Jānis Balodis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jānis Balodis
Jānis Balodis en 1938.
Jānis Balodis en 1938.

Naissance 20 février 1881
Trikāta
Gouvernement de Livonie
Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Décès 8 août 1965.
Saulkrasti, Drapeau de la République socialiste soviétique de Lettonie RSS de Lettonie.
Allégeance 1881–1918 : Drapeau de l'Empire russe Empire russe
1918–1921 : Drapeau de la Lettonie Lettonie
Arme Infanterie
Grade Général, commandant en chef de l'armée lettonne
Conflits Guerre russo-japonaise
Première Guerre mondiale
Guerre d'indépendance de la Lettonie
Commandement commandant en chef de l'armée nationale lettone
Distinctions Ordre de Saint-Vladimir Saint vladimir (bande).png
Ordre de Lāčplēšis Lacplesis Military Order Ribbon.png
Ordre de Saint-Michel et Saint-Georges Ord.St.Michele-Giorgio.png
Commandeur de la Légion d'honneur Legion Honneur Commandeur ribbon.svg
Autres fonctions ministre de la guerre
vice-président

Jānis Balodis, né à Trikāta en 1881 et décédé à Saulkrasti en 1965, est un général et homme d'État letton, l'une des figures principales de la première période d'indépendance de la République lettonne[1],[2],[3].

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Jānis Balodis[4] naît le 20 février 1881 à Trikāta, ville lettone appartenant alors à l'Empire russe. Son père est l'historien Voldemārs Balodis ; son frère cadet, Francis Balodis (lv) (1882-1947), devient par la suite archéologue-égyptologue.

Il effectue ses études à l'académie militaire de Vilnius, qu'il quitte en 1902, en tant qu'officier de l'armée impériale russe.

États de services[modifier | modifier le code]

Participant à la guerre russo-japonaise de 1904-1905, Balodis est décoré de Ordre de Saint-Vladimir pour son action.

Il est blessé au cours des premiers combats à l'est de la Prusse durant la Première Guerre mondiale. Fait prisonnier, il s'échappe et regagne la Lettonie en novembre 1918. À la mort du colonel Oskars Kalpaks (en) en mars 1919, il prend le commandement de l'armée nationale lettone et est officiellement nommé commandant en chef au mois d'octobre de la même année jusqu'à 1921 où il part en retraite[2]. À ce poste, il se bat successivement contre les bolchéviques, les Allemands de Rüdiger von der Goltz, les troupes des barons baltes de Pavel Bermondt-Avalov et les Russes blancs[5],[6].

Politique[modifier | modifier le code]

En 1925, il est élu au parlement letton (Saeima) et devient ministre de la guerre en décembre 1931[2]. Nommé premier ministre dans le cabinet de Kārlis Ulmanis le 15 mai 1934, il devient vice-président à partir du 11 avril 1936, date à laquelle Ulmanis assume la fonction présidentielle de manière dictatoriale[2]. À ce poste, il est le véritable bras droit de la dictature[7],[8],[9].

Au mois de juin 1940, l'Union soviétique pénètre en Lettonie et dépose son gouvernement[10]. En juillet, Ulmanis et Balodis sont arrêtés et déportés en Union soviétique, dans la prison spéciale Vladimir[2]. En tant que prisonnier, il porte le no 9 et son épouse, Elvira Yulyevna Balodis (née Bloom), a le no 10.

Après guerre, Janis Balodis est autorisé à rentrer en Lettonie en 1956. Il y décède le 8 août 1965, à Saulkrasti. Il est inhumé au cimetière de la Forêt à Riga.

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Jānis Balodis. Latvian politician. », sur britannica.com (consulté le 6 octobre 2015)
  2. a, b, c, d et e (en) « Jānis Balodis. General. 20th of February 1881 - 8th of August 1965 », sur generale.dk (consulté le 6 octobre 2015)
  3. (en) World Heritage Encyclopedia, « Latvian war of independence », sur worldheritage.org (consulté le 11 octobre 2015)
  4. Balodis signifie colombe en letton.
  5. Tony Jaques, Dictionary of Battles and Sieges: P-Z, Greenwood Publishing Group,‎ (ISBN 978-0-3133-3539-6, lire en ligne)
  6. S. Kiersons, Boys of the Dvina - Latvia's Army 1918-1940, Lulu Publishing,‎ (ISBN 978-1-300-01591-8, lire en ligne)
  7. Jeremy Black, Avoiding Armageddon: From the Great War to the Fall of France, 1918-40, A&C Black,‎ (ISBN 978-1-4411-5713-3, lire en ligne)
  8. Valdis O. Lumans, Latvia in World War II, New York: Fordham University Press,‎ (ISBN 978-0-8232-2627-6, lire en ligne)
  9. (en) Janis Rogainis, Lithuanian Quarterly Journal of Arts and Sciences, « The Emergence of an Authoritarian Regime in Latvia, 1932-1934. », sur lituanus.org (consulté le 6 octobre 2015)
  10. (en) Andrejs M. Mežmalis, « The Latvian Legion. Information. Facts. Truth. », sur dvcv.lv,‎ (consulté le 6 octobre 2015)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (lv) Arnolds Auzin̦š, G̦enerālis Jānis Balodis, Jumava, coll. « Biographie »,‎ , livre 23 cm, 177 p. (ISBN 978-9-984-38186-2)
  • (lv) Igors Vārpa, Latviešu karavīrs zem Krievijas impērijas, Padomju Krievijas un PSRS karogiem : Latviešu strēlnieki triju vēstures laikmetu griežos, Nordik, coll. « Latvia History 1914-1918 »,‎ , livre 25 cm, 726 p. (ISBN 978-9-984-79211-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]