Jakob Wilhelm Hauer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jakob Wilhelm Hauer.

Jakob Wilhelm Hauer (né le 4 avril 1881 à Ditzingen, mort le 18 février 1962 à Tübingen) est un indologue et un spécialiste des religions allemand. Il est le fondateur en 1920 du mouvement de jeunesse "Bund der Köngener", puis en 1933 du Mouvement allemand pour la foi (Deutsche Glaubensbewegung). À partir de 1950, il préside le Mouvement des unitariens allemands (Deutsche Unitarier Religionsgemeinschaft).

Biographie[modifier | modifier le code]

Idées[modifier | modifier le code]

Religiosité[modifier | modifier le code]

En 1930, il affirme sa foi panthéiste, souhaitant renouer avec les croyances religieuses du peuple germanique originel[1].

Hauer définit ainsi la religion nordique comme un marqueur identitaire fort, proposant une divinité impersonnelle, opposée à un Dieu personnifié, à ses yeux le dieu des Juifs et des Romains[2].

Antisémitisme[modifier | modifier le code]

Ses idées de refondation religieuse lui attirent des vindictes du journal nazi Der Stürmer de Julius Streicher; pour ce dernier, très hostile au Christianisme, la religion de Jakob Hauer n'est qu'une nouvelle formulation de la doctrine chrétienne, assimilé au Juif[1]

militantisme et engagement public[modifier | modifier le code]

Période nazie[modifier | modifier le code]

En juillet 1933, il participe à la fondation à Eisenach au mouvement de la foi allemande, proche du NSDAP[3]. Rapidement ce mouvement devient un mouvement de masse, à la structure voisine de celle du parti nazi[4]

En dépit de sa proximité avec le régime, il refuse d'adhérer au parti nazi avant 1937[3].

Après le conflit[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 1922: Werden und Wesen der Anthroposophie
  • 1922: Die Anfänge der Yogapraxis im alten Indien
  • 1932: Der Yoga als Heilweg
  • 1934: Dt. Gottschau
  • 1934: Was will die D.G.
  • 1937: Glaubensgeschichte der Indogermanen
  • 1941: Glaube und Blut
  • 1941: Religion und Rasse
  • 1950: Die Krise der Religion und ihre Überwindung
  • 1952: Glauben und Wissen

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens internet[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Conte et Essner 1995, p. 48.
  2. Verlinde 2003, p. 366.
  3. a et b Conte et Essner 1995, p. 47.
  4. Conte et Essner 1995, p. 49.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Johann Chapoutot, Le Nazisme et l'Antiquité, Paris, PUF, , 643 p. (ISBN 978-2-13-060899-8). 
  • Johann Chapoutot, La loi du sang : Penser et agir en nazi, Paris, Gallimard, , 567 p. (ISBN 978-2-07-014193-7). 
  • Édouard Conte et Cornelia Essner, La Quête de la race : Une anthropologie du nazisme, Paris, Hachette, , 451 p. (ISBN 978-2-01-017992-1). 
  • Nicholas Goodrick-Clarke, Les racine occultes du nazisme : Les sectes secrètes aryennes & leur influence sur l'idéologie du IIIe Reich, Camion Noir, , 508 p. (ISBN 978-2-35779-054-4). 
  • (en) Karla Poewe et Irving Hexham, « Jakob Wilhelm Hauer’s New Religion and National Socialism », Journal of Contemporary Religion, no 20,‎ , p. 195-215 (lire en ligne). 
  • Joseph-Marie Verlinde, « Les racines cachées du Nouvel Âge », Nouvelle revue théologique, t. 125, no 3,‎ , p. 353-373 (lire en ligne). 

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]