Giuseppe Girometti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Giuseppe Girometti
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Giuseppe Girometti, né le à Rome et mort le dans la même ville, est un médailleur, graveur en pierres fines et un sculpteur italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Giuseppe Girometti est né le 7 octobre 1780 à Rome[1]. Il est le fils de Clementina Patrizi et de Lorenzo[2].

Élève du sculpteur Vincenzo Pacetti (en), le président de l'Académie des beaux-arts, Giuseppe Girometti attire sur lui l'attention par ses œuvres en marbre exécutées pour la cathédrale de Foligno[3].

Il abandonne ensuite la sculpture pour la gravure en pierres, et devient un véritable maître dans cet art[3]. Ses camées d'après Canova, Tenerani, etc., d'après ses propres inventions, ses effigies d'après l'antique, ses portraits de célébrités (Raphaël, Léonard de Vinci[4], Richelieu, Bossuet, Colbert, Racine, La Fontaine, Washington, Napoléon, etc.), lui valent une renommée universelle[3]. Giuseppe Girometti est l'un des plus importants graveurs en pierres fines de la première moitié du XIXe siècle[5].

En 1812, il est élu à l'Accademia di San Luca à Rome en tant que graveur de pierres et il reçoit de nombreux prix[5].

En 1822, il est nommé, avec Giuseppe Cerbara (it), graveur principal à la Monnaie papale[5]. Il exécute des médailles commémoratives ou symboliques pour le pape Pie VII et ses successeurs, ainsi qu'une collection de médailles avec des portraits d'italiens célèbres, celle-là avec le concours de son fils Pietro et de N. Cerbara[3].

Giuseppe Girometti est mort le 17 novembre 1851 dans sa ville natale[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Campbell 2006
  2. Lucia Pirzio Biroli Stefanelli 2001
  3. a b c et d Collectif 1893
  4. a et b Michel Duchamp 1993
  5. a b et c Lucia Pirzio Biroli Stefanelli 1996
  6. Histoire du travail et monuments historiques, 1866
  7. « Bracelet Achille », sur Musée des arts décoratifs de Paris.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notices sur Giuseppe Girometti[modifier | modifier le code]

Sur ses œuvres[modifier | modifier le code]

  • Michel Duchamp, « Cinq camées de Giuseppe Girometti dans la collection du Badisches Landesmuseum de Karlsruhe », Jahrbuch der Staatlichen Kunstsammlungen in Baden-Württemberg, no 30,‎ .

Autres ouvrages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]