Jean-Loup Waldspurger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Loup Waldspurger
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Directeur de recherche au CNRS
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Distinction

Jean-Loup Waldspurger, né le à Enghien-les-Bains, est un mathématicien français, dont les domaines d'études sont principalement la théorie des nombres et des formes modulaires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Loup Waldspurger est un ancien élève de l'École normale supérieure de Paris (S 1972), ayant soutenu sa thèse en 1980 sous la direction de Marie-France Vigneras. Il est directeur de recherche au CNRS et à l'institut de Mathématiques de Jussieu de Paris, membre de l'Académie des Sciences depuis 2017[1]. Il a reçu le prix Clay en 2009 pour ses travaux portant sur l'analyse harmonique p-adique et ses contributions au lemme fondamental du programme de Langlands (prouvé par Ngô Bảo Châu). Il a également reçu la médaille d'argent du CNRS en 1996[2] ainsi que le prix Mergier-Bourdeix.

Travaux scientifiques[modifier | modifier le code]

Les travaux de J.-L. Waldspurger concernent la théorie des formes automorphes. Il a mis en évidence les liens existant entre les coefficients de Fourier de formes modulaires de poids demi-entier et les valeurs de fonctions L ou les périodes de formes modulaires de poids entier. Avec C. Moeglin, il a démontré la conjecture de Jacquet décrivant le spectre discret des groupes GL(n)[3]. D’autres travaux sont consacrés aux intégrales orbitales sur les groupes p-adiques : intégrales orbitales unipotentes, preuve de la conjecture de transfert de Langlands-Shelstad conditionnelle au ”lemme fondamental” (lequel a été ultérieurement prouvé par Ngo-Bao-Chau[4]). J.-L. Waldspurger a prouvé la conjecture de Gross-Prasad pour les groupes SO(N) sur un corps p-adique. Avec C. Moeglin, il a écrit deux gros volumes établissant la formule des traces stable pour les espaces tordus[5].

Quelques publications récentes sont accessibles sur son site web[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Académie des sciences »
  2. CNRS, « Les dix-sept lauréats de la Médaille d'argent du CNRS 1996 », sur http://www.cnrs.fr (consulté le 13 février 2014)
  3. C. Moeglin, J.-L. Waldspurger, « Le spectre résiduel de GL(n) », Annales ENS,‎ 22 (1989), p. 615-674
  4. Ngo-Bao-Chau, « Le lemme fondamental pour les algèbres de Lie », Publ. Math. IHES,‎ 111 (2010), p. 1-269
  5. C. Moeglin, J.-L. Waldspurger, Stabilisation de la formule des traces tordue, Birkhàuser, , volumes 1 et 2, Progress in Math 316 et 317 p.
  6. « Publications »

Liens externes[modifier | modifier le code]