony Tixier (site officiel) », sur Tony Tixier official
  14. http://artdistrict-radio.com/podcasts/jazz-interview-rencontre-joachim-govin-a-la-fontaine-de-belleville-1010
  15. Karen Patouillet et Anne-Laure Marin, « Dossier de presse Saint-Omer Jaaz Festival 2015 », Dossier de presse Saint-Omer Jaaz Festival 2015,‎ du 15 au 19 juillet 2015, p. 06/11; 09/11 (lire en ligne)
  16. « Article Actualités Saint Omer Jaaz Festival 2016 », sur https://www.whoozone.com/, (consulté le 29 décembre 2018)
  17. « Historique des musiciens programmés au Jazz en Tête », sur Jazz En Tête (consulté le 29 décembre 2018)
  18. Thierry Giard, « Millau 2010 : pierres de lune pour Toninho Un quartet lyrique rend hommage au compositeur bésilien. », Culture Jazz - Millau 2010,‎ (lire en ligne)
  19. https://www.sunset-sunside.com/2018/4/artiste/2973/5344/
  20. http://www.lylo.fr/concert/1881a7-valet-lauretta-govin-francomano-quartet-le-bab-ilo
  21. https://www.newmorning.com/artistes/6652-joachim-govin.html
  22. https://www.billetreduc.com/102283/evt.htm
  23. « Paris Jazz Club - Concert Joachim Govin (Alto Madness) à la Boutique du Val », sur Paris Jazz Club, (consulté le 18 décembre 2018)
  24. « Archimusic, compagnie musicale », sur Archimusic, compagnie musicale (consulté le 18 décembre 2018)
  25. http://www.archimusic.com/event/alto-madness/
  26. « Elements - Joachim Govin - Citizen Jazz », sur Citizen Jazz (consulté le 16 décembre 2018)
  27. « Onze heure onze orchestra vol. II », Jazz Magazine,‎ (lire en ligne)
  28. « Onze Heures Onze Orchestra - Volume 2 », sur Discogs (consulté le 3 janvier 2019)
  29. « Onze heures onze orchestra vol. 1 », Jazz Magazine,‎ (lire en ligne)
  30. « Onze Heures Onze Orchestra - Vol I », sur Discogs (consulté le 3 janvier 2019)
  31. Noé Cugny, « ONZE HEURES ONZE ORCHESTRA : D'UN SEUL SOUFFLE », Djam La Revue,‎ (lire en ligne)
  32. Thierry Giard, « "Pile de Disques" - Culture Jazz », Les Allumés du Jazz,‎ (lire en ligne)
  33. Jean-Christian MAAS, « Révélation Française de l'année "Jazz Magazine" », Jazz Magazine,‎ (lire en ligne)
  34. Gilles Gaujarengues, « CHRONIQUE - ARNAUD DOLMEN - TONBÉ LÉVÉ », Citizen Jazz - LE JAZZ A SA TRIBUNE.,‎ (ISSN 2102-5487, lire en ligne)
  35. « Les Dnj Over Blog (actualités du jazz) », sur Les Dnj Over Blog (actualités du jazz)
  36. « New Morning - Gil Evans Paris Workshop », sur New Morning (club de jazz parisien)
  37. Franck Bergerot (photogr. Christian Rose), « 11 Nov 2016 #Le Jazz Live - Le Gil Evans Paris Workshop de Laurent Cugny invite Andy Sheppard Jazz Club Étoile de l’Hôtel Méridien », Jazz Magazine,‎ (lire en ligne)
  38. Pierre Tenne, « OLIVIER LAISNEY & SLUGGED - SILENT FORM », Djam La Revue,‎ (lire en ligne)
  39. « Discographie officielle de Sebastien Paindestre », sur site officiel de Sebastien Paindestre
  40. « Clerks - The Minor Fall EP - Discogs », sur Clerks - The Minor Fall EP - Discogs
  41. « Studio des Egreffins (Discogs) », sur Studio des Egreffins (Discogs)
  42. « Stephen Binet pianiste », sur https://docplayer.fr/54760657-Stephen-binet-pianiste.html

Liens externes[modifier | modifier le code]