Thomas Enhco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Thomas Enhco
Description de cette image, également commentée ci-après
Thomas Enhco en concert au North Sea Jazz Festival.
Informations générales
Nom de naissance Thomas Cohen-Séat
Naissance (34 ans)
Paris
Activité principale pianiste, violoniste, compositeur
Genre musical jazz, musique classique
Années actives 2004 à aujourd'hui
Labels Sony Music
Universal Music
Verve
Deutsche Grammophon
Label Bleu
Blue in Green
Ames
Site officiel http://www.thomasenhco.com

Thomas Enhco, né le à Paris, est un pianiste, violoniste et compositeur de jazz et de musique classique français.

Dans le domaine du jazz, il a notamment collaboré avec Didier Lockwood, Mike Stern, Kurt Rosenwinkel, Jack DeJohnette, José James, Baptiste Trotignon, Ari Hoenig, Dan Tepfer, Ibrahim Maalouf, Emile Parisien, Vincent Peirani, David Enhco, Biréli Lagrène, Anne Paceo, Hugh Coltman, Peter Erskine, Daniel Humair, André Ceccarelli, John Patitucci, Sylvain Luc, François et Louis Moutin ou Cyrille Aimée.

Il a également joué avec des artistes classiques tels que Vassilena Serafimova, Henri Demarquette, Renaud Capuçon, Natalie Dessay, Laurent Naouri, Philip Glass, Jean-François Zygel, Michel Dalberto, Anne-Sofie Von Oter, le Quatuor Modigliani, le Quatuor Voce, Beatrice Rana, Jérôme Pernoo, Caroline Casadesus, Lise de la Salle, Deborah Nemtanu ou Xavier Phillips.

Enfin, il a joué avec des chanteurs comme Jane Birkin, Christophe et Oxmo Puccino, la danseuse et chorégraphe Marie-Claude Pietragalla, le metteur en scène Alain Sachs, la dessinatrice Aurélia Aurita.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Thomas Enhco est issu d’une famille d’artistes renommés : il est notamment le fils de la soprano Caroline Casadesus, le frère du trompettiste David Enhco, le petit-fils du chef d’orchestre Jean-Claude Casadesus[1] et l'arrière-petit-fils de la sociétaire de la comédie française Gisèle Casadesus. Son père, éditeur, est un bon pianiste amateur[2],[3].

Il fait ses premiers pas en musique dès l’âge de trois ans par l’apprentissage du violon[2] avec la méthode Suzuki[3] puis par celui du piano, à six ans[4]. Il suit une double formation, classique et jazz, qu’il poursuivra durant toutes ses études. À l'âge de six ans, il donne quelques concerts au sein d’un groupe d’enfants qu'il a créé, le « Little Jazz Band »[3], dans des fêtes de village de Seine-et-Marne.

En 1998, son beau-père Didier Lockwood l’invite à jouer au festival Jazz à Juan[4] au cours duquel il se produit avec Martial Solal[3]. Le violoniste le convie ensuite régulièrement à ses propres concerts pour jouer quelques morceaux (Salle Pleyel, Théâtre des Champs-Élysées, Jazz à Vienne, Jazz in Marciac, etc.)

À douze ans, Thomas Enhco entre au Centre des musiques Didier Lockwood (CMDL)[2] où, durant trois années, il est formé par des musiciens de jazz français et internationaux, et joue aux côtés de Mike Stern, Biréli Lagrène, André Ceccarelli ou encore Niels-Henning Ørsted Pedersen. À treize ans, il est remarqué par le batteur américain Peter Erskine qui lui propose de l’accompagner dans la création de son premier album, Esquisse (2006, label Ames)[3]. L'année suivante, il rencontre Gisèle Magnan, qui sera sa professeure de piano, et qu'Enhco continue de voir aujourd'hui[2].

En 2005, il est admis au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris[4] en jazz et musiques improvisées où il fréquente notamment les classes de Riccardo Del Fra, Hervé Sellin, Dré Pallemaerts, Glenn Ferris et François Théberge. Il en est renvoyé deux ans plus tard pour être parti en tournée en Chine avec Didier Lockwood et avoir manqué un examen[2].

