Inès Leonarduzzi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Inès Leonarduzzi
Ines Leonarduzzi .jpg
Inès Leonarduzzi lors du sommet Gala HR One à Luxembourg, le 16 novembre 2017
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Inès Leonarduzzi, née le à Louviers dans l’Eure, est conférencière, experte en stratégie numérique, entrepreneur française. Elle vit à Paris. Elle est présidente directrice générale du global Earth project Digital for the Planet et membre du directoire à l’Institut des transitions à Paris. Elle est par ailleurs la fondatrice de Women Inspiring Talks et de BrunchByInès.

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Entreprises et méthode de management[modifier | modifier le code]

Inès Leonarduzzi commence sa carrière dans le luxe chez LVMH puis chez Kering sur des enjeux de communication et transition numérique aux États-Unis et en Europe, après avoir effectué un stage chez AccorHotels en Afrique et en Chine. Elle trouve le monde de l’entreprise sclérosé et ne se sent pas à sa place[1].

En 2014, Inès Leonarduzzi débute un voyage en plusieurs temps en Asie du Nord, Indonésie, au Canada et aux États-Unis. Son projet est de développer une méthode de management agile à l’heure du numérique basée sur les sciences de la communication « Leadership Xperience » à destination des grands groupes[2]. Pour ce faire, elle s'entoure de psychologues, professionnels de la science cognitive mais aussi de praticiens en médecines alternatives et professionnels de la méditation. Pour Inès Leonarduzzi, « le management n'est rien d'autre qu'une manière de communiquer ». La méthode recense plusieurs regards critiques sur les grands courants de pensée et des analyses sur le futur du travail, des témoignages et cas d’usages en entreprises de cultures différentes ainsi que des exercices de pratique individuelle. Inès Leonarduzzi a ensuite accompagné des politiques et dirigeants d’entreprises sur la pensée agile en France et à l’étranger en s'appuyant sur cette méthode[3],[2].

Digital for the Planet[modifier | modifier le code]

En décembre 2016, Inès Leonarduzzi rentre à Paris dans le cadre d'une mission pour un cabinet de conseil spécialisé en stratégie numérique. Dans le même temps, elle débute une réflexion autour de l'impact écologique du numérique lors d'une randonnée en montagne dans le nord de l'Italie[4]. À la suite de quoi elle effectue des recherches sur les informations disponibles corrélant le numérique et impact environnemental[5]. Son constat est double : tout d’abord, l'impact numérique est conséquent. Ensuite, malgré quelques initiatives locales, les informations disponibles sont rares, dissoutes et aucune initiative ne centralise toutes les parties prenantes à l'échelle internationale. Ainsi, en août 2017, elle fonde Digital for the Planet, la première initiative mondiale pour l’écologie digitale visant à sensibiliser et fédérer les entreprises, institutions et citoyens.

Inès Leonarduzzi dirige une équipe de dix personnes constituée de chercheurs, d’experts, de technologistes et de scientifiques. L’ONG fédère plus de 1500 startups spécialisées dans le développement de solutions numériques d'énergies propres dans une vingtaine de villes à l’international. Digital for the Planet est basé à Paris, New York et Singapour[6].

En janvier 2018, Inès Leonarduzzi rencontre, lors du sommet professionnel des Napoleons, Assaël Adary, fondateur et président du bureau d'études Occurrence, auteur de l'ouvrage « ISO 26000 en pratique »[7]Source insuffisante . Ils décident alors de mener ensemble la première étude institutionnelle auprès des Français pour informer et connaître leur avis[8],[9]. Cette étude révèle que “plus des trois quarts des consommateurs seraient plus fidèles à une marque si elle prenait des engagements forts pour lutter contre sa pollution digitale”, commente le média en ligne NET PME. Cette étude fait l’objet de parutions[10],[11],[12],[13].

Recherches[modifier | modifier le code]

En 2017, Inès Leonarduzzi devient membre du conseil d'orientation à l'Institut des Transitions, un think-tank français porté sur les phénomènes transitionnels concernant la société, le numérique, l’environnement, et la géopolitique fondé par Jean Tillinac, politologue et le sociologue Alain Caillé. Elle y dirige des groupes de travail sur les sujets de la transition écologiste et féministe en tente d'y apporter des liens auprès de chercheurs et professionnels[3]Source insuffisante .

Inès Leonarduzzi a conceptualisé la notion d’écologie digitale qu'elle a ensuite développé avec des experts et chercheurs internationaux en réponse à la pollution numérique. Elle définit dans la presse l'écologie digitale comme « la discipline qui étudie l’impact environnemental des différents écosystèmes reliant l’humain et le digital dans le but d’en limiter les effets nuisibles pour l’environnement[14].» Inès Leonarduzzi s’attache à ce que l’écologie digitale soit une notion positive, l'enjeu étant d'optimiser les usages digitaux sans toutefois décrier le digital[15].

Inès Leonarduzzi développe aussi le principe de « IT for green » (ou le numérique pour l'écologie) qu'elle défend comme l'étape après le « green IT » (aussi appelée informatique durable, ou green computing).

Intelligence artificielle[modifier | modifier le code]

Inès Leonarduzzi a conceptualisé Plana, une intelligence artificielle alimentée en énergies renouvelables destinée à la pratique numérique responsable et citoyenne[16],[17],[18]. Cette technologie est prévue pour 2019 avec le concours de centre de recherches scientifiques et technologiques en France et aux États-Unis[19],[20].

