Gustave Verbeck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gustave Verbeek
Gustave Verbeek 1895.jpg

Verbeek en 1895.

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
BronxVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Gustave Verbeck, aussi Verbeek (1867-1937) est un auteur de bande dessinée de père néerlandais et de mère française. Il est considéré pour son œuvre comme l'un des fondateurs du neuvième art moderne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dire que Gustave Verbeck est un citoyen du monde est légitime. En effet, malgré la nationalité néerlandaise de son père Guido Verbeck, il est né au Japon, à Nagasaki, où son père enseignait dans le cadre d'une mission. Après avoir résidé à San Francisco avec sa mère puis à New York, il part en France en 1889, à Paris pour suivre des cours d'art et c'est là qu'il commence sa carrière dans la bande dessinée[1]. Plus tard, en 1900, il émigre aux États-Unis, où son nom sera changé en Verbeek par un fonctionnaire de l'État civil en 1907 lors de sa demande de naturalisation.

Aux É.-U., il travaille comme illustrateur pour des journaux (comme le New York Herald). Puis en 1903, il fait des bandes dessinées où, pour savoir la suite, il faut tourner le dessin à l'envers, le texte étant écrit dans les deux sens. Cette œuvre, The Upside-Downs of Little Lady Lovekins and Old Man Muffaroo, est une innovation inspirée des œuvres de Peter Newell et de la tradition japonaise des images doubles et demande à son auteur un travail très complexe, qui requiert une grande imagination. Ces dessins, qui représentent une situation différente rien qu'en les retournant, Verbeck en fit une soixantaine. Il crée d'autres séries ensuite.

À partir de 1915, il se consacre à la peinture.

Il meurt en 1937, à l’âge de 70 ans.

Les publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]