Herman te Riele

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

   Ceci est un nom germanique ; le nom de famille est « te Riele », pas « Riele ».

Hermanus Johannes Joseph te Riele (habituellement connu sous les noms de « Herman te Riele » ou « Herman J.J. te Riele »), né le (68 ans) à La Haye, est un mathématicien néerlandais.

Formation[modifier | modifier le code]

En 1970, Herman te Riele obtient un diplôme d'ingénieur en mathématiques de l'université de technologie de Delft et, en 1976, un Ph. D. en mathématiques et physique de l'université d'Amsterdam, sous la direction d'Adriaan van Wijngaarden[1]. Son nombre d'Erdős est 2.

Travaux[modifier | modifier le code]

Herman te Riele travaille en théorie algorithmique des nombres au Centrum voor Wiskunde en Informatica (CWI) à Amsterdam. Il est connu entre autres pour ses participations à :

En 1987, il a trouvé un nouveau majorant de π(x) – li(x)[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Herman te Riele » (voir la liste des auteurs).

  1. (en) Herman J. J. te Riele sur le site du Mathematics Genealogy Project.
  2. (en) J. van de Lune, H. J. J. te Riele et D. T. Winter, « On the zeros of the Riemann zeta function in the critical strip, IV », Math. Comp., vol. 46,‎ , p. 667-681.
  3. (en) A. M. Odlyzko et H. J. J. te Riele, « Disproof of the Mertens conjecture », J. reine angew. Math., vol. 357,‎ , p. 138-160.
  4. (en) Thorsten Kleinjung, Kazumaro Aoki, Jens Franke (de), Arjen Lenstra, Emmanuel Thomé, Joppe Bos, Pierrick Gaudry, Alexander Kruppa, Peter Montgomery (de), Dag Arne Osvik, Herman te Riele, Andrey Timofeev et Paul Zimmermann (en), « Factorization of a 768-bit RSA modulus », dans T. Rabin (ed.), Proceedings of Advances in Cryptology - CRYPTO 2010, Springer,‎ , p. 333-350.
  5. (en) H. J. J. te Riele, « On the Sign of the Difference π(x) – li(x) », Math. Comp., vol. 48,‎ , p. 323-328 (DOI 10.2307/2007893).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]