Gare de Châtelaillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Châtelaillon
Image illustrative de l’article Gare de Châtelaillon
Le bâtiment voyageurs côté place.
Localisation
Pays France
Commune Châtelaillon-Plage
Adresse 17340 Châtelaillon-Plage
Coordonnées géographiques 46° 04′ 42″ nord, 1° 05′ 27″ ouest
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TER Nouvelle-Aquitaine
Caractéristiques
Ligne(s) Nantes-Orléans à Saintes
Voies 2
Quais 2
Altitude 5 m
Historique
Mise en service

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Châtelaillon

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
Châtelaillon

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

(Voir situation sur carte : Charente-Maritime)
Châtelaillon

La gare de Châtelaillon est une gare ferroviaire française de la ligne de Nantes-Orléans à Saintes, située sur le territoire de la commune de Châtelaillon-Plage dans le département de la Charente-Maritime en région Nouvelle-Aquitaine. À 12 km au sud de La Rochelle et à 18 km au nord de Rochefort.

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains express régionaux TER Nouvelle-Aquitaine.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 5 m d'altitude, la gare de Châtelaillon est située au point kilométrique (PK) 188,915 de la ligne de Nantes-Orléans à Saintes entre les gares d'Angoulins-sur-Mer et Saint-Laurent Fouras.

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare de Châtelaillon a été construite lors de la période de l'essor des bains de mer qui apparut sur le littoral charentais dans la seconde moitié du XIXe siècle et connut un engouement populaire dès les débuts de la IIIe République.

C'est pour ainsi dire la première station balnéaire du département à avoir été dotée d'une gare ferroviaire, deux ans avant celle de Royan et dix ans avant celle de Fouras[1].

C'est la Compagnie des Charentes qui fut choisie pour être le maître d'œuvre de cette nouvelle ligne de chemin de fer qui reliait directement les deux principales villes de la Charente-Inférieure qui étaient Rochefort, alors la plus grande ville du département, et La Rochelle, la préfecture.

La ligne de La Rochelle à Rochefort, d'une longueur de 29 km, longe la côte dans sa plus grande partie et permet de voir les îles du pertuis d'Antioche Aix et Oléron. Elle fut ouverte à l'exploitation le 29 décembre 1873[2].

Cette voie ferrée fut incontestablement à l'origine de l'essor de la toute nouvelle station balnéaire de Châtelaillon-Plage qui devint une commune à part entière en 1896[3] et se dota rapidement de structures de loisirs comme le casino qui dans sa salle de fêtes organisait « pendant la saison estivale des concerts, des comédies, des opérettes et des bals »[4].

Comme toutes les gares édifiées par la Compagnie des Charentes, celle-ci est de construction tout à fait classique avec une halle d'accueil en rez-de-chaussée et un logement de fonction à l'étage, accolée de deux petits bâtiments à chaque côté du pavillon central. Elle nécessita cependant deux agrandissements successifs lorsqu'elle devint « gare État »[5] après la cession de la compagnie charentaise aux gares de l'État en 1878. Elle est accessible par une allée arborée débouchant sur une petite place où stationnaient les véhicules hippomobiles et autres taxis pour les voyageurs.

La gare a toujours bénéficié d'une forte fréquentation pendant la saison estivale et, ce, dès son ouverture où la station balnéaire devint la station « du tout La Rochelle ». Dans la première moitié du XXe siècle, Châtelaillon connut des périodes de très forte animation touristique et sa gare fut parmi l'une des plus fréquentées du département. Malgré la concurrence accrue de l'automobile au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la gare de Châtelaillon demeure toujours une desserte ferroviaire importante, surtout en période estivale. De plus, sa fréquentation s'est accrue sensiblement depuis la mise en place d'une liaison interurbaine cadencée entre La Rochelle et Rochefort.

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Un service de la SNCF assure l'accueil quotidien de la clientèle (information, vente et réservation) tandis qu'un distributeur automatique de billetterie est également disponible sur le quai[6].

Desserte[modifier | modifier le code]

Les voies et quais.

La gare est desservie par des trains du réseau TER Nouvelle-Aquitaine avec deux types de missions : les missions circulant entre La Rochelle-Porte Dauphine et Rochefort , omnibus et les missions semi-directes circulant entre La Rochelle-Ville et Saintes, Angoulême ou Bordeaux-Saint-Jean.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Y. LE DRET, Le train en Poitou-Charentes, Tome 2, Les Chemins de la Mémoire Éditeur, p. 14
  2. Y. LE DRET, Le Train en Poitou-Charentes, tome 1, Les Chemins de la Mémoire Éditeur, p. 82
  3. Année où elle se dissocia de la commune d'Angoulins-sur-Mer, puis ajouta à son nom le toponyme "Plage" en 1926 - [Voir sur ce sujet l'article interne dans Charente-Maritime : "Administration de la Charente-Maritime" chapitre : "Les 472 communes"].
  4. Y. LE DRET, Le Train en Poitou-Charentes, tome 1, Les Chemins de la Mémoire Éditeur, p. 84
  5. Y. LE DRET, Le Train en Poitou-Charentes, tome 1, Les Chemins de la Mémoire Éditeur, p. 85
  6. Consulter le Site officiel SNCF / TER Poitou-Charentes au chapitre Se déplacer en TER puis rubrique Carte du réseau TER et voir notamment à "légende"

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Y. LE DRET, Le Train en Poitou-Charentes, tomes 1 et 2, Les Chemins de la Mémoire, Éditeur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
La Rochelle-Porte Dauphine
ou La Rochelle-Ville
La Rochelle-Ville TER Nouvelle-Aquitaine Rochefort Saintes
ou Bordeaux-Saint-Jean
ou Angoulême
La Rochelle-Porte Dauphine
ou La Rochelle-Ville
Angoulins-sur-Mer TER Nouvelle-Aquitaine Saint-Laurent - Fouras Rochefort
ou Saintes