Henry Bathurst (3e comte Bathurst)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Henry Bathurst
Image dans Infobox.
Fonctions
Lord président du Conseil
-
Secrétaire d'État aux Affaires étrangères
-
Président de la Commission du Commerce
-
Membre du 15e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du Conseil privé du Royaume-Uni
Membre de la Chambre des lords
Secrétaire d'État à la Guerre et aux Colonies
Membre du 16e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 17e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Père
Mère
Tryphena Scawen (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Georgina Lennox (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Henry Bathurst
Lady Emily Charlotte Bathurst (d)
Lady Georgina Bathurst (d)
Thomas Seymour Bathurst (d)
William Bathurst
Charles Bathurst (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Parti Tory (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Henry Bathurst (), 3e comte Bathurst, est le fils de Henry Bathurst (1714-1794), Lord Apsley, ex-lord chancelier, et le petit-fils de Allen Bathurst.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Bathurst est ministre sous George IV du Royaume-Uni, et l'un des tories les plus exaltés. Nommé secrétaire d'État pour la guerre et les colonies en 1809, il fonde plusieurs établissements, qui portèrent son nom (voir Bathurst). En 1815, il est chargé par le premier ministre Lord Liverpool de la détention de Napoléon à l'île de Sainte-Hélène, et nomme Hudson Lowe à la tâche de gouverneur militaire de l'île et de geôlier de l'illustre captif durant le temps de cette captivité.

Président du conseil en 1828, il est renversé en 1830 par le contre-coup de la Révolution française de juillet 1830. Il décède à Cirencester, le , à l'âge de 72 ans, dans la demeure familiale où il prenait sa retraite.

Il est le seul civil invité par Wellington à commémorer chaque année la victoire anglaise de Waterloo dans la maison du Duc, Apsley House à Londres.

Après la chute du gouvernement conservateur, il se retire sur ses terres à Cirencester, dans l'ouest de l'Angleterre, et c'est là qu'il décède en 1834 à 72 ans. Il est enterré dans le caveau familial du château[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  • Albert Benhamou, L'autre Sainte-Hélène, 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]