Itaituba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Itaituba
Blason de Itaituba
Héraldique
Drapeau de Itaituba
Drapeau
Itaituba
Administration
Pays Drapeau du Brésil Brésil
Région Nord
État Pará Pará
Langue(s) portugais
Maire Valmir Clímaco de Aguiar (PRP)
Code postal 68180-000
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif 93
Démographie
Gentilé itaitubense
Population 97 704 hab.[1] (12/2011)
Densité 1,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 4° 16′ 15″ sud, 55° 59′ 06″ ouest
Altitude 15 m
Superficie 6 204 000 ha = 62 040 km2
Divers
Fondateur
Date de fondation
Joaquim Caetano Corrêa
Localisation
Localisation de Itaituba
Localisation de Itaituba sur une carte

Géolocalisation sur la carte : Brésil

Voir la carte administrative du Brésil
City locator 14.svg
Itaituba

Géolocalisation sur la carte : Brésil

Voir la carte topographique du Brésil
City locator 14.svg
Itaituba
Liens
Site web http://www.itaituba.pa.gov.br/

Itaituba est une ville brésilienne du sud ouest du Pará, sur la rive gauche de le rio Tapajós. La ville est aussi un important centre socio-économique dans l'ouest de l'État[2].

Itaituba est la quinzième plus grande ville (par population) dans l'État du Pará[3], la troisième plus grande ville l'ouest de l'État, et a le treizième rang du produit intérieur brut de l'État. La ville est considérée comme de taille moyenne[4], et l'une des villes les plus prospères dans la campagne du Brésil[5].

Les habitants d'Itaituba sont les itaitubenses. La devise de la ville est cidade pepita, qui se traduit par "ville pépite". La ville est associée pour l'activité aurifère dans la vallée du rio Tapajós, ses nombreux paysages naturels (par exemple, les plages de sable qui se forment pendant les saisons sèches, et aussi les chutes d'eau situées dans le district de São Luiz do Tapajós), ainsi que pour sa proximité au Parc national de l'Amazonie. La ville est desservie par l'aéroport d'Itaituba.

La commune contiendra une partie de la réserve d'eau de la centrale hydroélectrique de Jatobá sur le fleuve Tapajós[6].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le toponyme "Itaituba" provient, en langue tupi, du terme itá'imtyba, qui signifie "rassemblement de petites pierres" (itá, pierre + 'im, diminutif + tyba, rassemblement)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Occupation des terres lors de la préhistoire du Brésil[modifier | modifier le code]

Avant l'arrivée des Européens dans la région au XVIIe siècle, les terres sont occupés par les peuples indigènes du Brésil, et plus particulièrement par les Munduruku.

Début de la colonisation européenne[modifier | modifier le code]

La présence de Néerlandais, Français et Anglais dans l'estuaire du fleuve Amazone menacent la domination portugaise dans la région, et incitent les Portugais à s'installer de façon durable dans l'état du Pará par le biais de l'expédition de Francisco Caldera Castelo Branco, qui, en 1616, a fondé la ville de Belém. Lors de la fondation du Grão-Pará, le gouvernement portugais fait expulser les étrangers présents sur ces terres, et plusieurs expéditions sont organisées pour détruire les établissements étrangers qui avaient été créés dans la région. Parmi ces expéditions, celle du capitaine Pedro Teixeira, en 1626, est la plus importante, parce que les Portugais atteignent pour la première fois sur les rives du fleuve Tapajós, et entrent en contact amical avec les indigènes tapajós, dans un endroit qui aujourd'hui est considéré comme la baie d'Alter-do-Chão. En 1639, Pedro Teixeira revient au fleuve Tapajós, accompagnés des jésuites.

En 1697, un fort est établi à l'embouchure du fleuve par Francisco Da Costa Falcon, puis les jésuites s'installent successivement dans les villages de Saint-Joseph ou Matapus en 1722, Saint Ignace ou Tupinambaranas en 1737, puis Borari et Arapiuns. Sous l'administration du gouverneur et du capitaine général Francisco Xavier de Mendonça Furtado, le gouvernement a initié le retrait des jésuites de ces villages, et élève au rang de ville l'ancien village de Tapajós, avec la dénomination nouvelle de Santarém. Borari et Arapiuns changent de dénominations en 1757, pour s'appeler désormais Alter-do-Chão et Vila Franca, et, en 1758, Saint Ignace et Saint-Joseph prennent les nouveaux noms de Boim et Pinhel.

