Jacques Hurtubise (peintre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Hurtubise
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation
Influencé par
Distinctions
Bourse Max Beckmann

Jacques Hurtubise (Montréal, - Cap-Breton, Nouvelle-Écosse, [1]) est un peintre québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'École des beaux-arts de Montréal en 1960, il subit l'influence du groupe des Plasticiens de Montréal[2]. En 1961, il obtient la bourse Max Beckmann pour aller étudier à New York, où il découvre l'expressionnisme abstrait[3]. Il y demeure pour une majeure partie des années 1960. À son retour de New York, Hurtubise fait la rencontre Claude Tousignant et Guido Molinari[4]. En 1967, son travail de recherche sur les effets de la lumière l'inspire à produire des œuvres fluorescentes et par la suite, des créations avec des néons[5]. Avec Jack Bush, il représente le Canada à la Biennale de São Paulo de 1967. En 1970, il adopte le carré comme structure principale de ses œuvres. À partir de 1977, il commence à travailler des formes et des contrastes chromatiques sur fond neutre afin de produire des motifs linéaires qui évoquent des paysages abstraits[6]. Ces œuvres dites spontanées mêlent l'impulsion à la rigueur. Dans les années 1980 et 1990, il utilise les mouvements en surimpression qui se déploient sur toute la surface de ses toiles. Ces œuvres sont marquées d'un motif central qui s'étale sur un réseau complexe de couleurs[7]. En 1983, Hurtubise s’installe de manière définitive en Nouvelle-Écosse pour y établir son studio[8].

Jacques Hurtubise meurt le 27 décembre 2014 à sa résidence de l’île du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse[9],[10].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Peintures[modifier | modifier le code]

  • Géraldine, 1965, acrylique sur toile, 101,6 × 114,8 cm, Musée d'art contemporain de Montréal, Montréal[11].
  • Isabelle, 1965, acrylique sur toile, 121,8 x 152,3 cm, Musée national des beaux-arts du Québec, Québec[12].
  • Sunset, 1980, acrylique sur toile, 203,5 x 406 cm, Musée national des beaux-arts du Québec, Québec[6].
  • Flocons de méduse, 2000, acrylique sur toile, 80,5 x 120 cm (oeuvre); 83 x 122,7 cm (avec cadre), Musée national des beaux-arts du Québec, Québec[13].

Sculptures[modifier | modifier le code]

  • Abstraction Z, 1960, acier, 235 x 220 x 93 cm, Musée national des beaux-arts du Québec, Québec[14].
  • Irène, 1968, aluminium, tubes fluorescents, ampoules incandescentes et circuits électriques, 198 x 123 x 30 cm, Musée national des beaux-arts du Québec, Québec[5].

Honneurs[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Musées et collections publiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mayo Graham, François-Marc Gagnon, Pierre Théberge, Jacques Hurtubise. Quatre Décennies Image par Image, Musée des beaux-arts de Montréal, 25 janvier 1998, 128 p.[21].
  • Sarah Fillmore, Jacques Hurtubise, Goose Lane Editions, édition bilingue, 13 janvier 2012, 208 p.[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décès du peintre québécois Jacques Hurtubise », sur La Presse, (consulté le 8 avril 2020)
  2. « Jacques Hurtubise - Oeuvres d'art | Galerie d'art Cosner à Montréal », sur Galerie Cosner (consulté le 8 avril 2020)
  3. a et b « Jacques Hurtubise - Galerie Simon Blais - 5420, boul. St-Laurent, Montréal », sur www.galeriesimonblais.com (consulté le 8 avril 2020)
  4. « Biographie de Jacques Hurtubise », sur www.galerievalentin.com (consulté le 8 avril 2020)
  5. a et b « Irène - Hurtubise, Jacques », sur Collections | MNBAQ (consulté le 8 avril 2020)
  6. a et b « Sunset - Hurtubise, Jacques », sur Collections | MNBAQ (consulté le 8 avril 2020)
  7. « Jacques Hurtubise | l'Encyclopédie Canadienne », sur www.thecanadianencyclopedia.ca (consulté le 8 avril 2020)
  8. a et b « Jacques Hurtubise », sur Alan Klinkhoff Gallery (consulté le 8 avril 2020)
  9. Zone Arts- ICI.Radio-Canada.ca, « Décès du peintre post-moderne Jacques Hurtubise », sur Radio-Canada.ca (consulté le 8 avril 2020)
  10. Julie Ledoux, « Le peintre Jacques Hurtubise n’est plus », sur Voir.ca (consulté le 8 avril 2020)
  11. « Jacques Hurtubise, Géraldine, 1965 », sur MAC Montréal (consulté le 8 avril 2020)
  12. « Isabelle - Hurtubise, Jacques », sur Collections | MNBAQ (consulté le 8 avril 2020)
  13. « Flocons de méduse - Hurtubise, Jacques », sur Collections | MNBAQ (consulté le 8 avril 2020)
  14. « Abstraction Z - Hurtubise, Jacques », sur Collections | MNBAQ (consulté le 8 avril 2020)
  15. a b c et d « Les Prix du Québec - le lauréat Jacques Hurtubise », sur www.prixduquebec.gouv.qc.ca (consulté le 8 avril 2020)
  16. « Jacques Hurtubise. Batailles », sur Musée régional de Rimouski (consulté le 8 avril 2020)
  17. « Jacques Hurtubise », sur Musée d'art de Joliette (consulté le 8 avril 2020)
  18. « Hurtubise, Jacques », sur Collections | MNBAQ (consulté le 8 avril 2020)
  19. « Jacques Hurtubise », sur MAC Montréal (consulté le 8 avril 2020)
  20. « Jacques Hurtubise », sur www.beaux-arts.ca (consulté le 8 avril 2020)
  21. Mayo Graham, François-Marc Gagnon, Pierre Théberge, Jacques Hurtubise. Quatre Décennies Image par Image, Montréal, Québec, Musée des Beaux-Arts de Montréal, , 128 p. (ISBN 978-2891922227)
  22. (fr + et + en) Sarah Fillmore, Nouvelle-Écosse, Goose Lane Editions, , 208 p. (ISBN 978-0864926623)

Liens externes[modifier | modifier le code]