Institut Avicenne de sciences humaines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Institut Avicenne de Sciences Humaines
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Pays
Organisation
Site web

L'institut Avicenne de sciences humaines (IASH) est un institut d'enseignement musulman créé en 2006 à Lille. Première faculté musulmane de France, cet établissement privé d'enseignement supérieur est agréé par le ministère de l'Éducation nationale et reconnu par la Ligue des universités islamiques[1].

Objectifs[modifier | modifier le code]

L'Institut vise à renforcer et embellir l'image de l'Islam, et à lutter contre l'islamophobie.

Enseignements[modifier | modifier le code]

L'Institut axe sa recherche et ses cours sur les sciences du Coran, les sciences islamiques, le droit islamique, la sociologie de l’islam en Europe, les institutions européennes, la maîtrise de la langue arabe.

Il est également possible de prendre des cours d'arabe et de choisir seulement quelques modules pour sa culture personnelle.

Il est possible d'exercer différents modules de formation professionnelle sous forme de séminaires : Économie des pays musulmans, Étude et Recherches, Sociologie des religions.

L'institut Avicenne est partenaire avec de nombreuses universités de par le monde, parmi lesquelles : St John's College à l'université d'Oxford (Angleterre), Université islamique de Rotterdam (Pays-Bas), Université al-Azhar au Caire (Égypte).

L'institut propose également plusieurs voyages linguistiques et interculturels comme à Damas (Syrie), Amman (Jordanie), Le Caire (Égypte), Rabat (Maroc).

Enseignants et corps administratif[modifier | modifier le code]

L'Institut a été créé en octobre 2006 par Mohammed Bechari[2], président de la Fédération nationale des musulmans de France (FNMF) et vice-président du Conseil français du culte musulman (CFCM), secrétaire général de la Conférence islamique européenne.

Le directeur de la commission pédagogique est le Dr Omar Kadi qui est professeur à l’Université al-Azhar.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chahla Chafiq-Beski, Jane Birmant, Hichem Benmerzoug, Akim Taibi et Ariane Goignard, Agence de développement des relations interculturelles pour la citoyenneté (ADRIC), « Jeunes et radicalisation islamiste : Parcours, facteurs et acteurs influents, Lille, France 2008-2009 », Centre for Studies in Islamism and Radicalisation (CIR), Université d'Aarhus, , p. 27.
  2. « Un institut de formation islamique à Lille », sur Saphirnews, .

Lien externe[modifier | modifier le code]