Grand Capelet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Grand Capelet
Vue du Grand Capelet.
Vue du Grand Capelet.
Géographie
Altitude 2 935 m[1]
Massif Massif du Mercantour-Argentera (Alpes)
Coordonnées 44° 04′ 42″ nord, 7° 25′ 38″ est[1]
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-Maritimes
Ascension
Première 1885 par J. Proust
Voie la plus facile Depuis le refuge des Merveilles
Géologie
Roches Schistes et anatexites
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Grand Capelet
Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes
(Voir situation sur carte : Alpes-Maritimes)
Grand Capelet

Le Grand Capelet est un sommet du massif du Mercantour-Argentera culminant à 2 935 mètres d'altitude sur la ligne de partage des eaux, entre les vallées de la Gordolasque et de la Roya. Il est situé à la frontière des territoires des communes de Belvédère et de Tende, dans le département des Alpes-Maritimes, en France.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La racine indo-européenne kap, signifie « tête ». Elle est latinisée en « caput », et par métaphore « capelet » (« petit chapeau ») fait ici référence à une cime accrochant les nuages[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Grand Capelet est le sommet le plus élevé du chaînon qui sépare la Gordolasque de la Roya. Il se situé à l'est du mont Bégo. Au nord, à proximité immédiate, se trouve la cime de Muffié. D'un point de vue géologique, ce sommet est constitué de schistes, à l'exception des arêtes nord, qui sont formées d'anatexites[3]. Ce sommet fait partie du parc national du Mercantour.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première ascension a été effectuée par J. Proust, en , par le versant sud-est[4]. La première ascension hivernale a été réalisée par Victor de Cessole, Variot, M. Fassi et J. Plent, le , par l'arête est du versant est[4].

Accès[modifier | modifier le code]

L'itinéraire démarre du refuge des Merveilles et suit d'abord la direction du pas de l'Arpette, puis bifurque vers le sommet nord du Caïre des Conques, avant de redescendre vers le pas des Conques. On gravit ensuite la pente d'éboulis jusqu'au sommet du Grand Capelet[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Carte IGN classique » sur Géoportail.
  2. Daniel Georges, Mémoire des lieux : Noms de lieux dans le Comté de Nice et en Provence orientale - Racines d'une identité, Institut d'Études Niçoises, , 429 p. (ISBN 978-2-490331-04-8), p. 112
  3. BRGM, « Saint-Martin-Vésubie / Le Boréon - Carte géologique à 1/50000 », Bureau des recherches géologique et minières,‎ (lire en ligne)
  4. a et b Jean-Paul Gass, Guide des Alpes Maritimes - Massif du Mercantour, Alticoop Editions, , 617 p. (ISBN 2-908039-05-2)
  5. Vincent Paschetta, Haut pays niçois, Mercantour Sud : Merveilles, Haute-Roya, Haute-Vésubie, Argentera, Didier et Richard, (ISBN 2-7038-0017-7 et 978-2-7038-0017-0, OCLC 417586826, lire en ligne)