Inès Leonarduzzi travaille en parallèle sur deux autres versions de Plana annoncées dans la presse : une pour la gestion des énergies numériques en entreprises, l’autre pour le développement des villes intelligentes[15].

Elle intervient par ailleurs dans plusieurs pays lors de colloques et sommets sur les enjeux du futur de la planète et l’intelligence artificielle comme à Lausanne lors de l’Empowerment Summit aux côtés de chercheurs et professionnels comme Yann Lecun, Olivier Bousquet ou au Normandie Web Experts à Rouen auprès de professionnels comme Nicolas Sekkaki, Président-directeur général d’IBM France.[pertinence contestée]

Féminisme et littérature[modifier | modifier le code]

Inès Leonarduzzi fonde le réseau Women Inspiring Talks en 2017. L’hôtel des Bains l’accueille pour y organiser des événements liant agapés et conférences inspirantes. Il s’agit aujourd’hui d’un réseau international féminin qui vise à accompagner les femmes dans l’art oratoire et la prise de décision, basé à Paris, Barcelone et New York. Elle intervient auprès de communautés de femmes et d’hommes sur le sujet de la transition féministe en Europe, États-Unis et Afrique. Cette initiative est née après qu’Inès Leonarduzzi ait réalisé en entreprises que trop peu de femmes étaient présentes dans les instances de décision et qu’elles étaient victimes d’autocensure[21],[22].

En juin 2018, elle intervient auprès de Celine Mas, actuelle présidente de l'agence Française de l’ONU Femmes et Lauren Bastide, ancienne rédactrice en chef des pages informations de Elle Magazine et fondatrice de Nouvelles Écoutes, sur une réflexion autour du leadership féminin à Paris mais aussi à la Fondation Entreprendre auprès notamment de Guy Mamou-Mani, président d’Open et initiateur du mouvement national Jamais sans elles et Xavier Delattre, directeur général de la Fondation Entreprendre, à l’initiative de la campagne Des elles pour entreprendre[23],[24]'[25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Interview : (en-US) « Episode 41 : Inès Leonarduzzi, Fondatrice de Digital for the Planet » [audio], sur GENERATION XX, (consulté le 13 août 2018)
  2. a et b Samir Hamladji, « Inès Leonarduzzi, Une Certaine Idée Du Digital », sur Forbes France, (consulté le 12 janvier 2019)
  3. a et b « Inès Leonarduzzi : "Définir des pratiques humaines durables" - La Revue des Transitions », La Revue des Transitions,‎ (lire en ligne, consulté le 10 août 2018)
  4. « "Digital for the Planet", pour une autre écologie », Le Figaro,‎ (Une version numérisée est disponible sur le site Digital for the Planet.)
  5. « Inès Leonarduzzi, une slasheuse au service de l’écologie digitale », start.lesechos.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2018)
  6. « Inès Leonarduzzi, La Fée Verte », Elle Magazine,‎
  7. « Assaël Adary - Babelio », sur www.babelio.com (consulté le 13 août 2018)
  8. « L'écologie digitale, vous connaissez ? | Techniques de l'ingénieur », Techniques de l'Ingénieur,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2018)
  9. « Les Français encore peu renseignés sur l'écologie digitale », sur t.co (consulté le 9 août 2018)
  10. « La pollution digitale : le nouveau grand enjeu des entreprises », netPME,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2018)
  11. « Les Français encore peu renseignés sur l'écologie digitale », sur www.linfodurable.fr (consulté le 9 août 2018)
  12. « écologie digitale »
  13. « Pollution digitale, ce terme trop ignoré des Français », Influencia,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2018)
  14. « L'écologie digitale, vous connaissez ? », Techniques de l'Ingénieur,‎ (lire en ligne, consulté le 10 août 2018)
  15. a et b « « La pollution numérique est le prochain enjeu environnemental mondial », Inès Leonarduzzi - Chut ! par Les Chuchoteuses », Chut ! par Les Chuchoteuses,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2018)
  16. « VIDEO. Plana, l'assistant vocal écolo qui incite à une utilisation plus responsable de nos smartphones », sur Franceinfo, (consulté le 11 janvier 2019)
  17. « En 2025, Internet polluera autant que le trafic routier mondial ! », sur Vivacité, (consulté le 11 janvier 2019)
  18. « Plana »
  19. Anonyme dit, « Stopper la pollution numérique : le prochain enjeu des entreprises ? », sur L'ADN, (consulté le 11 janvier 2019)
  20. (en) « Plana, l'assistant vocal écologique - Vidéo dailymotion », sur Dailymotion (consulté le 11 janvier 2019)
  21. « #GalaHROne: le digital à l'honneur avec Inès Leonarduzzi », sur www.marketers.lu (consulté le 9 août 2018)
  22. « Inès Leonarduzzi, Une Certaine Idée Du Digital | Forbes France », Forbes France,‎ (lire en ligne, consulté le 10 août 2018)
  23. « Le Comité ONU Femmes France – ONU Femmes France », sur www.onufemmes.fr (consulté le 9 août 2018)
  24. « Phoenix Summit va révéler la personne engagée qui sommeille en vous », RTL.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2018)
  25. « Xavier Delattre, nouveau Directeur général de la Fondation Entreprendre - Fondation Entreprendre », Fondation Entreprendre,‎ (lire en ligne, consulté le 13 août 2018)