Henry Wilberforce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wilberforce.
Henry Wilberforce
Image illustrative de l'article Henry Wilberforce

Nom de naissance Henry William Wilberforce
Naissance
Londres
Décès (à 65 ans)
Stroud
Profession Journaliste, Rédacteur en chef
Autres activités Prêtre anglican (1834-1850)
Médias
Média principal Presse écrite
Fonction Propriétaire et rédacteur en chef du Catholic Standard (1854-1864)

Henry Wilberforce, né le à Londres et mort le à Stroud (Gloucestershire, Angleterre), est un prêtre anglican britannique converti au catholicisme en 1850. Considéré dès lors comme un laïc, il devient journaliste et s'engage pour l'émancipation des catholiques en Irlande. Il est notamment propriétaire et rédacteur en chef du Catholic Standard (en) de 1854 à 1864.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Henry Wilberforce naît le dans le quartier de Clapham à Londres. Il est le plus jeune fils de William Wilberforce et de son épouse Barbara Spooner Wilberforce (en). Il a ainsi pour frères le pasteur Robert Isaac Wilberforce et l'évêque anglican Samuel Wilberforce. Il étudie les lettres classiques et les mathématiques à l'Oriel College d'Oxford, où il est élu président de l'Oxford Union (en). Il en sort diplômé en 1833 puis entre à la Lincoln's Inn. Sous l'influence de John Henry Newman dont il fut l'élève, il entre ensuite au sein du Mouvement d'Oxford, puis abandonne ses études en droit pour devenir pasteur anglican.

Prêtrise et conversion[modifier | modifier le code]

Henry Wilberforce et son épouse Mary.

Il est ordonné prêtre en 1834. Le 24 juillet de la même année, il se marie à Mary Sargent, la sœur d'Émilie Sargent, elle-même mariée à son frère Samuel. En 1834, il devient curé de Bransgrove, dans l'Hampshire, puis vicaire de Walmer en 1841 et enfin vicaire d'East Farleigh, dans le comté de Kent en 1843.

En 1850, il rejoint la pleine communion avec l'Église catholique, en même temps que son épouse. Il est dès lors considéré comme un simple laïc. Son frère Robert Isaac le suivra quatre ans plus tard, sous l'influence d'Henry Edward Manning.

Journalisme[modifier | modifier le code]

En 1851, il écrit les Raisons de se soumettre à l'Église catholique. La même année, il cofonde la Catholic Defence Association (en) afin de défendre les droits des catholiques irlandais et en devient secrétaire dès 1852. Il vit deux ou trois ans en Irlande où il se donne pour mission de convertir les anglicans.

En 1854, il devient propriétaire et rédacteur en chef du Catholic Standard (en). En 1864, il revend le journal et devient journaliste pour la Revue de Dublin (en).

Il meurt finalement à l'âge de 65 ans le , à Stroud dans le Gloucestershire.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • (en) The Foundation of the Faith Assailed in Oxford : a letter to His Grace the Archbishop of Canterbury, Londres, Rivington, 1835.
  • (en) The Parochial System : An Appeal to English Churchmen, London, église Saint-Paul, 1838.
  • (en) The Building of the House of God: a sermon preached in the Church of All Saints, Southampton, 1839.
  • (en) Christian Unity. Tracts on the Church, Londres, James Burns, 1842.
  • (en) On the Danger of State Interference with the Trust Deeds of Church Schools. A Letter to Sir R. H. Inglis, Londres, 1847.
  • (en) Reasons for Submitting to the Catholic Church : a Farewell Letter to his Parishioners, Londres, Burns et Lambert, 1851.
  • (en) The Church and the Empires : historical periods (préface : John Henry Newman), Londres, Henry S. King & Co., 1874.

Références[modifier | modifier le code]