De 2006 à 2009, il est lauréat du Fonds d'Action Sacem[4], aux côtés d'Émile Parisien et Ibrahim Maalouf.

Carrière[modifier | modifier le code]

Pianiste de jazz[modifier | modifier le code]

À quatorze ans, il forme son premier groupe, Thomas Enhco & Co, un trio dans lequel il joue du piano et du violon, avec Zacharie Abraham à la contrebasse et Nicolas Charlier à la batterie. Suivront Joachim Govin, Chris Jennings et Jérémy Bruyère à la contrebasse.

Au Jazz club the Sunset-Sunside de Paris en 2008

Lors d’une tournée au Japon en 2008, il est repéré par Itoh « 88 » Yasohachi, l’un des plus grands producteurs de jazz japonais, qui réalise son deuxième album, Someday My Prince Will Come (sorti en 2009 au Japon), et chaque année une tournée de Thomas au Japon, en solo, duo et trio.

En 2008, il cocrée avec Didier Lockwood, Caroline Casadesus et David Enhco le spectacle Le Jazz et la Diva Opus II, mis en scène par Alain Sachs, qui sera joué pendant deux ans (plus de 200 représentations) au Théâtre de la Gaîté-Montparnasse et en tournée dans toute la France.

En 2010, il participe à la création du spectacle Les Diables Verts avec Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault.

En 2010, Thomas Enhco remporte le 3ème prix du Concours de piano jazz Martial Solal et le Django d’Or 2010 « Nouveau Talent ».

En 2012, il s'installe à New York où il enregistre avec Jack DeJohnette et John Patitucci, et produit pour Label Bleu en France un nouvel album avec son trio, Fireflies, qui obtient de multiples récompenses.

En 2013, il est élu « Révélation Jazz de l’Année » aux Victoires de la Musique, est choisi par la Fondation BNP Paribas et joue pour la première fois au Festival International de Piano de la Roque d’Anthéron et au Festival Piano aux Jacobins.

En 2014, il signe chez Universal Music et enregistre son premier album piano solo, intitulé Feathers, qui sort chez Verve Records et est nommé aux Victoires du Jazz 2015 dans la catégorie « Album de l’Année »[5].

Pianiste classique[modifier | modifier le code]

En 2015, il donne un concert au Théâtre du Châtelet pour mêler ses deux univers, jazz et classique, en solo et en invitant Henri Demarquette au violoncelle et Kurt Rosenwinkel à la guitare. La même année, il enregistre pour Deutsche Grammophon avec la percussionniste classique bulgare Vassilena Serafimova, dans un duo piano et marimba entre classique et jazz. L'album, intitulé Funambules, sort en . Le duo (créé à l'initiative des Concerts de Poche) fait le tour du monde et remporte le 2e Grand Prix au Osaka International Chamber Music Competition 2017 (Japon).

En 2017, il fait ses débuts en concerto dans le Concerto en Fa et la Rhapsody in Blue de Gershwin, le Concerto n°24 de Mozart (K.491), le Concerto en Sol de Ravel, Eros Piano de John Adams, le Concerto pour Quatre Claviers de Bach (BWV 1065), le Triple Concerto de Beethoven et dans son propre Concerto pour Piano et Orchestre, avec l’Orchestre de l'Opéra National de Lorraine, l’Orchestre de Pau Pays de Béarn, l’Orchestre Régional Avignon Provence, l'Ensemble Appassionato, le Geneva Camerata, l'Orchestre de Cannes, le Kyoto Symphony Orchestra, l'Orchestre National de France et l'Orchestre National de Bordeaux Aquitaine, sous la direction des chefs Julien Masmondet, Pierre Dumoussaud, Samuel Jean, Mathieu Herzog, Jean-Claude Casadesus, David Greilsammer, Junichi Hirokami, Benjamin Lévy, James Gaffigan et Fayçal Karoui. Il est également invité comme soliste par le Chœur de Radio France (dir. Sofi Jeannin) et le Chœur Spirito (dir. Nicole Corti) dans des programmes autour de Brahms et de ses propres compositions.

