Chrysopogon zizanioides

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chrysopogon zizanioides, le vétiver, est une espèce de plantes monocotylédones de la famille des Poaceae, sous-famille des Panicoideae, originaire de l'Inde. Cette espèce est aussi connue sous les noms scientifiques de Vetiveria zizanioides ou Anatherum zizanioides, Andropogon muricatus ou encore Andropogon squarrosus, noms encore acceptés par certains auteurs mais rejetés par des études récentes.

Cette espèce herbacée est la principale espèce de vétivers.

Description[modifier | modifier le code]

Chrysopogon zizanioides est une plante herbacée vivace, cespiteuse, au port dressé, qui peut atteindre 1,5 mètres de haut et former des touffes aussi larges.

Les pousses (talles) issues de la couronne souterraine confèrent à la plante une résistance au gel et au feu, et lui permettent de survivre à une forte pression de pâturage.

Les tiges (chaumes) sont dressées et rigides. Elles peuvent résister à un courant d'eau profond. La plante peut survivre jusqu'à deux mois dans l'eau claire. Les feuilles longues, fines et plutôt raides, peuvent atteindre 1,5 m de long et 8 mm de large[1]..

Contrairement à la plupart des graminées, qui forment un système racinaire en tapis qui se propage horizontalement, celui du vétiver, finement structuré et très puissant, croît vers le bas, pouvant atteindre 3 à 4 mètres de profondeur dès la première année de croissance[2]. Le vétiver n'a ni stolons ni rhizomes. En raison de toutes ces caractéristiques, le vétiver est très résistant à la sécheresse et peut aider à protéger les sols contre l'érosion en nappe. En cas de dépôt de sédiments, de nouvelles racines peuvent se développer à partir de nœuds enterrés.

L'inflorescence est une panicule de 15 à 30 cm de long qui présente des ramifications verticillées de 25 à 50 mm de long[1]. Les épillets, de couleur pourpre brunâtre, sont disposés par paires. Les fleurons présentent trois étamines.

Distribution[modifier | modifier le code]

Elle est originaire d'Asie : Inde, Pakistan, Sri Lanka, Birmanie, Thaïlande et Indochine. Elle est naturalisée dans d'autres régions (sub-)tropicales, notamment aux États-Unis. Elle est notamment cultivée en Inde et dans l'île de la Réunion.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Cette espèce est utilisée pour lutter contre l'érosion du sol et n'est en aucun cas envahissante.

On extrait de la racine de cette plante par distillation à la vapeur une huile essentielle aromatique à l'odeur forte et tenace utilisée en parfumerie ou savonnerie. Elle est d'ailleurs parfois qualifiée de « faux-patchouli ». Elle sert de note de fond aux parfums ou à préserver les vêtements de laine ou de fourrure des attaques des insectes.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom générique « Chrysopogon » dérive de deux racines grecques, χρυσός chrysos (or, doré) et πώγων pogon (barbe), en référence à la couleur des arêtes ou aux poils brun-doré du callus de certaines espèces de ce genre[3].

L'épithète spécifique « zizianoides » dérive de Zizania, nom d'un genre proche de graminées, avec le suffixe -oides d'origine grecque (εἶδος), qui ressemble à, plante ressemblant aux espèces du genre Zizania[4].

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • Vétiver, vetyver, vétivert, chiendent des Indes, chiendent odorant[5].

Synonymes[modifier | modifier le code]

Selon The Plant List[6] :

  • Agrostis verticillata Lam. nom. illeg., (1753)
  • Anatherum muricatum (Retz.) P.Beauv. , (1812)
  • Anatherum zizanioides (L.) Hitchc. & Chase , (1917)
  • Andropogon aromaticus Roxb. ex Schult. nom. inval. , (1824)
  • Andropogon muricatum Retz. [variante orthogr.] , (1783)
  • Andropogon muricatus Retz. , (1783)
  • Andropogon nardus Blanco nom. illeg., (1837)
  • Andropogon odoratus Steud. nom. inval., (1840)
  • Andropogon zizanioides (L.) Urb. , (1903)
  • Chamaeraphis muricata (Retz.) Merr. , (1923)
  • Holcus zizanioides (L.) Stuck. , (1904)
  • Oplismenus abortivus Roem. & Schult. nom. inval. (1817)
  • Phalaris zizanioides L. , (1771) (basionyme)
  • Rhaphis muricata (Retz.) Steud. nom. inval., (1854)
  • Rhaphis zizanioides (L.) Roberty , (1954)
  • Sorghum zizanioides (L.) Kuntze , (1891)
  • Vetiveria arundinacea Griseb. , (1864)
  • Vetiveria muricata (Retz.) Griseb. , (1864)
  • Vetiveria odorata Virey , (1927)
  • Vetiveria odoratissima Lem.-Lis. , (1822)
  • Vetiveria zizanioides (L.) Nash , (1903)
  • Vetiveria zizanioides var. tonkinensis A.Camus , (1919)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) James A. Duke et Judith L. duCellier, CRC Handbook of alternative cash crops.
  2. (en) P. Truong, T. Tan Van et E. Pinners, Vetiver Systems Application, Technical Reference Manual, The Vetiver Network International, , 89 p. (lire en ligne).
  3. (en) Umberto Quattrocchi, CRC World Dictionary of Grasses: Common Names, Scientific Names, Eponyms, Synonyms, and Etymology - 3 Volume Set, CRC Press, , 2408 p. (ISBN 9781420003222), p. 490-497.
  4. (en) Harold T. Clifford, Peter D. Bostock, Etymological Dictionary of Grasses - Volume 86 de GeoJournal library, Springer Science & Business Media, , 320 p. (ISBN 9783540384342), p. 318.
  5. (en) T. K. Lim, Edible Medicinal and Non-Medicinal Plants: Volume 11 Modified Stems, Roots, Bulbs, Springer, , 392 p. (ISBN 9783319260624), p. 197-220.
  6. (en) « Chrysopogon zizanioides (L.) Roberty », sur The Plant List (consulté le 29 mai 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) collectif (Panel on Vetiver, Board on Science and Technology for International Development, Policy and Global Affairs, National Research Council), Vetiver Grass: A Thin Green Line Against Erosion, National Academies Press, , 163 p. (ISBN 9780309598149).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :