Jean-Baptiste Belin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Baptiste Belin
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Maître
Lieu de travail
Enfant
Jean-Baptiste Belin II (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Morceau de réception de Belin à l’Académie. Musée du Louvre

Jean-Baptiste Belin de Fontenay[1], ou Blain de Fontenay Père, baptisé à Caen le et mort à Paris le , est un peintre français, estimé pour ses tableaux de fleurs et de fruits.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Louis Belin, Jean-Baptiste était l’élève du peintre de fleurs Jean-Baptiste Monnoyer dont il épousa la fille Marie le . Protestant, il est probable que sa conversion était une démarche visant à faciliter sa réception à l’Académie en 1687 avec, comme morceau de réception, le Buste de Louis XIV (voir illustration). Gilbert de Sève est le témoin de son abjuration à l'église Saint-Sulpice le [2].

Grâce aux commandes dans tous les châteaux royaux et les bâtiments publics que lui faisait avoir son beau-père, il obtint bientôt la faveur de la cour, en particulier celle de Louis XIV, qui se traduisit par de multiples commandes dans les châteaux de Versailles, Marly, Meudon, Compiègne et Fontainebleau (notamment des dessus de porte).

Il reçut un appartement gratuit au Louvre plus une pension de 400 livres. Il livra également un grand nombre de présentations aux Gobelins et il fut recherché pour décorer les palais des familles distinguées. En outre, il peignit beaucoup de bordures florales pour des portraits féminins dont un nombre considérable se trouve dans les musées. Il a richement décoré de fleurs l’« escalier de la Reine » au château de Versailles. On trouve aussi un choix riche de ses œuvres au grand Trianon. Outre deux œuvres dans la galerie du Louvre, ses œuvres se trouvent dans les musées de Caen, Bayeux, Rennes, Orléans, d’Avignon, Tours et Marseille.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Diversement épelé Blain, Blin. Le nom de Belin n’a été avéré que vers la fin du XIXe siècle grâce à des documents et des signatures du peintre, alors que Blin ou Blain et plus encore Fontenay étaient communément utilisés. Quant aux noms de Baptiste et Fontenay, c’est le peintre qui a pris de lui-même, le premier après son abjuration du calvinisme et le second tiré d’un domaine près de Caen.
  2. Jal 1872, p. 186.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  • Auguste Jal, « Belin de Fontenay (Louis), ?1654-1715 (Jean-Baptiste Ier), 1688-1730 (Jean-Baptiste II), 1698-1723 (Jacques) », dans Dictionnaire critique de biographie et d'histoire : errata et supplément pour tous les dictionnaires historiques d'après des documents authentiques inédits, Paris, Henri Plon imprimeur-éditeur, , 2e éd. (lire en ligne), p. 185-187
  • Émile Bellier de La Chavignerie et Louis Auvray, « Belin (Jean [Baptiste de Fontenay]) », dans Dictionnaire général des artistes de l'école française depuis l'origine des arts du dessin jusqu'à nos jours. Architectes, peintres, sculpteurs, graveurs et lithographes, t. 1, Paris, Librairie Renouard, (lire en ligne), p. 62-63
  • (de) Georg Kaspar Nagler, Allgemeines Künstler-Lexikon, W. Engelmann, Leipzig, Wilhelm Engelmann, 1885, p. 348.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]