Ignace George V Chelhot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ignace George V Chelhot
Image illustrative de l’article Ignace George V Chelhot
Biographie
Nom de naissance Giwargis Chelhot
Naissance
Alep (Syrie)
Ordination sacerdotale
Décès
Alep
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par
Mgr Ignace Antoine Ier Samheri
Patriarche catholique syriaque d'Antioche
Évêque d'Alep
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Mar Ignace George V Chelhot (ou Giwargis Chelhot, ou Schelhot, 1818–1891) est un patriarche de l'Église catholique syriaque de 1874 à 1891.

Biographie[modifier | modifier le code]

George Chelhot est né à Alep le .

Il est ordonné prêtre le . Lors du massacre anti-chrétien d'Alep en , il est envoyé en Europe pour essayer de récolter des fonds afin de restaurer les bâtiments ecclésiastiques, mais à la mort du patriarche Ignace Pierre VII Jarweh, il doit rentrer en Syrie, sans succès.

Il est élu évêque d'Alep le , et consacré le par le patriarche Ignace Antoine Ier Samheri[1]. À la mort du Patriarche, le , il est nommé locum tenens du patriarcat. Il retire sa candidature au patriarcat pour ne pas avoir à vivre à Mardin. Il utilise les fonds levés en Europe par le patriarche Samheri afin de créer des écoles pour sa communauté. En 1870, il a participé au Premier concile du Vatican.

Le , quelques mois après la mort du patriarche Ignace Philippe Ier Arkousse, George Chelhot est élu Patriarche. Afin de souligner son indépendance par rapport au dirigisme centralisateur qui caractérise le pape Pie IX, il décide d'être intronisé le , sans attendre la confirmation papale (qui arriva peu après, le ). Devenu le patriarche Ignace George V Chelhot, il déplace le siège patriarcal vers Alep.

En 1876, George Chelhot fonde un nouvel ordre monastique, les Frères de Mar Ephrem. En 1888, il convoque un synode de l'Église catholique syriaque à Charfeh (Mont Liban), concile qui prend des décisions importantes : le célibat est rendu obligatoire pour presque tous les membres du clergé et l'indépendance de l'Église syriaque orthodoxe concernant le choix de son Patriarche est réaffirmée. Ces canons ont été approuvés par le pape Léon XIII qui était particulièrement bien disposé envers les Églises orientales[2].

George Chelhot meurt à Alep, le [3].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Sa Béatitude Ignace Georges V Chelhot », WikiSyr (consulté le 4 mars 2009)
  2. Charles A. Frazee, Catholics and Sultans : The Church and the Ottoman Empire 1453–1923, Cambridge University Press, , 295 p. (ISBN 978-0-521-02700-7, lire en ligne)
  3. « Patriarchal See of Antioch », GCatholic.org (consulté le 4 mars 2009)

Sources[modifier | modifier le code]