Héméralopie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la cécité nocturne. Pour la vision nocturne, voir nyctalopie.
image illustrant la médecine
Cet article est une ébauche concernant la médecine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

L'héméralopie[1],[2] (substantif féminin[1],[2] emprunté au latin scientifique hemeralopia[1], composé du grec ἡμέϱα / hēmera, « jour », et ὤψ / ṓps, « vue », d'après l'antonyme nyctalopia, « nyctalopie »[2]) est la difficulté excessive à voir lorsque la luminosité diminue (par exemple au crépuscule). Elle est généralement causée par un pourpre rétinien insuffisant, de source génétique (rétinite pigmentaire), ou par une carence alimentaire en vitamine A[3],[4]. L'héméralopie est l'une des rares maladies visuelles empêchant totalement le passage du permis de conduire en France. Hespéranopie est un terme synonyme.

Autres termes[modifier | modifier le code]

  • La photophobie est plutôt une gêne ou une douleur causée par une luminosité forte.
  • Il existe aussi le contraire de l'héméralopie : c'est l'incapacité à voir correctement lorsque la luminosité est forte. Des causes typiques de cette incapacité sont l'achromatopsie, et la dystrophie des cônes, qui affectent les cônes de la rétine. L'albinisme et la cataracte peuvent aussi en être la cause. C'est cette « cécité diurne » que désigne en anglais le terme hemeralopia, l'héméralopie étant elle-même décrite dans cette langue sous le nom de nyctalopia[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Entrée « Héméralopie » dans le Dictionnaire de l'Académie française, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales (consulté le 20 décembre 2015).
  2. a, b et c Définitions lexicographiques et étymologiques de « héméralopie » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales (consulté le 20 décembre 2015).
  3. Physiologie et physiopathologie des glandes endocrines, Pr J-C Henquin, UCL Faculté de Médecine de l'Université de Santé de Montpellier (U.S.M.4), 2010
  4. COLLINS, C., & DORNIC, D. (1991). Reversible nyctalopia in vitamin A deficiency. Journal of the American Optometric Association, 62(4), 322-326.
  5. (en) N. Ohba et A. Ohba, « Nyctalopia and hemeralopia: the current usage trend in the literature », British Journal of Ophthalmology, vol. 90,‎ , p. 1548-1549 (ISSN 1468-2079, PMID 17114591, PMCID 1857511, DOI 10.1136/bjo.2006.097519, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :