Hassan Djamous

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hassan Djamous
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Décès
Nom dans la langue maternelle
حسن جاموسVoir et modifier les données sur Wikidata

Hassan Djamous (décédé en avril 1989) était le commandant en chef de l'armée tchadienne et un cousin de l'actuel président tchadien Idriss Déby.

Il a dirigé les forces de l'armée tchadienne pendant le conflit tchado-libyen (voir Opération Manta et Opération Épervier), où il se distingua notamment par la prise de Ouadi Doum ou encore par le raid effectué sur la base libyenne d'al-Sarra Maaten[1].

Djamous aurait été tué sur ordre d'Hissène Habré, ancien président, qui le soupçonnait de préparer un coup d'État avec l'aide d'Idriss Déby[2], autre haut gradé de l'armée tchadienne, et de Brahim Mahamat Itno, ministre de l'Intérieur à l'époque. Déby fut le seul des trois qui survécut. Il prit le pouvoir en 1990, après une période d'exil en Libye et au Soudan.

L'aéroport international de N'Djaména porte son nom.[réf. souhaitée]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Garondé Djarma, « Hassan Djamous, l’icône de la bravoure tchadienne », Alwihda Info - Actualités TCHAD, Afrique, International, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  2. « Tchad : Hissène Habré et le fantôme de Hassan Djamous – JeuneAfrique.com », JeuneAfrique.com,‎ (lire en ligne)