Hermitage-Hôtel du Touquet-Paris-Plage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hermitage-Hôtel
Hermitage Hôtel 1 Touquet-Paris-Plage Hôtel.jpg
Le premier Hermitage-Hôtel en 1904
Localisation
Pays
Commune
Le Touquet-Paris-Plage
Coordonnées
Architecture
Ouverture
, jusqu'en 1944.
Architecte
Henry Martinet, premier architecte
Gestion
Propriétaire
Société des hôtels du Touquet-Paris-Plage Fernand Recoussine directeur-propriétaire
Localisation sur la carte du Pas-de-Calais
voir sur la carte du Pas-de-Calais
RedHut.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
RedHut.svg

L'Hermitage-Hôtel est un des premiers grands hôtels de luxe construit à Paris-Plage au début du XXe siècle.

Construction[modifier | modifier le code]

Cet hôtel, classé « hors classe », du Touquet-Paris-Plage, fait partie des 7 grands hôtels de cette catégorie en activité avant la Seconde Guerre mondiale, les autres sont, le Grand-Hôtel, l'hôtel des Anglais, le Golf-Hôtel, le Royal Picardy, l'Atlantic Hôtel et l'Hôtel Westminster, seul, en 2019, ce dernier hôtel est toujours en activité[1].

Il est construit en 1904[ÉL 1], sur les plans de l'architecte Henry Martinet et situé sur l'actuelle place de l'Hermitage, en face de l'ancien château Daloz transformé en hôtel de la Forêt.

Ce n'est qu'un simple rez-de-chaussée, surmontée d'un léger étage, avec un petit pavillon central plus élevé et une terrasse faisant le tour du bâtiment.

Celui-ci s'emmanchait avec les dépendances du château Daloz, transformées l'année précédentes en annexes de l'hôtel de la Forêt, produisant un ensemble vraiment séduisant. L'irrégularité voulue de la construction, les toitures se contrariant, la coloration des murs et des bois, tout imprimait à la masse un caractère éminemment pittoresque, s'alliant merveilleusement avec le cadre de la forêt.

Et, pour compléter le tout, des jardins furent tracés par devant, princièrement entretenus, et chargés de corbeilles fleuries[ÉL 2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'hôtel est inauguré le [2].

En 1909, il est démoli puis un nouvel hôtel est construit à sa place, et inauguré en 1910. ses directeurs en sont MM. Diette et Fernand Recoussine[ann1909 1].

Toujours en 1909, La Société des grands hôtels Français est fondée pour cinquante années suivant des statuts déposés chez Maitre Moreau, notaire à Paris, Fernand Recoussine en est l'administrateur délégué. Cette société exploite les hôtels Atlantic et Hermitage du Touquet-Paris-Plage, l'hôtel de Noailles à Marseille ainsi que tous les établissements similaires par voies d'acquisition[ann1932-1933 1].

En 1914, on procède à son agrandissement, avec une aile côté mer et une aile côté tennis, pour un total de 80 chambres supplémentaires[2].

Au début de la Première Guerre mondiale, les grands hôtels sont réquisitionnés puis transformés en hôpitaux militaires complémentaires, pour recevoir les blessés. Il est réquisitionné dès au début de la Première Guerre mondiale et ses 1 000 lits constituent l'hôpital complémentaire 35 dont madame Buisset, l'épouse de l'architecte Fernand Buisset, est l'infirmière major[SatSiècle 1] et le Savoy Hôtel en est une annexe.

Au sujet de cet hôtel réquisitionné, Georges Vibert, le poète et président de la cour d'appel de Douai, membre de la société académique du Touquet[SatSiècle 2], écrit[BG 1] :

Dans le palais construit pour les foules heureuses
En quête de plaisir, de luxe et de gaieté,
Circulent maintenant, phalanges valeureuses,
Ceux pour qui le devoir s'appelle Charité.

En 1924, nouvelle transformation, avec l'adjonction d'une salle de restaurant en façade[2].

Destruction[modifier | modifier le code]

L'hôtel est partiellement détruit, lors de bombardements alliés, des 2 et [3], durant la Seconde Guerre mondiale.

Restauration[modifier | modifier le code]

En 1968, s'ouvre le chantier de la restauration et l'hôtel est transformé en appartements[2].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Ouvrage de la Société académique du Touquet-Paris-Plage, Le Touquet-Paris-Plage 1912-2012 un siècle d'histoires[modifier | modifier le code]

  1. p. 14, écrits de Jeannine Ravin.
  2. p. 21, écrits de Jacques Garet.

Ouvrage de Martine et Daniel Boivin, Édith et Yves De Geeter, Paris-Plage en cartes postales anciennes[modifier | modifier le code]

  1. p. 65.

Ouvrage d'Édouard Lévêque, Histoire de Paris-Plage et du Touquet[modifier | modifier le code]

  1. p. 504.
  2. p. 482.

Ouvrage de Édouard Lévêque et G. Therouanne, Annuaire Général de Paris-Plage - 1909 - Première année -, édition Syndicat d'indicative et de développement de Paris-Plage et Le Touquet, Imprimerie L. et G. Delambre, Montreuil-sur-Mer.[modifier | modifier le code]

  1. p. 154.

Ouvrage Guide annuaire du Touquet-Paris-Plage 1932-1933, éditeur Librairie F. Bonaventure 58, rue de Paris au Touquet-Paris-Plage.[modifier | modifier le code]

  1. p. 124.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Librairie F.Bonaventure, 58, rue de Paris, Le Touquet-Paris-Plage, Guide annuaire du Touquet-Paris-Plage 1939-1940, Imprimerie Henry, Le Touquet-Paris-Plage, p. 104.
  2. a b c et d Société académique du Touquet-Paris-Plage, chronologie du Touquet-Paris-Plage dactylographiée par Fernand Holuigue, secrétaire perpétuel.
  3. Société académique du Touquet-Paris-Plage, Mémoires de la Société académique du Touquet-Paris-Plage Pas-de-Calais 2014-2016, Le Touquet-Paris-Plage, I.H. Montreuil-sur-Mer 03 21 90 15 15, (ISSN 1273-6384), page 10 à 22 écrits de Philippe Lyardet