Gontier de Soignies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir De Soignies.

Gontier de Soignies est un trouvère dont l’activité littéraire s’est déroulée dans les années 1180 – 1220[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Gontier de Soignies est originaire de Soignies dans le Hainaut, mais sa vie est inconnue. Dans son œuvre, il fait allusion à des voyages en France et dans le comté de Bourgogne, ainsi qu’à la protection du comte palatin Othon Ier de Bourgogne.

Une de ses œuvres (Lors que florist la bruiere) est citée dans Le Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole de Jean Renart, vers 1232-5252.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il est l’auteur de chansons d’amour en français, conservées dans plusieurs manuscrits. On lui en attribue 34, mais 27 seulement sont considérées comme étant véritablement de lui[1]. Il pratique le genre de la rotrouenge, poésie lyrique caractérisée par un refrain interne, au milieu ou à la fin de la strophe.

Incipit des principales chansons 
  • A la joie des oiseaus
  • L'an ke li dous chans retentist
  • Au tens gent que raverdoie
  • Biau m'est quant voi verdir les chans
  • Chanter m'estuet de recomens
  • Douce amours, ki m'atalente
  • Doulerousement comence
  • El mois d'esté que li tens rassoage
  • Li tans noveaus et la douçors
  • Lors que florist la bruiere
  • Merci, amors, ore ai mestier
  • Quant oi el bruel
  • Quant oi tentir et bas et haut
  • Quant li tens torne a verdure
  • Se li oisiel baisent lor chans
  • Tant ai mon chant entrelaissié

Éditions[modifier | modifier le code]

  • Gontier de Soignies, Il canzoniere, éd. Luciano Formisano, Milan-Naples, 1980.
  • Les chansons de Gontier de Soignies, éd. Terence Newcombe, révisée par H. H. Lucas et Nigel Wilkins, American Institute of Musicology, Neuhausen : Hänssler-Verlag, 1995.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Grossel, Marie-Geneviève, « Trouvères du Hainaut », dans Image et mémoire du Hainaut médiéval, éd. Jean-Charles Herbin, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2004, p. 85-98.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean Dufournet, Le Roman de la Rose ou De Guillaume de Dole de Jean Renart, éditions Champion, 2008, p. 426