Jean-Yves Cendrey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un écrivain français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Jean-Yves Cendrey en 2014

Jean-Yves Cendrey est un écrivain français né en le (59 ans) à Nevers. Marié à l’écrivain Marie NDiaye, il vit à Berlin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Nevers en 1957, d'un père militaire violent et alcoolique. Enfance malheureuse au gré des mutations de son père, de caserne en caserne, en France et en Allemagne, jusqu'à la révolte de l'âge adulte. « Je reviens du fond du trou, dit-il au journal [1] Le Monde]. C'était l'horreur au quotidien, les picolades paternelles démentes. J'avais l'Indo à la maison. Les guerres coloniales sont les pires… Ceux qui les ont faites les ramènent chez eux. »

Petit délinquant, révolté, « écorché vif », jusqu'à la découverte, à l'âge de 28 ans, du premier livre - Quant au riche avenir - d'une lycéenne timide et surdouée, Marie Ndiaye. Il lui écrit, elle lui répond, ils correspondent, se rencontrent, s'aiment et se marient. « Elle était une reine dans son château. J'étais un chemineau, un indigent de l'écriture. » Selon lui, elle l'apaise, canalise sa révolte dans l'écriture. La lycéenne « accouche » d'un écrivain. Il écrit son premier livre à 31 ans, elle donne naissance à un premier enfant Laurène, puis à Silvère, puis Romaric. Loin des capitales, des grandes villes, du buzz médiatique, le couple mène une existence tranquille et nomade.

Jusqu'en 2001. Février, au cœur de l'hiver, après une nuit blanche, l'écrivain, mais aussi le père, se lève et emmène l'instituteur du village de Cormeilles, dans cette paisible et verdoyante Normandie, où ils vivent depuis de longues années, où leurs enfants sont scolarisés, il emmène l'enseignant donc à la gendarmerie, l'accusant de pédophilie sur de nombreux élèves. L'instituteur aux lunettes fumées sera condamné à quinze ans de prison et l'écrivain qualifié de « citoyen remarquable ».

La directrice de l'école de Cormeilles et un inspecteur de l'Éducation nationale ont dans un premier temps été mis en examen pour non-dénonciation d'atteintes sexuelles, mais ont tous deux bénéficié d'un non-lieu et n'ont donc jamais été jugés.

Les enfants du couple Cendrey/Ndiaye n'ont pas été victimes des agissements du pédophile. À la suite de cette histoire tragique, il publie en 2005 Les jouets vivants.

À la suite de l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence, dit-il, il quitte la France et s'installe à Berlin avec son épouse et leurs trois enfants.

L'écrivain contre le pédophile[modifier | modifier le code]

La tragédie de Cormeilles va durablement marquer l'homme, sa vie, l'écrivain et son œuvre, réveillant les douleurs d'une enfance martyrisée même si les abus sexuels en étaient absents.

« Il y avait cette question (mouillée d'émotion chez les uns, gorgée de suspicion chez les autres) : pourquoi, comme tant d'autres, et trente ans durant, ne pas avoir laissé courir l'enseignant, laissé crever tous ces enfants ? Sans doute parce que je suis un ancien jouet vivant, auquel ont été épargnées les violences sexuelles mais que ses géniteurs entendaient désarticuler », explique-t-il sur Lire.fr

« J’ai été qualifié à la fois de justicier et de héros. Pour beaucoup, justicier est une insulte. C’était comme si tout à coup on transgressait la loi au lieu de la servir. En ce qui me concerne, je me fichais éperdument de la loi. Je n’avais qu’un seul but, faire en sorte que des enfants exposés à des abominations ne le soient plus, et ce, au plus vite. Ce que certains ont qualifié d’héroïque s’est d’ailleurs limité à faire monter un gros type que je connaissais très bien, et dont je ne redoutais pas grand-chose, dans ma voiture et le déposer 1 min 30 s plus tard à la gendarmerie, où un incapable alcoolisé était censé le prendre en charge », explique-t-il à Comme-un-roman.

« Ce n’était certes pas très heureux comme perspective, mais je savais que cela suffirait à provoquer un scandale, un dérèglement. Je n’ai fait ni justice, ni grand-chose d’extrêmement courageux. Je ne suis d’ailleurs intervenu que de manière égoïste. Quand j’ai appris la souffrance de ces enfants, cela m’a été insupportable. J’ai donc choisi ce qu’il y avait de plus rapide, radical et violent pour me dispenser de souffrir plus longtemps ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans et nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Principes du cochon, P.O.L., Paris, 1988.
  • Atlas menteur, P.O.L., Paris, 1989.
  • Les morts vont vite, P.O.L., Paris, 1991.
  • Oublier Berlin, P.O.L., 1994.
  • Trou-Madame, P.O.L., 1997
  • Les Petites Sœurs de sang, Éditions de l'Olivier, 1999.
  • Parties fines, Mille et une nuits, 2000.
  • Une simple créature, Éditions de l'Olivier, 2001.
  • Conférence alimentaire, L'Arbre vengeur, 2004.
  • Les Jouets vivants, Éditions de l'Olivier, 2005.
  • Corps ensaignant, Gallimard, 2007
  • Les jouissances du remords, Éditions de l'Olivier, 2007
  • La maison ne fait plus crédit, Éditions de l'Olivier, 2008, 208 p.
  • Honecker 21, Actes Sud, 2009
  • Le Japon comme ma poche, L'Arbre vengeur, 2009
  • Mélancolie vandale, Actes Sud, 2011
  • Schproum. Roman avorté et récit de mon mal, Actes Sud, 2013
  • La France comme ma poche, L'Arbre vengeur, 2016 (traduction de l'Allemand Willy von Beruf)

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Providence et Toute vérité, Jean-Yves Cendrey et Marie NDiaye, Puzzle, Comp'Act, 2001 ; Gallimard, 2007.
  • Pauvre maison de nos rêves, Lansman Éditeur, Carnières, Belgique, 2009.
  • Pauvre maison de nos rêves suivi de L'Herbe tendre, Actes Sud, coll. « Papiers », Arles, France, 2010.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles de presse[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]