Helvi Sipilä

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Helvi Sipilä
Helvi-Sipila-1950s.jpg
Helvi Sipilä dans les années 1950, alors qu'elle dirige les Scouts féminines de Finlande.
Fonction
Assistant Secretary-General of the United Nations (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 94 ans)
HelsinkiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique

Helvi Linnea Aleksandra Sipilä, née le à Helsinki (grand-duché de Finlande) et morte le au même endroit, est une diplomate et femme politique finlandaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle commence sa carrière comme avocate et ouvre son propre cabinet en 1943. Elle est la première femme à devenir secrétaire générale assistante des Nations unies en 1972[1],[2] (à cette époque, 97 % des cadres de l'ONU sont des hommes) : à ce titre, elle est chargée du Centre de développement social et des affaires humanitaires de 1972 jusqu'à sa retraite du poste en 1980. Elle a organisé la première Conférence mondiale sur les femmes[3] en 1975, a eu une grande influence sur la décision des Nations unies de célébrer l'année internationale des femmes et de créer en 1976 le Fonds de développement des femmes (UNIFEM).

Elle a également occupé plusieurs postes de direction dans des organisations civiques internationales, comme l'Association mondiale des guides et éclaireuses, la Fédération internationale des femmes juristes, Zonta International et le Conseil international des femmes.

En 1982, elle est la première femme candidate au poste de président de la Finlande, pour le Parti libéral populaire. Elle termine à la cinquième position.

Elle a reçu douze doctorats honoris causa.

Hommage et postérité[modifier | modifier le code]

Place Helvi Sipilä (renommage temporaire de la Place des Nations à Genève)

En 2019 à Genève l'association l'Escouade dans le cadre du projet 100elles renomme temporairement l'avenue à son nom[4],[5].

En 2001, elle est nommée ministre à titre honorifique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « DAW - Ms. Helvi Sipilä », sur www.un.org (consulté le 8 juin 2019)
  2. « Etusivu », sur kansallisbiografia.fi (consulté le 8 juin 2019)
  3. (en-GB) Anja-Riitta Ketokoski-Rexed, « Helvi Sipilä | Obituary », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 8 juin 2019)
  4. Sylvia Revello, « Les rues genevoises en voie de féminisation », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 26 mai 2019)
  5. « Helvi SIPILÄ », sur 100 Elles* (consulté le 8 juin 2019)