Cette page est semi-protégée.

Iván Fandiño

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Iván Fandiño
Image illustrative de l'article Iván Fandiño
Iván Fandiño en 2014.
Présentation
Nom de naissance Iván Fandiño Barros
Naissance
Orduña (Espagne)
Décès (à 36 ans)
Mont-de-Marsan (France)
Nationalité espagnole
Site internet http://www.ivanfandino.net/
Carrière
Alternative à Bilbao
Parrain « El Juli »
Confirmation d'alternative
Parrain Antonio Ferrera
Mort dans l'arène Aire-sur-l'Adour ()
Tué par Provechito (53) de Baltasar Ibán

Iván Fandiño Barros, né le à Orduña (province de Biscaye, Espagne) et mort le à Mont-de-Marsan (Landes, France), est un matador espagnol.

Biographie

Carrière

C'est un torero qui ne craignait pas de se mesurer aux taureaux durs.

Le , à Malaga il a reçu un coup de corne d'une profondeur de 25 cm dans la jambe droite qui lui a sectionné la veine saphène, compromettant ainsi la suite de sa temporada[1].

Le , à Séville, il a coupé une oreille dans un mano a mano avec David Mora[2] contre les taureaux réputés difficiles de Victorino Martín.

Le , il a affronté six taureaux lors d'une corrida concours à Bilbao[3].

Le , il a accumulé les succès à Bayonne avec notamment une sortie a hombros[4].

Le , il est sérieusement blessé lors de la deuxième corrida de la féria aoûtienne de Bayonne et hospitalisé après une perte de connaissance[5].

Iván Fandiño toréant aux fêtes d'Aire-sur-l'Adour le 17 juin 2017, quelques minutes avant son décès.

Le , il torée dans les arènes Maurice Lauche à Aire-sur-l'Adour avec Juan del Álamo et Thomas Dufau face à des taureaux de l'élevage de Baltasar Ibán. Il coupe un trophée à son premier opposant. Il débute un quite de chicuelinas au troisième taureau, nommé Provechito, correspondant à Juan del Álamo. Le taureau se retourne rapidement après la première passe et soulève le torero qui, empêtré dans le capote de brega, chute au sol[6]. Une fois au sol, le taureau lui inflige un coup de corne dans le dos qui remonte jusqu'au poumon en passant par l'estomac. Relevé par les membres de sa cuadrilla, il entre conscient à l'infirmerie des arènes mais se plaint de vives douleurs. Il prononce ses derniers mots à Thomas Dufau : « dépêchez-vous, je sens que mon corps s'en va ». Les chirurgiens décident son évacuation vers l'hôpital Layné de Mont-de-Marsan. Il fait un premier arrêt cardiaque sur le trajet pour lequel les médecins parviennent à le réanimer mais le deuxième arrêt cardiaque, quelques instants plus tard, lui est fatal. À son arrivée à l'hôpital, les médecins ne peuvent que signer le certificat de décès[7]. Le lendemain, les équipes médicales rendent compte d'une déchirure de la veine cave.

La dernière mort d'un matador lors d'une corrida en France remontait à 1921[8], avec le décès du matador espagnol Isidoro Mari Fernando « Flores », dans les arènes de Béziers.

Notes et références

  1. (es) Blessure à Málaga
  2. « Vic. Des toreros à succès », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne)
  3. Iván Fandiño à Bilbao
  4. Succès à Bayonne le 4 août
  5. Bayonne : un matador blessé et hospitalisé, Le Figaro, 10 août 2014.
  6. « La cornada mortelle d’Ivan Fandiño à Aire-sur-l’Adour », sur SudOuest.fr (consulté le 18 juin 2017).
  7. (es) Aleyda Baz, « Un toro mata a Iván Fandiño en Aire Sur l´Adour », Revista de toros | Noticias toreros y corridas | Portal taurino,‎ (lire en ligne)
  8. « Le torero espagnol Ivan Fandino meurt des suites d’une blessure lors d’une corrida en France », Le Monde.fr,

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes