Georges Maillols

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Georges Maillols
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Paris
Décès (à 85 ans)
Rennes
Nationalité Française
Profession

Georges Maillols, né le , mort le [1], est un architecte des « Trente Glorieuses » inspiré par Le Corbusier et le mouvement du Bauhaus. Il s’installe à Rennes en 1947 et a profondément marqué cette ville au niveau architectural.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Georges Maillols est diplômé de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Il arrive à Rennes en 1947 pour reprendre le cabinet d'architectes Couäsnon[2]. Georges Maillols est impliqué dans 140 projets de construction à Rennes, dont près de 10 000 logements[3].

Dès les années 1950, il commence à construire verticalement, dans l'optique d'« élever l'immeuble le plus haut de Rennes » : la tour Maillols sur le Quai Richemont, face à la Vilaine est dessinée en 1952[4]. En 1954 et avec onze étages, il s'agit du plus haut immeuble de la ville qui utilise la technique de la fondation sur pieux en béton armé[5],[2]. Ce fut longtemps le plus haut immeuble de la ville et certains craignaient de la voir s’écrouler[réf. nécessaire].

Il compte parmi ses réalisations le Trimaran, les Terrasses du Sud, une série d’immeubles aux Hautes-Ourmes (1971)[6] dans le quartier du Blosne (bâtiments d'éléments préfabriqués, avec des balcons en pointes de diamant, avec des éléments de couleurs bleues et rouges pour rythmer l'édifice)[2], des maisons du quartier Patton[5], du quartier Jules-Simon[5], dans le quartier Bourg-L'Évêque (la Caravelle, l'Armor, bâtiment Cristal)[2].

Il est également l'architecte de la Barre Saint-Just (1968)[7], qui se démarque par ses terrasses-jardins.

En 1970[8], il inaugure le premier immeuble d'habitation de grande hauteur en France en concevant la tour des Horizons, trente étages avec façade en béton architectonique[5] et probablement son œuvre la plus connue[2].

La Tour des Horizons, la Barre Saint-Just et le square des Hautes-Ourmes sont typiques du style Maillols[2].

Réalisations[modifier | modifier le code]

Les données proviennent de la plateforme PSS-archi[9] sauf : Terrasses du Sud

Dénomination Lieu de réalisation Type de réalisation Année
Le Baccara Rennes Logements 1996
30-32, rue de Meudon Issy-les-Moulineaux Logements 1984
Centre d'Affaires Patton II Rennes Bureaux 1983
Centre d'Affaires Patton I Rennes Bureaux 1983
Le Trimaran Rennes Logements 1977
Jardins de l'Yser Rennes Logements 1977
Terrasses du Sud Rennes Logements 1977
8, boulevard de l'Yser Rennes Logements 1976
Le Porphyre Rennes Logements 1975
L’Améthyste Rennes Logements 1975
Le Saphir Rennes Logements 1975
Le Mercure Rennes Logements 1975
Le Neptune Rennes Logements 1975
Le Belvédère Rennes Logements 1973
1, allée de Lucerne Rennes Logements 1973
2, allée de Lucerne Rennes Logements 1973
11, square des Hautes Ourmes Rennes Logements 1972
1, allée du Gacet Rennes Logements 1972
2, allée du Gacet Rennes Logements 1972
La Caravelle Rennes Logements 1971
Les Horizons Rennes Logements 1970
L'Armor Rennes Logements 1970
10, Square de Terre-Neuve Rennes Logements 1970
11, Square de Terre-Neuve Rennes Logements 1970
2 à 6, square de Terre Neuve Rennes Logements 1970
Le Goello Rennes Logements 1969
Le Trégor Rennes Logements 1969
Barre Saint-Just Rennes Logements 1969
2, rue Capitaine Maignan Rennes Logements 1967
Le Penthièvre Rennes Logements 1965
Tour Normandie[10] Rennes Logements 1965
Tour Guyenne Rennes Logements 1965
2, square de Gascogne Rennes Logements 1963
1, square d'Anjou Rennes Logements 1963
15-23, boulevard d'Anjou Rennes Logements 1963
13-17, boulevard d'Anjou Rennes Logements 1963
Ilot Jules Simon Rennes Logements et bureaux 1961
47 à 53, rue Champion-de-Cicé Rennes Logements 1957
Tour Maillols Rennes Logements 1950

Célébrations[modifier | modifier le code]

À l'occasion du centenaire de sa naissance, la Maison de l'architecture et des espaces en Bretagne (MAeB) a organisé des visites de Rennes et des conférences d'avril à novembre 2013[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Périg Bouju, « Avec Georges Maillols (1913–1918) — l’ivresse des hauteurs », Place Publique,‎ (lire en ligne)
  2. a b c d e et f Frédéric Antoine, « Le joli maillage architectural de Georges Maillols », Les Rennais, no 14,‎ (lire en ligne)
  3. a et b « Des temps forts autour de l'architecte Maillols - Rennes », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  4. Notice no IA35022737, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  5. a b c et d Christine Barbedet, « Un architecte à l'horizon », Les Rennais, no 14,‎ (lire en ligne)
  6. Notice no IA35024567, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  7. Notice no IA35026986, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  8. Notice no IA35024400, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  9. « Georges Maillols », sur http://www.pss-archi.eu, PSS-archi (consulté le 30 septembre 2013)
  10. La Tour Normandie a été détruite en 2010.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christine Barbedet, George Maillols, architecte rennais, ArMen, no 82, 1997.
  • Marie-Christine Biet, Horizons Maillols / Archives municipales de Rennes, Rennes : Archives municipales de Rennes, 1995, 7 p.
  • Périg Bouju, Avec Georges Maillols (1913-1998). L'ivresse des hauteurs, Place Publique, no 10, p. 71-73.