István Türr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le général István Türr, à Palerme, juillet 1860, par Gustave Le Gray

István Türr (Baja, Hongrie, Budapest, [1]), connu sous le nom d'Étienne Türr en français, est un militaire et un ingénieur hongrois du XIXe siècle. Avec Béla Gerster, il étudia le projet du canal de Corinthe et conçut le grand plan hongrois de l'eau.

Il existe un musée István Türr à Baja, Hongrie.

Biographie[modifier | modifier le code]

István Türr est ingénieur militaire dans l'armée hongroise pendant la révolution de 1848-1849. Émigré en Italie après l'échec de celle-ci, il devient l'un des principaux chefs militaires de la révolution de Garibaldi et prend part à l'expédition des Mille, organisée par ce dernier pour conquérir le royaume des Deux-Siciles.

Le 1er septembre 1861, il s'est marié avec Adeline Bonaparte-Wyse, fille de Lætitia Bonaparte[2].

Amnistié en 1867, il revient en Hongrie, où, fort de son expérience internationale, il est chargé d'élaborer le plan des canaux de navigation entre le Danube et la Tisza.

Il s'est intéressé à la construction d'un canal dans l'isthme de Panama. En juin 1876, avec Antoine (ou Arnaud) de Gorgonza, un négociant français, il a obtenu une première concession pour la construction d'un canal dans la province de Nouvelle-Grenade du gouvernement des États-Unis de Colombie. Pour trouver des fonds pour financer une expédition de recherche de l'isthme de Darien est créé le 19 août 1876 la « Société civile internationale du Canal interocéanique par l'isthme du Darien » qu'il préside. Elle compte parmi ses membres Ferdinand de Lesseps et Lucien Napoléon Bonaparte-Wyse, son beau-frère. Dans l'article 4 de son règlement, il est précisé que Ferdinand de Lesseps serait le président de son conseil d'administration à l'issue du congrès des sociétés de géographie, en octobre 1876[3]. De 1876 à 1879, Lucien Napoléon Bonaparte-Wyse dirige la Commission scientifique pour l'exploration de l'isthme composée d'une équipe d'ingénieurs pour explorer les différentes routes possibles pour le futur percement du canal de Panamá. En 1878 cette société a obtenu du gouvernement colombien le contrat de concession pour le percement du canal interocéanique de Panama, dite « concession Wyse », qu'elle a revendue en 1880 à la Compagnie universelle du canal interocéanique de Panama.

Il est, par ailleurs chargé des négociations qui aboutirent à la construction du canal de Corinthe[4].

Publication[modifier | modifier le code]

  • Étienne Türr, Le Congrès européen à Vienne, Imprimerie Vallée, Paris, 1864 (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Lance Day et McNeil, Ian (eds.) (trad. de l'espagnol), Biographical Dictionary of the History of Technology, London and New York, Routledge,‎ , 1e éd. (ISBN 978-0-415-06042-4, LCCN 95026250)
  2. Didier Dutailly, Le voyage impérial en Savoie, p. 55, 63, Société des amis du Vieux Chambéry, 2013, bulletin no 52 (lire en ligne)
  3. Jean-Yves Mollier, Le Scandale de Panama, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1991 (ISBN 978-2-213-64870-5) (lire en ligne)
  4. (en) Andrew L. Simon (trad. de l'espagnol), Made in Hungary: Hungarian Contributions to Universal Culture, Safety Harbor, Simon Publ.,‎ (ISBN 978-0-9665734-2-8, LCCN 98096916, lire en ligne), p. 291

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]