Jacques Laumosnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Laumosnier
Naissance
Décès
Nationalité
Drapeau : France Française
Activité
Maître
Mouvement
Influencé par
Œuvres réputées

Jacques Laumosnier est un peintre français probablement né à Paris vers et mort à Paris vers , connu surtout comme peintre du maréchal René de Froulay de Tessé.

Biographie[modifier | modifier le code]

Un apprentissage aux Gobelins[modifier | modifier le code]

Né en 1669 ou peu avant, Jacques Laumosnier appartient à une famille d'artisans aisés originaires de Clichy-la-Garenne et Paris. Il réalise sans doute son apprentissage à la manufacture des Gobelins, dirigée par les peintres Charles Le Brun et Adam Frans van der Meulen, puis, après 1690, par leur successeur Jean-Baptiste Ier Martin. C’est probablement auprès de ce dernier qu’il apprend la peinture historiée. Il est reçu maître peintre le 7 avril 1693 et intègre l’Académie de Saint-Luc, communauté regroupant les maîtres peintres et sculpteurs parisiens.

Peintre du maréchal de Tessé[modifier | modifier le code]

L’un des premiers tableaux de Laumosnier, L’Entrevue de Louis XIV et de Philippe IV sur l'île des Faisans en 1660 (Entrevue des deux rois sur l'île des Faisans).
Mariage de Louis XIV et de Marie-Thérèse d'Autriche

Il est choisi par le maréchal René de Froulay de Tessé pour peindre les deux premiers tableaux qu’on connaît de lui, réalisés d’après des cartons de haute lisse des Gobelins : L’Entrevue de Louis XIV et de Philippe IV dans l’Île des faisans et Le mariage de Louis XIV et Marie-Thérèse d’Autriche à Saint-Jean-de-Luz. Laumosnier réalise pour son protecteur neuf grands tableaux représentant les évènements marquants de la vie du maréchal.

Peintre du roi[modifier | modifier le code]

À partir de 1718 Jacques Laumosnier se pare du titre de peintre du roi. Il semble collaborer avec les peintres de fleurs Jean-Baptiste Belin père et fils, connus pour avoir exercé dans différentes résidences royales telles que Saint-Germain, Fontainebleau ou encore Versailles. Mais les œuvres que Laumosnier a réalisées pour le roi restent à identifier.

Peintre au service de l’aristocratie et de la bourgeoisie[modifier | modifier le code]

Après la mort en 1725 de son protecteur, Jacques Laumosnier reçoit diverses commandes privées. Il participe, sans doute sous la direction d’Augustin Oudart Justina, à la décoration du château d’Ermenonville. Il réalise aussi des portraits à la manière de Hyacinthe Rigaud, le peintre le plus en vogue à cette époque, pour de riches aristocrates ou bourgeois tels que l’évêque d’Arras ou le financier Jean-Baptiste Petit-de-Saint-Lienne.

Professeur à l’Académie de Saint-Luc[modifier | modifier le code]

En 1735 il exerce comme professeur à l’Académie de Saint-Luc. À la date de son dernier acte connu, en 1744, Jacques Laumosnier est âge de plus de 75 ans et n’exerce plus. Il meurt sans doute peu après.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Peinture historiée[modifier | modifier le code]

Portraits[modifier | modifier le code]

  • Portrait en pied du maréchal de Tessé, après 1703, Musée de Tessé, le Mans.
  • François Baglion de La Salle, évêque d'Arras, portrait connu par une gravure de Laurent Cars (1729)
  • Portrait présumé du financier Jean-Baptiste Geoffroy Petit de Saint-Lienne (1728), collection privée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gauthier Langlois, « Peintre du maréchal de Tessé et peintre du roi, Jacques Laumosnier (…1669-1744…) », dans Revue de la Société historique et archéologique du Maine, t. 12 (année 2012), (ISSN 1158-3371), p. 157-174 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Élisabeth Foucart-Walter, Le Mans, Musée de Tessé : peintures françaises du XVIIe siècle, Paris, Éd. des Musées Nationaux,

Liens externes[modifier | modifier le code]