Hunter industries

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hunter.
Hunter Industries

Création 1981
Fondateurs Edwin J. Hunter et Paul M. Hunter
Slogan The Irrigation Innovators
Siège social San Marcos, Californie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Direction Richard Hunter
Produits Systèmes d'arrosage
Effectif 800 au siège[1]
Site web www.hunterindustries.com

Hunter Industries, communément appelée Hunter, est une entreprise parmi les plus importants fabricants mondiaux de produits d'arrosage automatique pour espaces verts, terrains de sport et golfs. La société est basée à San Marcos en Californie.

Hunter fabrique des arroseurs à turbines, des tuyères, des électrovannes, des programmateurs, des sondes météorologiques ou des produits d'arrosage localisé tel que du goutte-à-goutte. La société détient plus de 250 brevets et 40 noms déposés.

Historique[modifier | modifier le code]

La société Hunter est fondée en 1981 par Edwin et Paul Hunter[2]. En une dizaine d'années, l'entreprise rejoint les leaders du secteur[1]. Dès 1999, l'entreprise se développe également par des acquisitions, avec l'achat de la maque Bunker Inc. où la gamme MP Rotator en 2007[3]. Afin de se diversifier, Hunter achète en 2009 l'entreprise d'éclairages d'extérieurs FX Luminaire ainsi que quelques années plus tard l'entreprise de produits d'irrigation agricole Senninger[4]. Une partie des produits, dont l'arroseur phare de la marque le « PGP », sont fabriqués au siège californien et d'autres dans l'usine mexicaine de Tijuana[5].

En 2005, leur programmateur ACC a été nommé « le meilleur nouveau produit d'arrosage de l'année » par The Irrigation Association.

De nos jours la société est dirigée par le fils d'Edwin, Richard Hunter.

Montage de deux électrovannes de marque Hunter Industries
Arroseur type tuyère de marque Hunter Industries
Programmateur mural pour l'arrosage automatique, modèle PRO-C, marque Hunter Industries

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Martin 2016, p. 46.
  2. Martin 2016, p. 45.
  3. Martin 2016, p. 48.
  4. Martin 2016, p. 49.
  5. Martin 2016, p. 46 et 47.

Source[modifier | modifier le code]

  • Fleur Martin, « The Hunter saga », Irrigazette, no 154,‎ mai juin 2016, p. 45 à 49 (ISSN 1153-0561)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]