Guilty Razors

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Le contenu de cet article ou de cette section est peut-être sujet à caution et doit absolument être sourcé. (21 juillet 2013).

Si vous connaissez le sujet dont traite l'article, merci de le reprendre à partir de sources pertinentes en utilisant notamment les notes de fin de page. Vous pouvez également laisser un mot d'explication en page de discussion (modifier l'article).

image illustrant le rock
Cet article est une ébauche concernant le rock.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Guilty Razors est un des premiers groupes punk français. Il a fait partie de la scène parisienne de 1975 à 1978.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sauvages, punks et rebelles[modifier | modifier le code]

Guilty Razors a eu une histoire assez singulière. Durant les années 1970, marquée à Paris par les nombreuses manifestations des mouvements gauchistes, cinq jeunes musiciens influencés autant par l'atmosphère post Mai 68 que par leurs groupes fétiches (Stooges, Kinks, The Who ou encore le Velvet Underground) décident de monter un groupe de rock. Un groupe de scène surtout, où s'exprime leur rage à travers un rock sauvage et sans concession. C'est donc naturellement qu'ils intègrent la scène punk parisienne tout juste naissante aux côtés de Metal Urbain et Asphalt Jungle. Ils jouent au Gibus, en première partie des Jam (non sans avoir osé s'en prendre aux Rickenbacker des vedettes anglaise !) et assurent également la dernière prestation du festival punk à l'Olympia avant que le public ne détruise des dizaines de fauteuils.
Mais leur origine ouvrière et leur réputation de mauvais garçons savamment entretenue par leur manager Alexis Quinlin (qui leur avait trouvé un contrat avec le label Polydor), personnage controversé de la scène rock , va bientôt les rattraper. En mars 1978, le label résilie leur contrat, fait retirer des bacs les 5 000 exemplaires de leur premier 45T intitulé : I Don't Wanna Be A Rich (sic), dont les ventes sont très faibles, et qui finissent presque tous au pilon. Seule la centaine de disques envoyés à la presse échappent à la destruction.
Les Guilty Razors continuent quand même à enregistrer d'autres morceaux dont certain lors d'un séjour chaotique à Madrid. Le groupe se sépare finalement durant l'été 1978 la suite de problèmes d'égo et de drogue[1]. Leurs morceaux ne sortiront qu'en 2006 sur un CD grâce au label Seventeen Records.

Que sont-ils devenus ?[modifier | modifier le code]

  • Dans les années 1980, le chanteur Tristam Nada, graffiti-artist et peintre, sort le single Bonne humeur ce matin (où Vincent Cassel apparait). Le disque sera 51e au classement des ventes[1].
  • Le reste du groupe (José et Carlos Perez, Djill Bourezak et Jano Homicid) forment ensuite le groupe Bandolero qui sortira le tube Paris Latino
  • Carlos Perez est décédé en 1998.
  • Son frère, José Perez officie[Quoi ?] dans le monde de la techno sous le nom de JoanJo. Il vit en Thaïlande[1].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • Le rock d'ici à l'Olympia (Wake up) Compilation Live 1978
  • Guilty ! (Seventeen Records - 2006)

Single[modifier | modifier le code]

  • I Don't Wanna Be A Rich (Polydor - 1978)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Les Guilty Razors ne sont jamais devenus riches - Noisey », sur Noisey (consulté le 8 décembre 2016)