Hugh Mason Wade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wade.
Hugh Mason Wade
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
Cornish (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université Harvard (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Hugh Mason Wade (3 juillet 1913- 6 janvier 1986) était un historien et un professeur américain. Son œuvre majeure est The French Canadians, qui retrace l'histoire du Canada français dans une perspective économique.

Né à New York, il fut éduqué à l'Harvard et fut diplômé en 1936, avant de devenir éditeur pour Harcourt Brace et Little, Brown & Co.. Conférencier à l'Université Laval et professeur à l'Université catholique d'Amérique en 1950, il épouse Eloise Bergland l'année suivante puis travaille à l'ambassade des États-Unis au Canada.

Pendant les années 1960, il enseigne à l'Université de Rochester et l'Université de Western Ontario. Reçu docteur en lettres à l'Université d'Ottawa, il avait dirigé le programme d'études canadiennes à Rochester. En 1964, il est le premier non-canadien à devenir le président de l'Association historique canadienne.

En plus de ses écrits sur les Canadiens français, Wade s'est aussi intéressé à la vie de Margaret Fuller et de Francis Parkman. En 1967, il se remarie à Joan Glassco Lloyd à Hanover dans le New Hampshire. Il meurt à Cornish en janvier de 1986.

Intellectuel réputé de son temps, Wade aurait été une source majeure pour Mordechai Richler quand celui-ci écrivait ses controverses politiques. Son analyse de L'Action nationale, Jeune-Canada et Lionel Groulx a été déterminante dans les milieux anglo-canadiens. Bien que son œuvre ait été applaudie par Hugh MacLennan, George Ramsay Cook critiqua l'influence qu'aurait exercée Robert Rumilly sur lui.

Wade partageait le sentiment d'isolement de la minorité canadienne-française parce qu'il était lui-même issu de la minorité catholique des États-Unis. Ses Mémoires, publiées en 1991, révèlent son ambiguïté face au défi de faire connaître une culture qui n'était pas la sienne.

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

  • Margaret Fuller : Whetstone of Genius, 1940
  • The Selected Writings of Margaret Fuller, 1941
  • Francis Parkman : Heroic Historian, 1942
  • The Oregon Trail, 1943
  • The French Canadian Outlook, 1946
  • The French Canadians : 1760-1945, 1955
  • Canadian Dualism, 1960
  • Regionalism in the Canadian Community : 1867-1967, 1969
  • The International Megalopolis, 1969
  • A Brief History of Cornish, 1976
  • Acadia and Quebec: The Perception of an Outsider, 1991

Honneurs[modifier | modifier le code]