Gautier II d'Enghien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gautier II d'Enghien
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Famille
Père
Mère
Marie de Rethel (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Environ Yolanda de Dampierre (d) (environ depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Gautier III d'Enghien
Marie of Enghien (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Armes de la Maison d'Enghien.png
Blason

Gautier II d'Enghien, né vers 1267 et décédé en 1309[1], était un chevalier brabançon, seigneur d'Enghien en 1289, avoué de Tubize.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était le fils de Gautier I d'Enghien et de Marie de Rethel, il épousa Yolande de Flandres (fille de Robert II de Béthune, comte de Flandres et de Yolande de Bourgogne, comtesse de Nevers) le . Douairière d'Enghien à la mort de son époux et tutrice de son fils Gautier III d'Enghien.

Il fonda avant sa mort la Chartreuse de Herinnes qui était la plus ancienne chartreuse des anciens Pays-Bas[1].

Filiation[modifier | modifier le code]

De l'union de Gautier II et Yolande naquirent :

  • Gautier d'Enghien, décédé dans sa deuxième année ;
  • Siger d'Enghien, décédé à dix-huit ans ;
  • Marie d'Enghien, épousa en Robert V comte de Dreux et de Braine et, en secondes noces, Robert Comte de Roucy ;
  • Yolande d'Enghien, épousa Raoul ou René le Flamenc ;
  • Gautier III d'Enghien, épousa Isabelle de Brienne ;
  • Jeanne d'Enghien, dame de Landelies, épousa Jean de Hénin, seigneur de Boussu ;
  • Madeleine d'Enghien, épousa Foulques de Pierrepont, seigneur de Mortemart ;
  • Arlette d'Enghien, épousa Jean de Ville ;
  • Sibylle d'Enghien, nonne à Preuny ;
  • Margueritte d'Enghien, épousa Philippe van Maldeghem, chevalier.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Les armes de famille se blasonnent : Gironné de sable et d'argent de dix pièces, chaque giron de sable chargé de trois croisettes recroisetées au pied fiché. La maison avait pour cri de ralliement Enghien au seigneur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Butkens, Trophée tant sacrés que profanes du duché de Brabant, tome II, livre III, p. 116.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Fondation pour la généalogie médiévale (en anglais) [1];
  • Heraldus [2];
  • Etienne Pattou [3].