Indravarman Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Indravarman Ier
Fonction
Roi du Cambodge
-
Biographie
Décès
Activité
Enfant

Indravarman Ier fut le roi de l'Empire khmer (dans la région d'Angkor dans l'actuel Cambodge), de 877 à 890.

Origine[modifier | modifier le code]

Indravarman Ier est selon la stèle de fondation de Preah Kô, le fils d'un certain Cri Prthivindravarman, « né d'une famille de Kshatriya »[note 1]. Sa mère Prthindradevi (?), « née d'une famille où se sont succédé les rois », a pour père Cri Rudravarman et pour grand-père maternel Cri Nrpatindravarman II. Il succède à son cousin-germain le roi Jayavarman III[1].

Règne[modifier | modifier le code]

Indravraman Ier hérite de son père Prthvindravarman et de son beau-père Mahipativarman. Il annexe sans doute Cambhupura où règne un roi inconnu, époux de la reine Jyestharya et lointain successeur de Jayavarman Ier. Indravraman Ier succède enfin à son cousin Jayavarman III[2].

Indravarman Ier organise une grande expansion de son empire, et cela de façon pacifique.

Son royaume semble avoir d'autre part entretenu des relations suivies avec le Champā, la Chine et Java[3].

Il fait construire à Hariharalaya, sur les ruines de l’ancienne capitale de Jayavarman II, un temple d’État (le Bakong), un temple aux ancêtres (Preah Kô) et un réservoir (Baray de Lolei). Dans le même temps, il entreprend des travaux au nord-ouest de cet emplacement, sur le site d’Angkor, où son fils, Yasovarman Ier, va installer sa capitale[3].

Postérité[modifier | modifier le code]

Indravarman Ier épouse la princesse Indradevi, fille de Mahipativarman, et laisse trois enfants:

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Oncle maternel du roi Jayavarman III.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Dupont, « La dislocation du Tchen-la et la formation du Cambodge angkorien (VIIe – IXe siècle) », dans Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient, tome 43, 1943, p. 19 & Tableau des Dynasties.
  2. Pierre Dupont, « La dislocation du Tchen-la et la formation du Cambodge angkorien (VIIe – IXe siècle) », dans Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient, tome 43, 1943, p. 38.
  3. a et b Bruno Dagens, Les Khmers, chap. I (« Le pays khmer. L'histoire »), p. 28

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • George Cœdès, Les États hindouisés de l'Indochine et de l'Indonésie, Paris, 1964.
  • Pierre Dupont, « La dislocation du Tchen-la et la formation du Cambodge angkorien (VIIe – IXe siècle) », dans Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient, tome 43, 1943, p. 17-55.
  • Bruno Dagens, Les Khmers, Société d'édition Les Belles Lettres, , 335 p. (ISBN 9782251410203).