Jean-Baptiste Hubert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hubert.
Jean-Baptiste Hubert
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
RochefortVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Distinctions

Jean-Baptiste Hubert, né le à Chauny - Aisne, de Jean Baptiste Hubert, éclusier, receveur du canal, et de Marie Catherine Guette, décédé le à Rochefort, est un architecte naval et un ingénieur de la Marine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formé à Polytechnique[1],[2], où il entre le 20 décembre 1797 à 16 ans et demi[3], il est envoyé à Brest en 1799 où il restera jusqu'en 1804[3], il arrive à l'arsenal de Rochefort en 1805[4] comme sous-ingénieur de première classe jusqu'en 1812, il est détaché à Bordeaux de 1812 à 1814[5] puis renvoyé à Rochefort où il termine sa carrière d'ingénieur maritime comme directeur des constructions navales.

Ses contributions ont été fort nombreuses[6],[7]. Il réalise entre autres diverses machines utiles à la fabrication des cordes[6] pour la Corderie royale de Rochefort, des moulins à vent spécialisés[6],[8] et une quinzaine de navires[6]. Il est également à l'origine de la modernisation de l'arsenal de Rochefort[9].

Il est fait chevalier de l'ordre royal de la Légion d'honneur en juillet 1814, officier en avril 1833, puis commandeur en juin 1842[1], il est également fait chevalier de Saint-Louis en 1824[10]. Il a été membre du conseil général de la Charente-Inférieure[11]. Il est élu correspondant de l'Académie des sciences, section de mécanique, le 30 novembre 1818[12].

Il épouse le 25 mai 1819 à Voutron, ancienne commune disparue, Marie Jeanne Pain, née le 18 août 1781[13].[réf. obsolète]

Quelques réalisations[modifier | modifier le code]

