Gerardus Heymans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gerardus Heymans
Image dans Infobox.
Heymans en 1906 (cl. d'A.-S. Weinberg).
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
signature de Gerardus Heymans
signature

Gerardus Heymans (, Ferwert, Groningue) est un philosophe et psychologue néerlandais, défenseur du monisme transcendantal de Gustav Fechner. Il enseigna à l’université de Groningue de[1] 1890 à 1927. Sa pensée est influencée par celle du philosophe russe African Spir[2],[note 1].

Carrière académique[modifier | modifier le code]

Heymans a étudié le droit et la philosophie à l’Université de Leyde sous la direction de Jan Pieter Land, Simon Vissering et Joannes Buys. Il est reçu licencié en droit civil le puis soutient le une thèse d’économie politique intitulée « Caractère et méthode statistique » (Karakter en methode der staathuishoudkunde). Il poursuit ses études de philosophie en Allemagne et soutient un mémoire de maîtrise consacré à la morale[3].

En 1900, il est élu membre de l’Académie royale néerlandaise des arts et des sciences, dont il démissionnera en 1919[4].

Postérité[modifier | modifier le code]

Les idées de Heymans sur la définition statistique de la caractérologie ont été introduites en France par René Le Senne, notamment son « Traité de Caractérologie » (PUF, 1945), puis par Gaston Berger ; et en Belgique, par le P. Troisfontaines[5]. L'Association Heymans (Heymans-Genootschap), se propose depuis 1944 de poursuivre l’œuvre du philosophe de Groningue.

La pensée de Heymans sur le monisme a été critiquée par l'un de ses étudiants, Johannes Jacobus Poortman, qui formula en réponse le concept de pluralisme hylique.

La typologie des caractères humains selon Heymans[modifier | modifier le code]

Le « cube d’Heymans » est une représentation figurée de sa classification des caractères.

Inspiré par les travaux d’Ernst Kretschmer et de Jung, Heymans s'est efforcé d’élaborer une classification systématique des caractères (ou tempéraments). Aidé par un psychiatre, Enno D. Wiersma (1858-1940), il a réalisé de 1905 à 1918 une enquête sur l’hérédité des traits de caractère : Heymans soumit un questionnaire aux médecins et professeurs de l’enseignement secondaire des Pays-Bas sur les élèves et leurs parents[6]. L'examen des réponses suggère à Heymans l’existence de deux composantes fondamentales du caractère : l’émotivité et l’activité ; il suggère également que ces dispositions peuvent être dites primaires, c'est-à-dire spontanées, naturelles et plus ou moins fluctuantes ; ou bien secondaires, c'est-à-dire provoquant un retentissement plus profond et plus durable, mais aussi plus de cohérence et d'intégration au comportement[5]. Il résume ces observations suivant trois axes[7]:

  • activité (axe des abscisses), notée A : énergie et importance de la réaction physique à un stimulus
  • émotivité (axe des ordonnées), notée E : intensité et fréquence de la réaction émotionnelle à un affect ou stimulus
  • « secondarité », notée S : intensité des affects à long terme

Ce graphe cubique suggère une combinatoire de huit tempéraments, repérés par les sommets (les dénominations sont inspirées de celles déjà employées précédemment par les médecins grecs Galien et Hippocrate):

  • passionné : E+ A+ S+
  • phlegmatique : E- A+ S+
  • colérique : E+ A+ S-
  • sanguin : E- A+ S-
  • sentimental : E+ A- S+
  • apathique : E- A- S+
  • nerveux : E+ A- S-
  • amorphe : E- A- S-

Cette classification, longtemps utilisée dans les pays néerlandophones (Afrique du Sud, Indonésie, etc.) a connu diverses adaptations (indicateurs de Myer-Briggs) depuis.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Heymans est l'auteur d'une vingtaine de monographies (dont certaines n'ont paru qu'après sa mort), et d'une centaine d'articles.

  • Einführung in die Metaphysik (« Introduction à la métaphysique », 1905). Leipzig, Barth.
  • De toekomstige eeuw der psychologie (« L'avenir de la psychologie », 1909). Conférence prononcée devant le rectorat de l'université royale de Groningue le . Groningue, éd. Wolters.
  • G. Heymans (trad. R. Le Senne), La Psychologie des femmes [« Psychologie der vrouwen »], (réimpr. 1925 Ch. Hérissey pour l'édition française), 323 p.
  • De oorlog en de vredesbeweging (« La guerre et le mouvement pacifiste », 1914). Groningue.
  • Einführung in die Ethik auf Grundlage der Erfahrung (« Introduction à l'éthique sur la base de l'expérience individuelle », 1914). Leipzig, éd. Barth.
  • Die Gesetze und Elemente des wissenschaftlichen Denkens, Ein Lehrbuch der Erkenntnistheorie in Grundzügen. (1915). Leipzig, éd. Barth (3e éd.).
  • Het psychisch monisme (1915). Baarn, Hollandia Uitgeverij.
  • G. Heymans & T.J.C. Gerritsen, La philosophie de Heymans (1938, pothume), éd. F. Alcan, Paris.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Lettres inédites..., p.231 : « G Heymans – ce dernier déclara plus tard, que Spir avait exercé naguère une réelle influence sur la formation de sa pensée. »
  1. Gerard Heymans (1857-1930) Founder of psychology in the Netherlands. University of Groningen.
  2. Lettres inédites de African Spir au professeur Penjon. Introduction d’Émile Bréhier. Éditions du Griffon Neufchâtel, 1948, p.231, note 1.
  3. G. Heymans, (1882) Zur Kritik des Utilismus. Altenburg.
  4. « Gerardus Heymans (1857 - 1930) », sur Académie royale néerlandaise des arts et des sciences (consulté le )
  5. a et b D'après Armand Cuvillier, Précis de Philosophie -- Classes de mathématiques, Armand Colin, (réimpr. 2e), « X -- La personne et le caractère », p. 107-108
  6. D'après Ernst Mulder et Frieda Heyting, « The Dutch curve: The introduction and reception of intelligence testing in the Netherlands, 1908–1940 », J. of the History of the Behavioral Sciences, vol. 34, no 4,‎ , p. 349 - 366 (DOI https://doi.org/10.1002/(SICI)1520-6696(199823)34:4<349::AID-JHBS1>3.0.CO;2-M)
  7. L'exposé original se trouve dans G. Heymans, « Des méthodes dans la psychologie spéciale. », L'année psychologique, vol. 17,‎ , p. 64-79 (DOI https://doi.org/10.3406/psy.1910.7272).