En 2018, il interprète son Concerto pour Piano et Orchestre ainsi que le Concerto en Sol de Ravel à la Philharmonie de Paris avec l'Orchestre de Cannes dirigé par Benjamin Lévy.

En 2019 paraît son album Thirty sur lequel figurent cinq pièces écrites pour piano solo, son Concerto pour Piano ainsi que deux improvisations, sur un thème d'Orphée et Eurydice de Gluck et sur La Javanaise de Serge Gainsbourg.

Compositeur[modifier | modifier le code]

En 2011, il compose la musique du film Les Cinq Parties du Monde pour lequel il reçoit le FIPA d'Or de la meilleure musique originale.

Thomas Enhco à gauche au New Morning en 2013.

Il compose un Concerto pour Piano et Orchestre créé en 2017 et un Double Concerto pour Piano, Marimba et Orchestre créé en 2019 pour l'OPPB. Il écrit quatre pièces pour piano pour Lise de la Salle qui figurent sur son album Bach Unlimited (Naïve 2017), une suite pour quintette de cuivres et piano pour le Local Brass Quintet (Stay Tuned, Klarthe 2019), une pièce pour chœur et piano pour le Chœur Spirito sur le poème Mignonne, allons voir si la rose de Ronsard.

Il compose également les génériques des émissions de Vincent Josse « La Récréation » et « Le Grand Atelier » sur France Inter, et deux bandes originales de film : Aux Arts Citoyens de Daniel Schick (2010) et Les Cinq parties du monde de Gérard Mordillat (pour lequel il remporte le FIPA d'Or 2012 de la Meilleure Musique Originale).

Pédagogie[modifier | modifier le code]

Thomas Enhco donne des masterclasses sur l'improvisation, enseigne le jazz (piano et violon) au Centre des Musiques Didier Lockwood[3] et rédige pour la saison 2018-2019 la rubrique jazz du magazine bimensuel Pianiste[3]. Il a également donné en 2016 une conférence TEDx à l'École des Mines de Nancy intitulée « About music, freedom and expression[6] ».

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations

Discographie[modifier | modifier le code]

En tant que leader et co-leader[modifier | modifier le code]

Collaborations[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme compositeur[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Ile de Ré : rencontre avec Thomas Enhco, le petit fils de Jean-Claude Casadessus - France 3 Poitou-Charentes » (consulté le )
  2. a b c d et e Valentine Duteil, « De “l’Appassionata” à “C’est extra”, les airs de jeunesse de Thomas Enhco », Télérama,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. a b c d e f et g Daniel Schepmans, « Thomas Enhco & Co », Point Culture,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. a b c d et e « Concours de piano-jazz Martial Solal – lauréats 2010 » [PDF], sur civp.com, (consulté le ).
  5. a et b « Les Victoires du jazz 2015 », sur culturebox.francetvinfo.fr, (consulté le ).
  6. « About music, freedom and expression | Thomas Enhco | TEDxMinesNancy » (consulté le )
  7. « Djangos d'or 2010 : les lauréats », sur jazzocentre.canalblog.com, (consulté le ).
  8. Antoine Perron, « Gérard Mordillat et Nathalie Baye récompensés au FIPA 2012 », sur culturebox.francetvinfo.fr, (consulté le ).
  9. Annie Yanbékian, « Victoires du Jazz 2013 : Collignon, Maalouf et Enhco lauréats », sur culturebox.francetvinfo.fr, (consulté le ).
  10. « The 9th award winner | Osaka International Chamber Music Competition & Festa | JAPAN CHAMBER MUSIC FOUNDATION », sur www.jcmf.or.jp (consulté le )
  11. « Grand Prix Sacem : découvrez le palmarès 2020 », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. (en) Les Cinq parties du monde sur l’Internet Movie Database
  13. « (en)vie », Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]