Jean-Baptiste Henry Collin de Sussy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Collin.
Jean-Baptiste Collin de Sussy
Nom de naissance Jean-Baptiste Henry Collin de Sussy
Naissance
Châlons-sur-Marne (Marne)
Décès
Paris
Nationalité France
Pays de résidence France
Profession
Haut fonctionnaire et homme politique
Activité principale
Autres activités
Administrateur des contributions indirectes (1804-1827)
Maître des requêtes
Ascendants

Jean-Baptiste Henry Collin de Sussy, baron puis (1826) comte de Sussy, est un homme politique français né à Châlons-sur-Marne (aujourd'hui Châlons-en-Champagne) (actuel département de la Marne) le et mort à Paris le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils aîné de Jean-Baptiste Collin de Sussy (1750-1826), directeur général des douanes puis ministre des Manufactures et du Commerce de Napoléon Ier, et de sa femme, Louise Millot, il fit les campagnes des armées des Alpes et d'Italie en qualité d'ingénieur attaché à l'état-major[1].

Il entra dans l'administration des douanes après la paix de Lunéville (1801) et fut inspecteur général en Belgique, d'où il fut rappelé en 1804 pour concourir à l'organisation des contributions indirectes[2]. Il fut nommé administrateur des contributions indirectes et confirmé dans cette fonction sous la Restauration le tout en étant parallèlement maître des requêtes au Conseil d'État.

Le 3 janvier 1827, il fut admis à siéger à la Chambre des pairs par droit héréditaire en remplacement de son père décédé, et prit place parmi les modérés.

Le 30 juillet 1830, il fut chargé par la Chambre des pairs de porter à l'Hôtel de ville et à la Chambre des députés le retrait des ordonnances de Saint-Cloud que le duc de Mortemart avait obtenu de Charles X. Au Palais Bourbon, il se heurta au refus formel de Laffitte de le recevoir. À l'Hôtel de ville, La Fayette le reçut aimablement mais se montra fort embarrassé lorsque le comte de Sussy prétendit lui notifier le retrait des ordonnances : « Que voulez-vous que nous fassions de cela ? », lui demanda-t-il, et comme le pair insistait, il ajouta : « C'est fini des Bourbons, il faut vous résigner. »[3] Pour prouver ses dires, La Fayette donna lecture des ordonnances, et celles-ci furent accueillies par des huées. Le comte de Sussy, qui tenait à obtenir un accusé de réception, se rendit alors auprès de la commission municipale, où Audry de Puyraveau ne voulut rien entendre. Il retrouva La Fayette seul dans son cabinet, et finit par obtenir de lui une note ambiguë accusant réception des documents.

Le comte de Sussy siégea à la Chambre des pairs jusqu'à sa mort, après avoir prêté serment à la monarchie de Juillet. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise[4].

Il est en 1833 le créateur du Musée de la Monnaie de Paris inauguré par le roi Louis-Philippe Ier le [5].

Il est fait chevalier de la Légion d'honneur le 4 février 1815, officier le 16 décembre 1827 et commandeur le 15 janvier 1831, date à laquelle il est colonel de la 11e légion de la garde nationale de Paris.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France, vol. 6, p. 193
  2. ibidem
  3. cité par le Dictionnaire des parlementaires français, tome 5, p. 350
  4. Journal des débats politiques et littéraires, (lire en ligne)
  5. Une médaille à l'effigie de Collin de Sussy a été frappée.

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Jean-Baptiste Henry Collin de Sussy », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]
  • Jean-Paul Barbier, « Collin de Sussy », Horizons d'Argonne, no 84, 2007
  • Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France, vol. 6, p. 193-194
  • Base Léonore du Ministère de la Culture, notice L0570035.