Sous l'administration de José de Naples de Menezes, Aveiro est fondée en 1781, et la paroisse de Notre-Dame de la Conception est érigée. Sur la base de la documentation historique existante, on sait qu'en 1812, la place d'Itaituba existe déjà, puisqu'elle est décrite, dans la correspondance de voyage de Miguel João de Castro sur le fleuve Tapajós, comme le centre d'exploration et de commerce des épices du Haut-Tapajós. En 1836, durant les évènements du Cabanagem, Brasília Legal est fondée comme poste de résistance sur la rive gauche du fleuve Tapajós. Selon Ferreira Penna, en 1836, Itaituba est un village d'Indiens, appartenant au Grão-Pará, où un petit détachement est envoyé. Parmi les noms que l'histoire peut mettre en évidence pour cette municipalité, il est mentionné celui du lieutenant-colonel Joaquim Caetano Corrêa, considéré comme le fondateur de la municipalité. Jusqu'à 1853, Itaituba dépend de la paroisse de Pinhel, passant ensuite sous la juridiction de Boim.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Émancipation politique[modifier | modifier le code]

Avec la Loi 266, du 16 octobre 1854, Brasilia Legal est élevée au rang de ville et, comme elle ne correspondait pas aux attentes, la Loi 290, du 15 décembre 1856 transfère ce statut à Itaituba. Le siège de la municipalité est installé le 3 novembre de l'année suivante. La Loi 1 152, du 4 avril 1883, démembre une partie de la municipalité d'Itaituba pour constituer celle d'Aveiro, qui avait été créé lors de l'élévation de la paroisse de Notre-Dame de la Conception d'Aveiro. Le statut de ville est attribué à Aveiro en 1900, en vertu de la Loi 684 du 23 mars.

Par le décret Six, du 4 novembre 1930, le municipalité est maintenue, mais le décret 72, du 27 décembre de la même année, place son territoire sous l'administration directe de l'État. En tant qu'unité autonome, elle apparaît également au sein de la loi Huit, du 31 octobre 1935. Dans le tableau annexé au Décret-Loi 2 972, du 31 mars 1938, deux districts sont constitués : Itaituba et Brasilia Legal, demeurant ainsi dans la division territoriale fixée pour la période 1939-1943, établie par le Décret-Loi 3 131, du 31 octobre 1938, ainsi que dans la division établie pour la période 1944-1948, fixée par le Décret-Loi 4 505, du 30 décembre 1943.

L'aire territoriale d'Itaituba est redécoupée le 13 décembre 1991, et une partie de l'ancienne zone constitutive de la ville sert à la fondation des municipalités nouvelles de Novo Progresso, Trairão et Jacareacanga.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville se situe à la latitude 04º16'34'' Sud et à une longitude 55º59'01'' Ouest. Elle est située sur la rive gauche du fleuve Tapajós.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat d'Itaituba est caractérisé par une alternance de moussons, chaudes et humides (de type Am d'après la Classification de Köppen), avec de faibles amplitudes thermiques, et des températures moyennes supérieures à 18°C quel que soit le mois de l'année. Les précipitations sont abondantes durant la plus grande partie de l'année, avec une courte saison sèche, se produisant généralement en hiver[8], ce qui conduit à une pluviométrie supérieure à 2000 mm. L'humidité relative est élevée, avec un temps moyen d'ensoleillement proche de 2100 heures/an, et un pic d'ensoleillement entre juillet et septembre[9].

D'après les données de l'Instituto Nacional de Meteorologia (INMET), la plus basse température relevée à Itaituba depuis 1966 a été de 12,6°C, en date du 21 juillet 1968[10], tandis que la température la plus élevée atteinte a été de 40,4°C le 3 octobre 1994[11]. Le plus fort cumul de précipitations en 24 heures a été enregistré le 10 octobre 1991, avec un cumul de 164,2 mm[12].

Records de pluviométries sur 24 heures, pour chaque mois
(INMET, 01/02/1961-présent)[12]
Mois Accumulation d'eau Données Mois Accumulation d'eau Données
Janvier 139.6 mm 12/01/1991 Juillet 67.8 mm 31/07/1990
Février 139.4 mm 27/02/1978 Août 71.9 mm 31/08/2011
Mars 141.3 mm 07/03/2016 Septembre 94.3 mm 24/09/1999
Avril 156.8 mm 20/04/2006 Octobre 164.2 mm 30/10/1991
Mai 108.6 mm 01/05/1999 Novembre 120 mm 16/11/1971
Juin 86 mm 01/06/1978 Décembre 107 mm 10/12/2014

Économie[modifier | modifier le code]

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. IBGE
  2. (pt) « Encanto do Tapajós », Revista VoeTRIP, Spring (consulté le 21 décembre 2011)
  3. « Population Estimate 2011 », Population Estimate 2011, IBGE (consulté le 21 décembre 2011)
  4. « Regiões de Influência das Cidades - 2008 », IBGE (consulté le 19 septembre 2010)
  5. « O Brasil em 10 vocações », Especial Cidades Médias - Almanaque, Revista Veja, (consulté en 9 de setembro de 2010)
  6. (pt) « Usinas do Tapajós », Grupo de Estudo Tapajós (consulté le 3 mai 2018)
  7. (pt) E. A. NAVARRO, Dicionário de tupi antigo: a língua indígena clássica do Brasil, Global, , 572 p.
  8. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. (en) http://www.weatherbase.com/weather/weather-summary.php3?s=597884&cityname=Itaituba%2C+Par%E1%2C+Brazil&units=metric, Weatherbase
  9. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées NCB_1981-2010
  10. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Temp-mín-INMET
  11. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Temp-máx-INMET
  12. a et b « BDMEP - série histórica - dados diários - precipitação (mm) - Itaituba », Instituto Nacional de Meteorologia