Monnaie papale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Monnaie papale est l'institut chargé de la production de monnaie pour le pape. La monnaie papale fait également référence aux bâtiments d'Avignon, Rome et ailleurs qui accueillaient la monnaie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Histoire de la monnaie vaticane[modifier | modifier le code]

Histoire de la Monnaie papale[modifier | modifier le code]

Les papes, et le Sénat lorsqu'il émettait de l'argent, semblaient utiliser la Monnaie impériale de Rome, qui se trouvait sur les pentes de Campidoglio, proche de l'arc de Septime Sévère, mais au XVe siècle, la monnaie papale se trouvait près de la banque Santo Spirito. Finalement, en 1665, Alexandre VII la déplaça derrière la basilique Saint-Pierre. Le Bernin inventa une machine afin de faire le travail plus rapidement, et Francesco Girardini apporta les éléments les plus sensibles afin que la monnaie de Rome soit la plus avancée techniquement de son époque. En 1845, Pie IX l'équipa de machineries modernes.

L'administration de la Monnaie était d'abord confiée au camerlingue de la Sainte Église romaine mais une supervision directe était exercée par le Sénat jusqu'au règne de Martin V. Le maire et les conservateurs de la Camera Capitolina nommait le maître de la Monnaie, tandis que l'impression était vérifiée par les chefs de la guilde des orfèvres et des argentiers. En 1322, Jean XXII créa l'office de trésorier de la Monnaie d'Avignon, et son titulaire devint, petit à petit, indépendant du camerlingue. Plus tard, le bureau du président prélat de la Monnaie fut créé. D'après Lunadori, l'établissement de l'impression de la monnaie était à la charge de la congrégation des Cardinaux.

Les États pontificaux rejoignirent l'Union latine en 1866.

Depuis l'unification italienne[modifier | modifier le code]

Avec l'unification italienne et la question romaine, le gouvernement italien prit en charge les opérations de la Monnaie papale en septembre 1870. La Monnaie fut utilisée pour fabriquer de la monnaie italienne, et du fait de la présence de gardes italiens devant la Monnaie, un tunnel fut construit sous le palais apostolique pour permettre un accès privatisé aux jardins du Vatican[1]

Le gouvernement italien a annoncé en 1901 qu'il allait déplacer ses opérations de création de monnaie dans un espace plus grand. Le pape Léon XIII, inquiet qu'une organisation anti-papauté ne s'installe dans le bâtiment, pu l'acheter de manière privée au gouvernement Giolitti par l'intermédiaire d'Ernesto Pacelli en 1904[1].

L'État de la Cité du Vatican devint un État séparé en 1929. La Monnaie italienne fabrique des pièces pour le micro-État, qui fait ses propres euros.

Graveurs célèbres de la Monnaie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pollard 2005, p. 87

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) John F. Pollard, Money and the Rise of the Modern Papacy: Financing the Vatican, 1850–1950, Cambridge University Press,