Jessica Mitford

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jessica Mitford
Naissance
Gloucestershire, Angleterre, Royaume-Uni
Décès
Oakland (Californie), États-Unis
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture anglais

Jessica Lucy Freeman-Mitford () est une auteure, militante politique et journaliste anglaise. Elle fait partie de la famille Mitford. Elle est devenue citoyenne américaine en 1944.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jessica est une des fameuses "sœurs Mitford", mais pas la plus connue. Les plus connues sont Nancy auteure à succès (La poursuite de l'amour), Unity pro-nazie (qui voulait se marier à Adolf Hitler, et tenta de se suicider à la déclaration de guerre) et Diana pro-fasciste (mariée à Oswald Mosley, leader fasciste anglais).

Jessica choisit le parti communiste. Elle est fascinée par un lointain cousin et neveu de Clementine Churchill, Esmond Romilly, qui publie un livre à 18 ans en 1935 avec son frère qui dénonce le système éducatif anglais qu'il a fui. Il s'engage à 15 ans pour rejoindre les Brigades internationales durant la Guerre d'Espagne (1936-1939). Elle le rejoint et l'épouse à Bayonne en mai 1937, tous deux âgés de 19 ans. Sa famille la fait rechercher par le ministre britannique Anthony Eden. Elle donne naissance à Julia 7 mois plus tard (20 décembre 1937), mais Julia meurt l'année suivante de la rougeole (mai 1938). Elle a une autre fille Constancia née 9 mois seulement avant la mort d'Esmond (9 février 1941), qui se mariera avec un activiste afroaméricain de 13 ans son aîné James Forman. Elle se remarie avec un avocat juif Robert Treuhaft en 1943 et s'inscrivent ensemble au Parti communiste américain. Ils s'installent à Oakland (Californie). Ils s'engagent à fond dans la lutte pour les droits civiques des noirs, même après leur démission du Parti communiste en 1956. Elle publie un roman Hons and Rebels en 1960, mais c'est surtout The American Way of Death en 1963 qui la fit connaitre : une enquête, à la manière d'Upton Sinclair, sur les pompes funèbres américaines pour qui tous les moyens sont bons pour faire dépenser de l'argent aux familles éplorées[1].

Influence[modifier | modifier le code]

J.K. Rowling, auteure de la série Harry Potter, a déclaré en 2002 : « L'écrivain qui m'a le plus influencée, sans aucun doute, est Jessica Mitford. Lorsque ma grand-tante m'a offert Hons and Rebels, alors que j'avais quatorze ans, elle est instantanément devenue mon héroïne. Elle s'est enfuie de la maison pour se battre dans la guerre civile espagnole, emportant avec elle un appareil photo qu'elle avait acheté avec l'argent de son père. J'aurais aimé avoir le courage de faire une chose pareille. J'aime beaucoup le fait qu'elle ne se soit jamais départie de la vision des choses qu'elle avait à l'adolescence, demeurant fidèle à ses convictions politiques - elle était une socialiste autodidacte - toute sa vie. Je crois avoir lu tout ce qu'elle a écrit. J'ai même appelé ma fille Jessica Rowling Arantes en son honneur. »[2]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Hons and Rebels ou Daughters and Rebels (1960)
  • The American Way of Death (1963)
  • The Trial of Dr Spock, the Rev. William Sloane Coffin, Jr., Michael Ferber, Mitchel Goodman, and Marcus Raskin (1970)
  • Kind and Usual Punishment: The Prison Business (1973)
  • A Fine Old Conflict (1977)
  • The Making of a Muckraker (1979)
  • Poison Penmanship: The Gentle Art of Muckraking (1979)
  • Grace Had an English Heart: The Story of Grace Darling, Heroine and Victorian Superstar (1988) (ISBN 0-525-24672-X)
  • The American Way of Birth (1992)
  • The American Way of Death Revisited (1998)
  • Decca: The Letters of Jessica Mitford (2006) (ISBN 0-375-41032-5)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le monde, « chronique nécrologique », Le Monde,‎ , p. 18
  2. "'Accio Quote!', the Largest Archive of J.K. Rowling quotes on the web"