Granulomatose septique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Granulomatose septique
Granulomatose chronique, granulomatose septique chronique
Transmission mode récessif (liée au sexe)
Chromosome chromosome X
Prévalence 1-9 /1 000 000
Liste des maladies génétiques à gène identifié

La granulomatose septique chronique est une maladie familiale (rare) liée au chromosome X.
Elle est appelée également maladie granulomateuse chronique ou « septique » de l'enfant, ou « maladie granulomatose chronique familiale » ou « syndrome de Bridges et Good » (car étudiée par Berendes, Bridges et Good qui ont publié leur résultats en en 1957).

C'est un déficit immunitaire de l'immunité non spécifique, de transmission récessive liée au sexe. Il est induit par un déficit immunitaire primaire du métabolisme oxydatif des cellules phagocytaires.

Elle se manifeste dès le début de la vie, presque toujours chez le garçon, par des infections souvent sévères et répétées, à germes divers, bactéries ou champignons, atteignant la peau, le système lymphatique, l'arbre broncho pulmonaire, le foie et la rate[1].

La forme génétique la plus courante et qui semble être la plus grave, est celle « liée à l’X, affectant le gène CYBB codant l’élément redox de l’oxydase, gp91phox ou Nox2 »[1].

Cependant, il existe des formes autosomales récessives plus rares, affectant d’autres composants protéiques du complexe oxydase et qui se caractérisent par des manifestations cliniques frustes, pouvant apparaître plus tardivement, même à l’âge adulte[1].

Transmission[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une affection de nature héréditaire Elle se transmet selon le mode récessif (liée au sexe), ce qui signifie qu'elle n'apparait que si les deux parents portent l'anomalie génétique sur les chromosomes sexuels.

Il a cependant été décrit des formes dites « atypiques » dont la transmission se fait selon le mode autosomique récessif chez les filles, syndrome entrant, entre autres, dans le cadre large des carences immunitaires (syndrome de Job, histiocytose lipochromique familiale)[1].

Cette affection concerne donc majoritairement les garçons.

Causes[modifier | modifier le code]

C'est un déficit d'une enzyme (la NADPH oxydase) qui entrave l'activité des globules blancs qui ont la capacité habituellement de phagocyter les corps étrangers (au sens large du terme) pénétrant dans l'organisme. L'enzyme NADPH oxydase, en catalysant la formation d'une espèce réactive de l'oxygène (ion superoxyde), permet à certaines cellules phagocytaires (comme les polynucléaires neutrophiles et les macrophages) de détruire en intracytoplasmique les pathogènes ainsi phagocytés. La « NADPH oxydase » est l'enzyme de la genèse de formes réactives oxygénées et la baisse de son activité (dans le cadre de la granulomatose septique) entrave les réactions chimiques en aval de celle catalysée par NADPH oxydase. Ainsi, l'acide hypochloreux HOCl, dont la formation est catalysée par la myélopéroxydase à partir des produits de la NADPH oxydase, ne peut être généré en quantité suffisante, inhibant ainsi les capacités bactéricides des cellules phagocytaires de type polynucléaire neutrophile ou macrophage entre autres, à l'origine de complications infectieuses chroniques.

Description[modifier | modifier le code]

L'examen des patients montre une augmentation du volume du foie et de la rate (hépato-splénomégalie).

Examens complémentaires[modifier | modifier le code]

Les analyses biologiques mettent en évidence une hyperleucocytose (élévation du nombre des globules blancs) s'accompagnant d'une polynucléose neutrophile (augmentation du nombre des polynucléaires neutrophiles).

D'autre part les polynucléaires présentent la caractéristique de phagocyter les germes avec l'incapacité de les détruire. Ceci est mis un évidence par le test de Holmes et l'« épreuve nitrobleu de tétrazolium ».

Les analyses mettent également en évidence une hypergammaglobulinémie (excès de gammaglobulines dans le sang). Par ailleurs les autres analyses sanguines ne montrent pas d'anomalie. Les immunoglobulines, les anticorps circulants, les réactions d'hypersensibilité retardée sont normaux.

L'anatomopathologie des lésions montre couramment une réaction granulomateuse avec macrophages abondants.

Les examens immunologiques tant humoraux que cellulaires sont normaux.

Traitement[modifier | modifier le code]

Le traitement basique est prophylactique et basé sur l’antibiothérapie et les antifongiques (prise continue de sulfamides et d'interféron gamma)…

L’allogreffe de moelle osseuse (greffe de moelle) est l'unique traitement curatif disponible, mais n'est possible que si l'on trouve un donneur HLA compatible et uniquement à certaines conditions cliniques[1].

La thérapie génétique est une piste porteuse d'espoir (après « conditionnement myéloablatif » du patient)[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f M.J. Stasia, P. Cathebras, M.-F. Lutz, I. Durieu (2009) La granulomatose septique chronique ; La Revue de Médecine Interne, Volume 30, Issue 3, March 2009, Pages 221-232 (résumé)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) M.J. Stasia, P. Cathebras, M.-F. Lutz, I. Durieu (2009) La granulomatose septique chronique ; La Revue de Médecine Interne, Volume 30, Issue 3, March 2009, Pages 221-232 (résumé)
  • (fr) R. Ben Abdallah Chabchoub, F. Turki, H. Borcheni, B. Maalej, L. Gargouri, M. Hachicha, N. Ben Halima, A. Mahfoudh (2013) La granulomatose septique chronique chez l’enfant : à propos de huit observations ; Journal de Pédiatrie et de Puériculture, In Press, Corrected Proof, en ligne 9 juin 2013