Henri Froment-Meurice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Froment-Meurice.
Henri Froment-Meurice
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Ambassadeur de France en Allemagne de l'Ouest (d)
-
Jean-Pierre Brunet (d)
Jacques Morizet (d)
Ambassadeur de France en Union soviétique (d)
-
Claude Arnaud (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Gabrielle Froment-Meurice (d) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions

Henri Froment-Meurice, né le à Paris et mort le [1], est un diplomate français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu de la famille Froment-Meurice, ce proche de René Pleven[2] poursuit ses études à l'ENA où il rencontre sa future épouse, Gabrielle, seconde femme à sortir de cette école en 1949[3], disparue en 1993[4].

Il fait sa carrière au quai d'Orsay :

  • première mission de chef de poste en tant que chargé d'affaire en l'absence d'ambassadeur formellement accrédité après la reprise des relations diplomatiques avec l'Égypte, après l'affaire de Suez ;
  • en poste au Japon dans les années 1950 ;
  • directeur de l'Asie du Sud-Est au ministère des Affaires étrangères[2] ;
  • ambassadeur en URSS de 1979 à janvier 1982 ;
  • ambassadeur en République fédérale d'Allemagne de 1982 à 1983[2].

En 1984, il est élevé à la dignité d'ambassadeur de France.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Journal d'Asie, Paris, L'Harmattan, 2005.
  • Les femmes et Jésus, Paris, Le Cerf, 2007.
  • Journal de Moscou, Paris, Armand Colin, 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Penguily. L’ambassadeur Henri Froment-Meurice s’est éteint à 95 ans », sur Ouest-France.fr, (consulté le 4 juillet 2018)
  2. a b et c "Que sont-ils devenus ? : Henri Froment-Meurice, la mémoire vive des relations France-URSS, La Croix du vendredi 25 novembre 2011, p. 24.
  3. « Et ils se reproduisent », article de L'Express 16 juin 1994
  4. Jean-Claude Casanova, « Gabrielle Froment-Meurice », sur Commentaire, (consulté le 4 juillet 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]