La Recouvrance est une goélette à hunier, réplique des goélettes de type Iris, un modèle dessiné par l'architecte naval Hubert en 1817
  • Moulin à draguer la vase dont une maquette se trouve au Musée national de la Marine de Rochefort[14],[15],[16]
  • Moulin à scie à Rochefort[16],[17]
  • L'Iris, Goélette à hunier, dessinée par l'ingénieur Hubert en 1817 et construite à Brest[18], l'actuelle goélette La Recouvrance, construite entre 1990 et 1992, est une réplique de L'Iris d'après les plans de Jean-Baptiste Hubert[18],[19]
  • Plan d’un bâtiment destiné à recevoir un appareil à vapeur de la force de 160 ch. Le Sphinx, plan type signé Hubert, ingénieur, Rochefort, le 21 octobre 1828 et projet de mâture et de voilure pour le bateau à vapeur le Sphinx par Hubert, ingénieur, Rochefort, le 15 juin 1829[20]. Le Sphinx marque le début de la propulsion à vapeur des navires de guerre français[21],[22],[23],[24]
  • Le Météore, aviso à roues, en 1833, sur les plans de Jean-Baptiste Hubert[21],[25]
  • Plan d’un bâtiment à vapeur de la force de 220 ch le Pluton construit sur les plans du Véloce par Hubert, directeur des constructions, Rochefort, le 27 août 1836[26]
  • Plan d’un bâtiment destiné à porter un appareil à vapeur de la force de 220 ch. (Le Véloce) par Hubert, directeur des constructions, Rochefort, le 27 août 1836[27]
  • Plan des emménagements de la cale et du faux-pont du bâtiment à vapeur de 220 ch le Véloce signé Hubert, directeur des constructions, Rochefort, le 3 décembre 1840[28].
  • Projet de mâture et de voilure pour une frégate à vapeur de 450 ch. (Gomer, Asmodée et Monge) signé Hubert, directeur des constructions, Rochefort, le 16 avril 1841[29]
  • Le Coligny, mis en chantier en 1845 sur les plans de Jean-Baptiste Hubert[30],[31]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Dhombres, Jean-Baptiste Hubert, un ingénieur d'État, dans Jean Dhombres (dir), Aventures scientifiques en Poitou-Charentes du XVIe au XXe siècle, Poitiers, Les éditions de l'Actualité Poitou-Charentes, 1995, (p. 97 à 109)
  • Jacques Gay, Les ingénieurs rochefortais célèbres, dans Rochefort et la Mer. t. 20 : Personnalités maritimes rochefortaises (XVIIe – XIXe siècle), Jonzac, Université francophone d'été, 2003, (p. 27-33)
  • Annales maritimes et coloniales, publiées avec l'approbation du ministre de la marine et des colonies, Imprimerie royale, 1846 (p. 83 à 87)
  • Michel Vergé-Franceschi, Dictionnaire d'Histoire maritime, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », (ISBN 2-221-08751-8)
  • Étienne Taillemite, Dictionnaire des marins français, Paris, éditions Tallandier, , 573 p. (ISBN 2-84734-008-4)
  • Jean Meyer et Martine Acerra, Histoire de la marine française : des origines à nos jours, Rennes, éditions Ouest-France, , 427 p. (ISBN 2-7373-1129-2)
  • Rémi Monaque, Une histoire de la marine de guerre française, Paris, éditions Perrin, , 526 p. (ISBN 978-2-262-03715-4)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) « Cote LH/1316/6 », base Léonore, ministère français de la Culture
  2. (fr) « Histoire de la ville de Chauny Par Maximilien Melleville (p. 138) », sur books.google.fr
  3. a et b (fr) « L'ingénieur Jean-Baptiste Hubert (p. 4) » [PDF], sur larecouvrance.net
  4. (fr) « L'ingénieur Jean-Baptiste Hubert (p. 5) » [PDF], sur larecouvrance.net
  5. (fr) « L'ingénieur Jean-Baptiste Hubert (p. 6) » [PDF], sur larecouvrance.net
  6. a, b, c et d (fr) « Annales maritimes et coloniales : publiées avec l'approbation du ministre de la marine et des colonies (p. 83 à 87) », sur books.google.fr
  7. (fr) « 1816 - Rochefort (17) : le moulin à draguer et les autres inventions de Monsieur Hubert », sur www.histoirepassion.eu
  8. (fr) Le moulin et le meunier : mille ans de meunerie en France et en Europe, Volume 1, Claude Rivals, Empreinte, 2000 (p. 205 et 206)
  9. (fr) « L'armée et la ville en France, 1815-1870 : de la Seconde Restauration à la veille du conflit franco-prussien, par Carole Espinosa (p. 120) », sur books.google.fr
  10. (fr) « L'ingénieur Jean-Baptiste Hubert (p. 13) » [PDF], sur larecouvrance.net
  11. (fr) « L'ingénieur Jean-Baptiste Hubert (p. 22) » [PDF], sur larecouvrance.net
  12. (fr) « In memoriam - Les Membres de l'Académie des sciences depuis sa création (en 1666) », sur www.academie-sciences.fr
  13. (fr) « L'ingénieur Jean-Baptiste Hubert (p. 21) » [PDF], sur larecouvrance.net
  14. (fr) « Modèle de moulin à draguer la vase », sur www.musee-marine.fr
  15. (fr) « Dictionnaire chronologique et raisonné des descouvertes ... en France, de 1789 à 1820 », sur books.google.fr
  16. a et b (fr) « Mémoires de l'Acadêmie des sciences de l'Institut de France », sur books.google.fr
  17. (fr) « Annales de mathématiques pures et appliquées, Volume 7 », sur books.google.fr
  18. a et b (fr) « La Recouvrance › Le Bateau › Histoire », sur larecouvrance.net
  19. (fr) « La Recouvrance › Le Bateau › Présentation », sur larecouvrance.net
  20. (fr) « plans DE bâtiments (XIXe - XXe siècle) Inventaire méthodique Département de la marine (p. 571) » [PDF], sur www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr
  21. a et b (fr) « L'INNOVATION A L'ARSENAL DE ROCHEFORT », sur www.aamm.fr
  22. (fr) « Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, Volume 6 Par Académie des sciences (France) », sur books.google.fr
  23. (fr) « De la voile à la vapeur » [PDF], sur www.arts-et-metiers.net
  24. (en) « Corvette a Vapeur le Sphinx, de 160 chevaux, portant 14 bouches a feu, construite a Rochefort sur les plans de l'ingénieur Hubert, et lancée en 1829 - Le Sphinx est l'un des premiers bâtiments a vapeur de la marine militaire française. Ce type, doué de bonnes qualités nautiques, donnant une vitesse de 7 nœuds (12.964 km/h) a dure jusqu'en 1845 environ. Le Sphinx remorqua en 1833 l'ellegre Luxor portant l'obélisque érige aujourf'hui a Paris, place de la Concorde (Modele du Musee de Marine) », sur content.lib.washington.edu
  25. (fr) [vidéo] Visionner la vidéo sur YouTube
  26. (fr) « plans DE bâtiments (XIXe – XXe siècle) Inventaire méthodique Département de la marine (p. 105) » [PDF], sur www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr
  27. (fr) « plans DE bâtiments (XIXe – XXe siècle) Inventaire méthodique Département de la marine (p. 575) » [PDF], sur www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr
  28. (fr) « plans DE bâtiments (XIXe – XXe siècle) Inventaire méthodique Département de la marine (p. 576) » [PDF], sur www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr
  29. (fr) « plans DE bâtiments (XIXe – XXe siècle) Inventaire méthodique Département de la marine (p. 80) » [PDF], sur www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr
  30. (fr) « Forêt et marine Par Andrée Corvol,Groupe d'histoire des forêts françaises », sur books.google.fr
  31. (fr) « plans DE bâtiments (XIXe – XXe siècle) Inventaire méthodique Département de la marine (p. 110) » [PDF], sur www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]