Grand-Pont de Nemours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Grand-Pont de Nemours
Pont vu de l'amont
Pont vu de l'amont
Géographie
Pays France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Commune Nemours
Coordonnées géographiques 48° 16′ 03″ N, 2° 41′ 53″ E
Fonction
Franchit le Loing
Fonction pont routier
Caractéristiques techniques
Type Pont en arc
Matériau(x) Pierre naturelle
Construction
Construction 1795-1804
Architecte(s) Jean-Rodolphe Perronet (1771)
Historique
Protection  Inscrit MH (1926)

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Grand-Pont de Nemours

Historique[modifier | modifier le code]

Le pont de Nemours est emporté par une crue du Loing en 1770.

Jean-Rodolphe Perronet dresse les plans pour un nouveau pont dès 1771, mais faute d'argent il n'est pas construit.

Le pont est construit en reprenant les plans de Perronet un peu modifiés à partir de 1795 par l'ingénieur des ponts et chaussées Louis-Charles Boistard (1762-1823) sous la direction de Jean-Baptiste Dherbelot, ingénieur en chef. La construction en est confiée à l'ingénieur Claude-Raphaël Duvivier[1].

La Convention nationale a ordonné la construction du pont le 30 juin 1794. Les fondations ont été réalisées dans les campagnes de l'été 1796 et de l'été 1797. Puis, peut-être par manque d'argent, les travaux ont peu avancé. Ils reprennent en 1803. Les voûtes sont décintrées à la fin de l'année.

La construction du pont est achevée au moment du passage du pape Pie VII, le 21 novembre 1804.

La particularité des ponts conçus par Perronet concerne la flèche des arches qui est très faible. Cette conception nécessite que toutes les arches soient décintrées en même temps et que les culées puissent équilibrer leur poussée.

Depuis la destruction du pont de Saint-Dié par les troupes allemandes, en 1944, ce sont les voûtes les plus aplaties.

Le pont a été inscrit au titre des monuments historiques le 19 mars 1926[2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Jean-Charles Perronet avait projeté un pont constitué de 3 travées de 15,27 m d'ouverture chacune[3] mais à la réalisation, la portée a été augmentée à 16,25 m.

La génératrice des arches devait se trouver sur une portion de cercle de rayon 30,86 m ayant leur naissance à 0,32 m au-dessus du niveau des plus hautes eaux, mais l'augmentation de l'ouverture des arches leur a donné un plus grand surbaissement, au 1/15,6.

Épaisseur des piles : 2,28 m

Largeur du tablier entre parapets : 11,04 m

Largeur totale : 12,68 m

Largeur des culées : 24,48 m

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques-Alphonse Mahul, Annuaire nécrologique, ou Supplément annuel et continuation de toutes les biographies ou dictionnaires historiques, 2e année, 1821, Paris : Ponthieu, 1822, p.163-165 [1]
  2. « Grand pont », notice no PA00087167, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Pierre Charles Lesage, Notice pour servir à l'éloge de M. Perronet, premier ingénieur des ponts et chaussées, p. 46-48, Paris, 1805

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Marrey, Les ponts modernes. 18e-19e siècles, p. 68, Picard éditeur, Paris, 1990 (ISBN 2-7084-0401-6) ; p. 319
  • Marcel Prade, Les ponts monuments historiques. Inventaire - Description - Histoire, p. 350, Librairie Brissaud, Poitiers, 1988 (ISBN 2-902170-54-8) ; p. 431