James Williamson (musicien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Williamson.
James Williamson
Nom de naissance James Robert Wiliamson
Naissance
Castroville, Texas
Genre musical Protopunk, Punk rock
Instruments Guitare électrique
Années actives 1966-1980, depuis 2009
Labels Colombia, Bomp, Radar, Fat Possum
Site officiel http://www.straightjameswilliamson.com

James Williamson est un guitariste, compositeur et producteur américain né le 29 octobre 1949.

Jeunes années[modifier | modifier le code]

Né le [1] à Castroville, Texas (petite bourgade fondée au XIXe siècle par des Alsaciens, voisine de San Antonio), James Williamson (son nom complet est James Robert Williamson) est élevé par sa mère et son beau-père, un militaire à l'éducation très stricte. Les déménagements sont fréquents pour le jeune Williamson. À 12 ans, alors qu'il vit dans l'Oklahoma, il apprend à jouer de la guitare auprès d'un dénommé Rusty Sparks.

Sa famille déménage pour Detroit, Michigan, lorsqu'il a 14 ans. C'est à cette période qu'il joue dans son premier groupe, The Chosen Few, qui reprend essentiellement du Rolling Stones. C'est au sein de ce groupe qu'il fait plus tard la connaissance de Ron Asheton, alors bassiste. Le groupe se sépare peu après en 1967, et Asheton va fonder les Stooges avec Iggy Pop.

Williamson garde contact avec Asheton, et fait connaissance avec les Stooges, leur rendant même visite à New-York, alors qu'ils enregistrent leur premier album éponyme, en 1969.

The Stooges[modifier | modifier le code]

À l'été 1970, Iggy Pop vire Dave Alexander, et le groupe essaye plusieurs bassistes. C'est peu après que Ron Asheton suggère d'embaucher un second guitariste pour étoffer le son du groupe. James Williamson devient donc le second guitariste des Stooges dans les derniers mois de leur période Elektra (probablement vers fin 1970- début 1971), laquelle s’achève par la première dissolution du groupe le 8 juillet 1971. Iggy Pop part se désintoxiquer à New York, et rencontre là-bas David Bowie. Lorsque ce dernier propose à Iggy Pop de s’envoler à Londres avec lui pour produire son prochain disque, Iggy n’emmène que James Williamson avec lui, oubliant les frères Asheton… Mais une fois sur place, ils ne trouvent pas de musiciens qui leur conviennent. James Williamson propose donc à Iggy de faire revenir les Asheton.

Le groupe renaît ainsi en juin 1972, renommé au passage Iggy and The Stooges, et Williamson devient seul guitariste du groupe reléguant Asheton à la basse. Iggy Pop et James Williamson composent à deux les chansons du troisième album des Stooges, Raw Power. À cette occasion, Williamson développe un style agressif dans sa manière de jouer, influençant largement le punk qui explosera quelques années plus tard.

L’album est un échec commercialement parlant. De plus, les Stooges sombrent dans l’abus de drogues dures. Devenus incontrôlables, ils sont remerciés par leur maison de disques, deux ans seulement après leur éviction d’Elektra.

Après The Stooges[modifier | modifier le code]

À la fin du groupe en 1974 (marquée par le célèbre concert du 9 février 1974 au Michigan Palace de Detroit), il a continué à accompagner Iggy Pop, composant avec lui son premier album post-Stooges, Kill City, en 1975, un disque dont personne ne voudra à l'époque et qui ne sortira que deux ans plus tard. C’est à cette période qu’Iggy Pop, dont l’état de santé mentale est plus que préoccupant, va faire un séjour en hôpital psychiatrique, tandis que Williamson va se trouver une nouvelle passion pour l’électronique. Après une petite parenthèse durant laquelle il en a profité pour reprendre ses études, il a ensuite produit et joué de la guitare sur le troisième album d'Iggy, New Values, en 1979. Enfin, il a commencé à travailler sur l'album suivant d'Iggy Pop, Soldier, avant que ce dernier ne lui signifie son renvoi, les séances de production de Williamson étant refaites et n’apparaissant pas sur le disque.

James Williamson disparaît alors du monde de la musique, pour rejoindre la Silicon Valley où il s'adonnera à son autre passion, l'électronique. Il devint haut responsable chez Sony.

Lors de la reformation des Stooges en 2003, James Williamson n'a logiquement pas été réintégré au groupe. Ron Asheton, probablement rancunier, a refusé dans un premier temps (sur la période 2003-2007) de jouer ses compositions. Toutefois, sur la dernière tournée des Stooges (2008), Ron Asheton jouera Search and Destroy et I Got A Right. Sur les 3 dernières dates de la tournée (dont une au Palais des Festivals de Cannes) il jouera même Raw Power en rappel.

Retour avec The Stooges[modifier | modifier le code]

À la suite de la mort de Ron Asheton en 2009, Iggy Pop reprit contact avec Williamson pour la première fois en 29 ans et lui demanda s'il était intéressé de reprendre la place du défunt guitariste. Comme Williamson venait de prendre sa retraite, il accepta le défi. Iggy confirma le retour de James Williamson parmi The Stooges après 35 ans d'absence le 20 mai 2009, dans une interview au journal The Australian. Le groupe nouvellement réuni répéta à partir du mois d'août et le 5 septembre 2009, James Williamson donna son premier concert en 35 ans avec le groupe Careless Hearts, au Blank Club de San José, Californie.

Iggy and The Stooges, avec Williamson de retour à la guitare, donna son premier concert le 7 novembre 2009 à São Paulo.

En mars 2010, le groupe fait son entrée au Hall Of Fame de Cleveland et joue pour l'occasion Search and Destroy avec Scott Thurston au piano.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Avec The Stooges[modifier | modifier le code]

Avec Iggy Pop[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'après le registre des naissances du Comté de Medina, où se situe Castroville