Luke Rhinehart (George Cockcroft)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis George Powers Cockcroft)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cockcroft.
Luke Rhinehart
Nom de naissance George Powers Cockcroft
Naissance (82 ans)
Albany, État de New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Anglais américain
Genres

Œuvres principales

Luke Rhinehart (de son vrai nom George Powers Cockcroft), né le à Albany dans l’État de New York, est un écrivain américain. Son livre le plus connu est L'Homme-dé, roman semi-autobiographique racontant l’histoire d’un homme jouant le destin de sa vie aux dés.

Biographie[modifier | modifier le code]

Luke Rhinehart est né dans la ville américaine d'Albany d'un père ingénieur téléphoniste et d'une mère femme au foyer. Il est éduqué dans une académie militaire[1]. Il débute comme professeur de littérature américaine au Dowling College (en) de Long Island[1]. C'est lors d'un séminaire sur la liberté qu'il a l'idée de laisser les dés dicter des choix de vie[2].

En 1953, dans un roman non publié, il invente un personnage du nom de Luke Rhinehart, nom qui lui sert de pseudonyme par la suite[3]. Il rencontre sa femme Ann grâce aux dés[3]. Ils se sont mariés le , ont eu trois enfants, des petits enfants et des arrières petits enfants[1].

Dans les années 1960, les dés l'ont amené, lui et sa femme, à vivre au Mexique ou dans d'autres pays d'Amérique[1] et dans le village de Deià à Majorque[3].

C'est sur l'île espagnole, alors qu'il avait débuté l'écriture de l'Homme-dé depuis quatre ans, que Rhinehart rencontre l'éditeur anglais Mike Franklyn qui l’incite à terminer son livre qu'il publie en 1971[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • The Dice Man (1971)
    Publié en français sous le titre L'Homme-dé, traduction de James du Morier, Paris, Seuil, 1973, nouvelle traduction de Didier Coste, Paris, L’Olivier, 1995, réédition Paris, L’Olivier, coll. Petite bibliothèque américaine no 16, 1998.
  • Matari ou White Wind, Black Rider (1975)
  • The Book of est (1976)
  • Long Voyage Back (1983)
    Publié en français sous le titre L'Odysée du vagabond, traduction de James Bryant, Paris, Robert Laffont, 1984.
  • Adventures of Wim (1986)
  • The Search for the Dice Man (1993)
  • The Book of the Die (2000)
  • Whim (2002, nouvelle version de Adventures of Wim)
  • Naked Before the World: A Lovely Pornographic Love Story (2008)
  • Jesus Invades George: An Alternative History (2013)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Portrait de Cockcroft publié en 2004 dans le telegraph
  2. Portrait de Cockcroft publié en 2000 dans le Guardian
  3. a, b et c Portrait de Corckcroft dans GQ UK publié en mars 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]