Guide des égarés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Guide des égarés, Moré Névoukhim (qui devrait être nommé Guide des perplexes) est l’œuvre majeure de Moïse Maïmonide (1135-1204). Maïmonide est considéré comme le philosophe juif le plus marquant du Moyen Âge, et son Guide comme l’œuvre philosophique juive la plus importante de tous les âges[réf. nécessaire]. Elle tend en effet à exposer le judaïsme en termes de valeurs non juives, et à établir une corrélation entre les valeurs juives et les valeurs générales.

Le Guide des égarés. Manuscrit du XIVe siècle.
Manuscrit en judeo-arabe du Guide des perplexes Yémen, XIII ou XIVe siècle

Le Guide des égarés a influencé toute la pensée philosophique juive ultérieure, qui s’y est constamment référée. L’objet originel de l’œuvre est de résoudre la difficulté qui se présente à l’esprit d’un juif croyant, concurremment imbu de réalités philosophiques. Maïmonide a réussi à expliquer les anthropomorphismes bibliques, à dégager la signification spirituelle cachée derrière les significations littérales et à montrer que le spirituel était la sphère du divin. Le Guide représente une explication philosophique des écritures, une « science de la loi ».

Maïmonide rend connaissables, en termes d’expérience positive, Dieu, la création, le prophétisme, la nature du mal, la divine providence, la nature de l’homme et de la vertu morale, la loi de Moïse, l’eschatologie, etc. Il élucide aussi de très nombreux passages, d’abord obscurs, des Écritures.

On trouve dans cette œuvre l'influence du Mizan al-'Amal (Critère de l'action) d'Al-Ghazali.

Le Guide, rédigé en langue arabe vers 1190 a été traduit plusieurs fois en hébreu. Peu après, il a fait l'objet de plusieurs traductions plus ou moins complètes en latin et a été diffusé dans les milieux chrétiens. Deux brefs extraits ont d'abord été diffusés : le Liber de parabola et le Liber de Uno Deo Benedicto. Vers 1242/44, à l'époque même des brûlements du Talmud en France, est paru le Dux neutrorum, établi à partir de la seconde traduction hébraïque de Juda al-Charisi. C'est cette version qui a été imprimée en 1520 par l'humaniste Jodocus Ascensius Badius (sous le titre de Dux perplexorum), reproduite en facsimimlé en 1964 et 2005. En 1629 Johann Buxtorf le Jeune fait paraître une nouvelle traduction latine intégrale.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Moïse Maïmonide. Le Guide des égarés, trad. de l’arabe par Salomon Munk (1856-1866), nouvelle édition revue et mis à jour sous la dir. de René Lévy, avec la coll. de Maroun Aouad, Lagrasse, éd. Verdier, 2012. (ISBN 2-86432-561-6).
  • Moïse Maïmonide. Le Guide des Égarés. Traduit pour la première fois sur l'original arabe et accompagné de notes critiques, littéraires et explicatives par Salomon Munk. 3 volumes (1856-1870) - (ISBN 2-7068-1693-7) (pour l'ouvrage complet). Reproduction Maisonneuve & Larose. Paris, 7 mai 2003.
  • Moses Maimonides. The Guide of The Perplexed. Translation, Introduction and Notes by Shlomo Pinès, With an Introductory Essay by Leo Strauss. Chicago University Press, 1963.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Texte entier traduit en français
    • Disponible sur Archive: vol.1, vol.2 et vol.3 éd. A. Franck, Paris, 1856.