Jean-Féry Rebel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jean-Ferry Rebel)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rebel.
Jean-Féry Rebel
Jean-Féry Rebel.jpg
Jean-Féry Rebel, ca. 1710?, Musée Magnin, Dijon.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Mouvement
Instruments
Maître
Genres artistiques

Jean-Féry Rebel, ou Jean-Ferry Rebel, (18 avril 1666[1],[2]-2 janvier 1747) est un violoniste et compositeur français de l'époque baroque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était fils d'un chanteur Jean Rebel et d'Anne Nolson[3], et fut remarqué pour ses dons, dès huit ans, par Lully, auquel il doit sa formation. Sa sœur aînée Anne Rebel (1663-1722)[3], chanteuse, épousa le compositeur Michel-Richard Delalande.

En 1705, il fut recruté parmi les Vingt-quatre Violons du Roi. Il devint plus tard maître de musique à l'Académie royale de Musique en 1716, puis compositeur de la Chambre du roi en 1726, et enfin maître de musique de l'Académie Française en 1742 (évinçant de ce poste Louis-Antoine Dornel).

Son fils François Rebel (1701-1775), également violoniste, compositeur et membre des "Vingt-quatre Violons du Roy", était depuis 1749 surintendant de la musique royale. Il se partageait la direction de l'opéra avec François Francœur.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Rebel a été l'un des premiers musiciens français à composer des sonates à l'italienne, souvent marquées d'une grande originalité et d'une audace harmonique certaine.

  • Ulysse, tragédie lyrique
  • Pièces pour le violon avec la basse continue (1705)
  • Caprice (1711)
  • Boutade (1712)
  • Recueil de douze sonates à 2 et 3 parties (composées en 1695 et imprimées à Paris en 1712) dont le « Tombeau de M. de Lully » en hommage à son maître.
  • Sonates à violon seul mêlées de plusieurs récits pour la viole (1713)
  • Les Caractères de la danse (1715)
  • La Terpsichore (1720)
  • Fantaisie (1729)
  • Les Plaisirs Champêtres (1734)
  • Les Élémens (1737), composition originale qui décrit la création du monde.
  • Leçons de ténèbres, perdu

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Les ÉLémens - Academy of Ancient Music, dir. Christopher Hogwood (juin 1978, L'Oiseau-Lyre 421 656-2)[4] — avec Les Élémens de Destouches
  • Les Élémens, Les Caractères de la danse - Les Musiciens du Louvre, dir. Marc Minkowski (1992, Erato)[5]
  • Les Élémens - Akademie für alte musik Berlin (2010, Harmonia Mundi HMC902061)
  • Les Élémens, Caprice, Boutade, Les Caractères de la danse, Les Plaisirs Champêtres, Fantaisie - Pratum Integrum Orchestra, (Caro Mitis Klassik Center Kassel 2010)
  • Sonates pour violon - Andrew Manze, violon ; Richard Edgarr, clavecin ; Jaap ter Linden, viole de gambe (1998, Harmonia Mundi HMC907221)
  • Sonates pour violons et basse continue N° 7, 5, 3, 6, 5, 11, Amandine Beyer, violon, L'Assemblée des Honnestes Curieux ( Zig Zag Territoire 2006)
  • Les élémens - Le Concert des Nations, dir Jordi Savall, (Alia Vox AVSA9914 2017)
  • La Terpsychore, Les Caractères de la danse, Les Plaisirs Champêtres, Fantaisie - Le Concert des Nations ( Alia Vox AVSA9929 2018)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon Catherine Massip, directrice du département de la musique de la Bibliothèque nationale, il s'agit de la date de son baptême, d'après le document de la paroisse Saint-Germain-l'Auxerrois de Paris. (Michel-Richard Delalande, p.40).
  2. Copie de l'acte de baptême par le marquis Léon de Laborde, dans son Répertoire alphabétique d'artistes et artisans tirés de l'état-civil parisien (XVIe-XVIIIe siècle), dit « fichier Laborde ».
  3. a et b Catherine Massip, Michel-Richard Delalande ou Le Lully latin, p.40, Éditions Papillon, Drize en Suisse 2005
  4. Lors de sa réédition ce disque a été distingué par Jean-Marie Brohm d'un « 9 » dans le magazine Répertoire no 17 et de « 4 clés » dans le magazine Diapason nos 270 et 352.
  5. Lors de sa sortie ce disque a été distingué par Sophie Roughol d'un « 10 » dans le magazine Répertoire no 60 ; par Philippe Venturini, d'un « Choc » dans le magazine Le Monde de la musique et par Dominique Cospain, d'un Diapason d'or no 394.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]